Édito n°62 - Tousse ensemble, tousse ensemble, crève générale.

solidarite Covid 2 1Le programme de cette année semblait plié. On allait manifester contre la réforme des retraites, (ou du chômage au choix), le gouvernement aurait envoyé ses chiens pour nous en mettre plein la tronche, c’était reparti jusqu’à la réforme suivante. C’est alors qu’un pangolin et une chauve souris se croisent et mettent le monde entier en PLS.

Lire la suite : Édito n°62 - Tousse ensemble, tousse ensemble, crève générale.

Édito n°61 - C'est quand les municipales, déjà ?

Martine voit vertIl y a six ans, la Brique sortait trois numéros pour passer au crible les pouvoirs locaux et les enjeux des élections municipales. À l’époque Pierre Mauroy venait de mourir et Aubry nous promettait la « Renaissance » de Lille après déjà 14 ans de règne bien tassés.

Saut dans le temps, on est en 2020 et on a la sale impression que nos anciens numéros n’ont pas pris une ride. Martine encore et toujours sur le créneau, malgré ses « promis c’est la dernière ».

Lire la suite : Édito n°61 - C'est quand les municipales, déjà ?

Édito n°60 - S'arrêter au milieu de la rue...

Dessin edito 60 v2 nbVous avez kiffé votre été ? Petit hammam tranquille ? Des restos chics ? Shopping de luxe ? En tout cas, Castelain l’a fait pour vous, mais avec votre argent, d’après les révélations de Médiacités !1 Ce dernier a fait l’objet d’une garde à vue en juillet pour s’être payé divers loisirs aux frais de la MEL. D’autres élu.es véreux.ses tirent la gueule pendant qu’on se délecte des rebondissements derugyesques : pas moins de 18 permanences En Marche furent saccagées pendant les vacances. « La violence ne masque pas l’hypocrisie et l’incohérence » assène pertinemment le tag sur la permanence de Poitiers… Vous reprendrez bien un peu de homard ?

Lire la suite : Édito n°60 - S'arrêter au milieu de la rue...

Édito n°59 - Botus et mouche cousue : On vous dira tout !

Brique-coeur-VigueComme tout.e bon.ne petit.e journaliste, nous avons des références certaines. Le célèbre dessinateur belge Hergé, en bon petit soldat du monde libre (à peine colonialiste), décrivait déjà en 1930, dans Tintin au pays des Soviets, des scènes de violences policières et de l’arrogance militante ainsi que les mensonges d’État.

Lire la suite : Édito n°59 - Botus et mouche cousue : On vous dira tout !

Edito n°58 - Tapis rouge devant le printemps

L hydre de lille 

Dans le Nord aussi, les élites locales et tout ce qui, de près ou de loin, veut se faire élire se partagent le gâteau du « grand débat ». Salons chiants des mairies, salles polyvalentes et écoles maternelles aux peintures écaillées sont les tristes théâtres où se déroulent les énièmes comédies participatives, litanies démocrates et langueurs républicaines. L'inverse des luttes urbaines qui ont provoqué le vacillement de Maître Macron. Fallait l'faire quand même, emboîter tout un parti dans une salle de sport décorée pour l'occasion de drapeaux français et faireson auto-promo à coup de « cher ami » ! Rien ne l'étouffe.

 

Lire la suite : Edito n°58 - Tapis rouge devant le printemps

Édito n°57 - Fièvre jaune et vert.es de rage

macron5On connaissait le rouge, le noir, le violet, le vert... Mais le jaune... Jusqu'ici c'était plutôt la couleur des briseur.ses de grève ! Depuis un mois, les gilets jaunes nous déboussolent : ce soulèvement fait voler en éclats nos représentations politiques. Il nous donne un peu de souffle. On espérait bien que ça pète mais on n'aurait pas cru que ça se passerait de cette façon !

Lire la suite : Édito n°57 - Fièvre jaune et vert.es de rage

Edito n°56 - Peinture fraîche

On ne va quand même pas dessiner Aubry à chaque numéro - Ça va finir par se voir !

Lumières éteintes et ouvrez les rideaux, Maestro musique ! La Brique vous présente dans ce numéro un spectacle... ordinaire. Pas de mise en scène dramatique, pas de héro.ïne tragique, mais une esquisse des histoires du moment à Lille et ses environs, des hommes et des femmes qui ont des choses à dire, des conflits qui naissent, des paroles, des tensions, des promesses. Cette humble fresque transpire toujours le mépris de nos tragi-comiques institutions et la haine des acteur.trices qui les font vivre car c'est toujours contre les petites-gens qu'ils opèrent : nous avons choisi notre camp depuis longtemps. Nos braves personnalités politiques peuvent parler tant qu'elles veulent de « consultation citoyenne », on crache bien sur leurs délires mégalos, leurs excès d'hypocrisie. Comme d'hab', les briqueux.ses pètent le décor pour mettre au jour leurs coulisses crasseuses.

Lire la suite : Edito n°56 - Peinture fraîche

Édito n°55 - Mai 68 : On s'y croirait presque

68 18 edito

On peut penser ce qu'on veut de Macron et son monde, on doit au moins lui reconnaître une chose : quand il commémore, il commémore. Pour les 50 ans de Mai 68, il a mis le paquet. On s'attendait à des réceptions, des interviews de Cogne Bendit, des expos' pavées de bonnes intentions... Pensez donc ! À la place, il nous sert sur un plateau un gigantesque jeu de rôle, une reconstitution grandeur nature, au plus près du réel.

Lire la suite : Édito n°55 - Mai 68 : On s'y croirait presque

Édito n°54 - Urbaine à ordures

editoLa métropole européenne de Lille (MEL) vient de fêter en grande pompe ses cinquante ans. Cinquante années d'exploitation capitaliste, de gentrification, d'approfondissement des inégalités spatiales et sociales et d'un contrôle social exacerbé. En cinquante ans, les gens ont été écrasés par le rouleau compresseur métropolitain. Pour nous faire avaler la pilule, la MEL a sorti un beau bouquin de propagande vantant les mérites de leurs méfaits, avec le soutien de la presse locale – La Voix du Nord en tête – faisant le service après-vente de leur plan com' parfaitement huilé. Et ça tache !

Lire la suite : Édito n°54 - Urbaine à ordures

Édito n°53 : Bilan de mi-molette !

dessin éditoLilloises, Lillois*, 
En tant que mère de Lille et affirmant une proximité avec chacun et chacune d'entre vous, chérissant ce lien si particulier qui nous lie, nous, les gens du Nord, je vous dois un discours de vérité. Je me devais de prendre la plume pour alerter mes concitoyen.nes. Le faire dans La Brique pourra en surprendre certain.es. Je devais m'assurer d'être entendue par un public pas trop large, dans un journal qui ne m'a pas lâchée depuis 10 ans. En vérité, l'heure est grave. Vous le savez, j'ai bientôt 66 ans et j'ai la conviction, hélas, que tout ce que j'ai fait dans ma vie est abîmé, cassé.

Lire la suite : Édito n°53 : Bilan de mi-molette !

Edito N°52 - Histoires à lutter debout

BRIQUE HISTOIRE2 1Histoires à lutter debout

On vous a laissé.es cet été avec un bon gros numéro sur le travail qui écrase et qui tue. Il n’a pas pris une ride.

On dénombre le seizième suicide d’un ancien de Goodyear tandis que les victimes de l’amiante ont été une fois de plus déboutées de leur procès. Cette rentrée ne nous prépare rien de mieux au vu du dézingage du droit du travail désormais tout à fait sur les rails, version XXL de la loi El Khomri. Même si on ne comptait pas sur les contrats précaires pour sauver les droits sociaux, on est tout de même abasourdi.es de voir que la majorité des assos’ locales et pas mal de structures d’aide sociale crèvent de ne plus avoir les contrats aidés pour survivre. Les coupes réglées dans les conquis sociaux s’incarnent très concrètement dans nos quotidiens déjà fragiles.

Lire la suite : Edito N°52 - Histoires à lutter debout

Édito dossier : Crève, travail(le), crève !


Quand on a commenedito dossiercé ce numéro, on sortait tout juste de l’hiver. Les élections arrivaient avec le résultat qu’on connaît. Un an après la loi El Khomri, deux ans après celle de Macron, et aujourd’hui, lui président, prêt à tout pour livrer définitivement le travail au capitalisme. Bientôt tomberont les décrets pour inscrire l’état d’urgence dans la constitution. Une manière d’anticiper les contestations à la prochaine « réforme » du code du travail. C'est parti pour le Blitzkrieg social, le gouvernement va nous sortir la grosse artillerie : blindés patronaux, rafales d'ordonnances et légion d'économistes valets du pouvoir pour applaudir la bérézina. Quant à toi l'troufion t'as plutôt intérêt à marcher droit si tu veux pas subir les foudres du grand Jupitron en appui aérien.
Lire la suite : Édito dossier : Crève, travail(le), crève !

Édito N°51 // "Au turbin !"

edito

Alors, vous pensiez qu'on allait vous laisser profiter de l’été, glandouiller à la fraîche avec un assortiment de mots croisés niveau médium ? Et ben nan, raté. La tentation était forte de se laisser aller à la douce chaleur de l’été après une année sociale haute en événements. Entre les élections, les manifs réprimées, le contexte sécuritaire, faut dire qu’on a morflé. On aurait bien fait une pause aussi, en vous sortant un numéro 51 bien anisé, mais Macron et son monde ne sont pas du genre à attendre la rentrée pour nous faire trimer et livrer tous les pans de nos vies aux diktats du capitalisme.
 
Lire la suite : Édito N°51 // "Au turbin !"

Edito N°50 - « 2017 n’aura pas lieu ».

editopBelle proposition qui fleurit sur les murs et dans les esprits depuis plusieurs mois. D’autant plus que cette campagne se distingue par la puanteur des affaires qui l’émaillent et le vide politique des PROJEEETS dont on nous gaze à longueur de temps. Le cirque électoral est de retour. Au menu, toujours que du sale : injonction à la citoyenneté, chantage au FN pour faire avaler n’importe quoi, discours moralisateurs qui anesthésient toute critique sociale. Les bergers du suffrage, si pressés de nous sortir de la rue au printemps dernier, nous escortent aujourd’hui sans gêne vers les urnes pour une sortie dominicale. En rang deux par deux, s’il vous plaît.
 
Lire la suite : Edito N°50 - « 2017 n’aura pas lieu ».

Edito N°49 - Comédie urbaine

editoAprès des mois sous pression, les jeunes exilé.es qui campent depuis l’été 2015 au parc des Olieux dans le quartier de Lille Moulins sont dégagé.es le 23 novembre dernier. Dans la foulée, le site est grillagé pour dissuader toute réinstallation. La mairie est parvenue à ses fins et le parc va redevenir une aire de jeux pour enfants avec balançoires et tourniquets. Vingt jours plus tard, le collectif des Olieux organise une manifestation de soutien dans le quartier qui se conclut par l’ouverture d’une maison vide. Sur le fronton du squat, un slogan peint comme un coup de gueule : « Partout chez nous ».
Lire la suite : Edito N°49 - Comédie urbaine

Edito. Ruer dans les brancards

edito"La lutte est une fête !" On le martelait en juin alors que sortait un numéro tout frais sur les luttes lilloises. Les vacances d’été ont eu comme d’habitude leur petit effet. La mobilisation s’est tassée, le gouvernement a fait passer sa loi, les médias parlent luttes des places entre présidentiables. Une rentrée dans l’ordre ? Pas franchement.
Lire la suite : Edito. Ruer dans les brancards

Édito : La lutte est une fête

edito

Mars 2016, le collectif de La Brique s’active sur un futur numéro  « santé ». Une fois n’est pas coutume, on est moins à l’arrache que d’habitude. Mais dehors ça pète. La manif du 31 mars contre la loi travail, à Lille comme ailleurs en France, est un tournant : des milliers de personnes défilent, bien déterminées à établir un rapport de force face à un gouvernement sourd et méprisant. L'État abat son bras armé sur la place de la République lilloise, transformée en défouloir policier en quelques minutes. On ne peut pas rater ce mouvement. C’est dix ans plus tôt, à la suite du CPE, que notre canard est sorti de son œuf. Notre collectif décide de remettre le numéro santé à plus tard, pour se concentrer sur l’agitation sociale ambiante.

Lire la suite : Édito : La lutte est une fête

Édito : Assignation à résistance

fille peurNovembre 2015. Le climat post-attentats nous tombe dessus au moment de définir la thématique du prochain numéro. Nous voilà plongés dans cette rhétorique entêtante et incessante, celle de la peur. Valls et sa clique nous bassinent avec leur cocktail habituel « unité nationale », « République », « nécessité sécuritaire » auquel s’ajoute l’arsenal répressif façon Vichy, état d’urgence, assignations à résidence, interdiction de manifestations.

Le mot est lâché nous sommes en « guerre », justification ultime de toutes leurs dérives. Alors contrairement à d’habitude, on s’est dit qu’on ne pouvait pas passer à côté de cette actualité, les laisser nous bourrer le crâne de leurs inepties sans y mettre notre grain de sel.

On s’est donc cogné le sujet « le gouvernement par la peur ».

Tentaculaire et insaisissable.

On s’est fait le pari qu’il y avait (encore) des choses à dire, même si les critiques se déploient un peu partout pour démolir les arguments sécuritaires gouvernementaux.

Et puis la thématique nous permettait de lier action et réflexion parce qu’on avait lancé, fin novembre, un appel à se coordonner, « Organiser le pessimisme », pour sortir de l'écrit et se rencontrer. Et ça prend. Des réunions hebdomadaires s'organisent et la création du collectif brasse du monde : syndicalistes, quidams, militants associatifs. On en a fait une grande fête « contre l'état d'urgence et contre la guerre » où ça a causé, débattu pendant toute une après-midi et bu des bières jusque tard dans la nuit. Et ça se poursuit, d'autres actions sont désormais prévues, les réunions continuent et les portes sont toujours grande ouvertes.

Panique l'état d'urgence

De fait, ce numéro s'inscrit dans la continuité de cet élan. Alors on s'est cassé la tête, on a cherché à saisir comment nos huiles intellectuelles, médiatiques, et politiques misent sur la peur pour nous faire trinquer et étouffer nos résistances. Comme à notre habitude, on a eu envie de donner la parole à celles et ceux qu’on n'entend pas, qui se battent et s’en prennent plein la gueule : les travailleur.ses, les jeunes migrants, les militant.es.

Du travail à l’immigration en passant par la vidéo-surveillance et l’industrie de la sécurité, des quartiers huppés aux migrants embourbés dans les méandres d’un no man’s land juridique, ce numéro tente de faire le tour des chaînes que dressent nos « élites » en mobilisant la peur. Pour mieux les briser.

Le côté bordélique de ce numéro est aussi dû au fait qu'on l’a fait à partir des envies d’une nouvelle équipe. Car La Brique a fait sang neuf !

On a composé avec les écritures des « historiques » du canard et celles des nouvelles et des nouveaux venu.es. Pour une première coopération, il fallait se lancer sans se mettre trop de brides…

Côté nouveauté, on se la joue désormais tout-couleur, pas un mal pour un numéro un peu sombre.

Bref, La Brique nouvelle est arrivée, avec un peu de retard sans doute, mais bien vénère !

Le collectif de La Brique

Cours ou crève

mawybriqueveloedito« Mobilité = priorité ». Damien Castelain, président de Lille Métropole, avait-il besoin d'un tweet débile pour rappeler ce que tout le monde ressent chaque jour si fort ? La « mobilité » malmène déjà le pouls de nos vies accélérées ; elle fracture nos horaires de taf ; elle excite constamment les smartphones, et elle commande même nos « projets d'avenir ». Elle est cette espèce de lame de fond qui nous pousse à réaliser toujours plus vite toujours plus de trucs qu'on nous dit de faire.
 
Parce qu'elle est une des idéologies de notre temps, La Brique l'a placée sous ses scalpels. Le sociologue Hartmut Rosa dit à propos d'elle qu'elle est une « force totalitaire » : elle exerce en permanence une pression sur nos têtes, dans tous les domaines de la vie; et il est presque impossible de la critiquer. Elle est cette « peur constante que nous pouvons perdre le combat, que nous pouvons cesser d'être capables de suivre le rythme, c'est-à-dire de satisfaire tous les besoins (en augmentation constante)... la peur de ne jamais être capable de rester dans la course1 ».

« Force totalitaire »

Ici comme ailleurs, la mobilité accélérée n'enrôle pourtant pas tout le monde sur le même mode. Pendant qu'elle sucre les acquis des chômeurs, la société Transpole met en place des plans de déplacements pour aider les entreprises. Pendant que les urbain.es pressé.es font leurs achats sur le net, les ouvriers de Dourges, de Hem ou de Lesquin se brisent l'échine dans les entrepôts du « e-business ». Pendant que les cadres traversent le centre-ville en vélo pour pédaler de chez eux au boulot, Pôle emploi conduit les pauvres à s'exiler bosser à plus de cent bornes de chez eux. Pour ceux-là d'ailleurs, la mobilité physique n'est déjà plus que la condition nécessaire pour espérer le surplace économique. La mobilité, comme course à la compétitivité, laisse les inadapté-es derrière elle. Elle finit par ramener à ces deux évidences : l'homme circule moins librement que la marchandise ; c'est même la marchandise qui fait circuler l'homme.

Pis allées...

La mobilité embarrasse même jusqu'aux décideurs publics : elle épuise les énergies non-renouvelables, nous salope l'air qu'on respire, nous entasse dans les bouchons, nous assaille de nuisances sonores et réclame toujours plus d'aménagements pharaoniques. Alors voilà que, depuis quelques temps, la région et les oracles de la Troisième révolution industrielle frétillent autour d'une nouvelle lubie : la « mobilité douce », supposée solder tous les problèmes. Toute la famille est de la partie : Lille Métropole est à fond derrière, Jérémy Rifkin se gave – au propre comme au figuré – du mot, le Conseil régional plussoie, Philippe Vasseur et le patronat s'en font les perroquets appliqués. Que cache cet unanimisme universel ? Des intérêts particuliers : anticiper l'augmentation du prix du baril sur la facture énergétique des entreprises, améliorer la productivité des salarié.es, ouvrir de nouveaux marchés autour de la « smart » économie. Autant dire que la « mobilité », même douce, n'a que peu de chances de nous sortir de l'impasse.
 
mawybriqueveloedito

 

Le covoiturage c'est bien, la rage contre la voiture c'est mieux

Ce que le discours satisfait des décideurs du coin masque mal, c'est que se déplacer mieux veut surtout dire se déplacer plus. Les formes soft de déplacement – depuis le fret jusqu'au vélo – ne font aujourd'hui que s'additionner aux circuits établis. Dans une région qui, à l'intérieur la division européenne du capitalisme, se spécialise dans le transit de marchandise, on ne construit pas une route, un canal ou une ligne de train pour faire de l'A1 une coulée verte, mais plus sûrement pour équiper le poulpe économique de tentacules supplémentaires. C'est cours ou crève – sans ligne d'arrivée.
 
Alors peu importe que les statistiques régionales enregistrent à l'avenir quelques (hypothétiques) pourcentages positifs sur les taux d'usage du V'Lille. S'il n'y a jamais eu aujourd'hui autant de bagnoles, de cametards et de bouchons sur la métropole, ce n'est pas qu'on s'est simplement mal (laissé-es) organisé-es ; mais que tout conduit, dans la métropole capitaliste, à devoir mobiliser toujours plus tous les transports. Les derniers gadgets intelligents ou collaboratifs transportent au fond la même philosophie que leurs aînés : gagner du temps pour en manquer toujours plus. Mobilité Douce, Mobilité Aliénée - MDMA, l'ecstasy que tout le monde prendra.
 
Le collectif de La Brique
 
1. Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, La Découverte, 2010.

Réarmer les imaginaires

labriqueditogris 1La trame du scénario est connue depuis des années : un PS décadent alimente la montée de l'extrême-droite puis, à chaque veille de scrutin, sonne les grosses cloches républicaines pour rapatrier les troupes de « gauche » dans son giron. Mais la vieille recette de la politique de la peur a pris du plomb dans la gamelle. Le chantage au vote FN a fini de dire l'alpha et l'omega de ce qui se joue pendant une élection ; la fabrique du consentement s'est enrayée. C'est que, depuis 2002, les partis qui ont agité le chiffon brun de l'extrême-droite sont les mêmes qui ont beaucoup travaillé à hisser haut son drapeau.
 
Le souci, c'est que cette fois, le théâtre électoral donne à voir encore autre chose.
Lire la suite : Réarmer les imaginaires

Édito du N°44 "Peut-on boire et conduire... Une révolution ?"

etecodebar 1Il y a quelques mois, un article de La Brique revenait sur le harcèlement que fait subir la mairie aux cafés-concerts de Lille. Sur le site, c'est tout bonnement le plus lu de ces deux dernières années. Et de loin. Pas qu'on se soit lancé dans l'analyse statistique comparée pour mieux comprendre les préoccupations premières de notre lectorat (déjà qu'on a dû se mettre au code barre...), mais on doit avouer qu'un tel engouement nous a quand même pas mal interpellé.
Lire la suite : Édito du N°44 "Peut-on boire et conduire... Une révolution ?"

Page 1 sur 4

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...