Anticipations : l’avenir est sombre

dessinhlngiom2 « La nature imite l’art », disait Wilde (Oscar). Aujourd’hui c’est la réalité, et plus particulièrement les moyens mis en œuvre pour la sûreté publique, qui ressemble à un mauvais film de science-fiction. Vous aimez bien quand un flic commente ce que vous avez acheté au carrouf ? Vous avez vu le drône qui vous demande de rentrer chez vous immédiatement ? Non ? Ça fait un peu peur quand même hein ? Mais ne nous laissons pas dépasser par nos émotions : la froide supériorité de notre raison analytique nous permet d’examiner objectivement les conséquences probables du confinement. Tâchons donc d’imaginer de quoi demain (enfin, après-demain, dans un mois, le jour où on sortira de nouveau) sera fait : quelques scénarios, trouvés aux meilleures sources.

Lire la suite : Anticipations : l’avenir est sombre

État d’urgence sanitaire : la dictature, c’est la santé !

Dessin drone v2Sommes-nous déjà en dictature ? Ou la loi du 23 mars 2020, qui crée l’état d’urgence sanitaire, en est-elle les prémices ? En cinq jours, nos droits les plus fondamentaux ont été balayés du revers du coude : interdiction de se déplacer librement, fin de la durée légale du travail, allongement des détentions provisoires en prison et pouvoir discrétionnaire des flics… L’ordre a de beaux jours devant lui grâce à des pouvoirs exceptionnels et à une police sanitaire sans merci. Analyse.

Lire la suite : État d’urgence sanitaire : la dictature, c’est la santé !

On a rencontré l'ambassadeur de smartland

smartlandLa technocratie a un nouvel avatar pour continuer à urbaniser le monde et contrôler ses populations : la ville intelligente. En guise de promotion, le centre d'architecture et d'urbanisme de Lille inaugure une exposition intitulée "Bienvenue à SmartLand". Pour celles et ceux qui doutaient des liens entre la smart city et les technologies sécuritaires... Visite guidée chez les smartiens.

Lire la suite : On a rencontré l'ambassadeur de smartland

Coupez le cordon, mettez-les en Wifi !

propEcran total3 1Et si, loin d'apporter des conditions luxueuses d'apprentissage, l'arrivée à l'école du numérique – tableaux électroniques, tablettes et logiciels – appauvrissait plutôt les enseignements ? La débauche de moyens, dans un contexte d'austérité, ne devrait-elle pas nous inquiéter ? La Brique est allée chercher sur ces questions l’avis tranché de Nancy, Laurence et Alain, trois membres du collectif Écran total qui s'intéressent particulièrement à la situation de l'école.
 
Lire la suite : Coupez le cordon, mettez-les en Wifi !

Linky : ampère et contre tous

linkyUn peu partout en France, les boîtiers jaunes d’EDF s’installent par millions, sans rien demander à personne. Sur les paliers, dans les halls d’immeubles ou au fond du couloir à droite, les nouveaux compteurs Linky scrutent notre consommation électrique quotidienne. Pas d’inquiétude, nous dit-on, ils sont « intelligents » : ils sont là pour notre bien et celui de la planète. Et accessoirement pour celui des groupes industriels et de tous ceux qui lorgnent sur nos données les plus intimes.
Lire la suite : Linky : ampère et contre tous

Surveiller la surveillance

selfie robotEn septembre dernier Martine Aubry, maire de Lille, officialise son adhésion à la vidéo-surveillance, comme si la ville en était préservée jusque là.

L'occasion pour La Brique de faire un 360° de la situation locale avec un contributeur de lille.sous-surveillance.net, un site collaboratif qui cartographie l'emplacement des caméras sur la métropole depuis 2013 et qui propose des ressources critiques contre les technologies de flicage.

Lire la suite : Surveiller la surveillance

Vidéo-surveillance : les yeux de la tête.

indusecurite dessin2Les caméras fleurissent dans les espaces publics. Rares sont les villes qui refusent désormais de céder aux mouchards urbains, qu'importent leur coût et leur inutilité avérée. En 1999, à peine 60 communes osaient s'équiper de caméras de surveillance, encore sujettes à la méfiance du grand public. Quinze ans plus tard, les références à Georges Orwell sont passées de mode, c'est la ruée vers l'observation numérique : 2384 communes en sont désormais équipées1 et les nouveaux dossiers d'autorisation se bousculent au portillon de l'administration.

Lire la suite : Vidéo-surveillance : les yeux de la tête.

« Commençons par devenir épicurien » : Entretien avec Alain Damasio

transhumanisme 1Auteur de deux romans qui font désormais partie des incontournables de la science-fiction française, La Zone du Dehors (1999, puis 2004 pour la version remaniée, Ed. La Volte) et La Horde du Contrevent (2007, Ed. La Volte), ainsi que d’un recueil de nouvelles intitulé Aucun souvenir assez solide (2012, Ed. La Volte), Alain Damasio résiste résolument aux dispositifs de contrôle qui balisent nos existences, au travers de l’anticipation politique.
Les quelques essais – très largement repris et diffusés – qu’il a commis sur l’« Intolérable » qui nous saccage insidieusement ou encore sur le cas d’Edward Snowden (La rage du sage, 701 000 heures de garde-à-vue), ont le mérite de rappeler aux cuistres qui mépriseraient la science-fiction – ce genre si peu « noble », n’est-ce pas ? – qu’il n’est plus temps de raisonner savamment, mais de frapper les imaginaires. Il est question de « voir » et de « s’inventer » ; ce n’est qu’à cette condition que nous ouvrirons les brèches, que nous occuperons les failles, que nous investirons les brisures, dont notre « puissance de vie » dépend.
Dans un subtil dialogue avec les auteurs qui lui « parlent », qui l’innervent même, il nous ballade ici dans les ramifications d’une pensée critique, diablement troublante, puisqu’elle nous parle de ces niches du quotidien dans lesquelles nous consentons de loger, (numériquement) enchaînés.
Ami lecteur, amie lectrice, n'aie crainte. Certes, le propos est dense, la prose épineuse, le style, tortueux. Mais lire du Damasio, c'est un peu comme s'offrir pour la première fois l'épaisse euphorie d'une bière trappiste – et cueillir son petit goût fleuri de reviens-y. Entretien, pour toutes les révoltes à venir, par deux amis de La Brique.

Lire la suite : « Commençons par devenir épicurien » : Entretien avec Alain Damasio

Les Biblio-tech’ lilloises du XXIè siècle

lectrice copie 2Quelles soient municipales ou universitaires, les bibliothèques répondent traditionnellement à des missions patrimoniales et de « démocratisation culturelle ». D’un côté, le référencement des ressources stockées permet de conserver et valoriser les collections. De l’autre, elles centralisent l’accès et la diffusion des savoirs écrits dans une visée pédagogique. Alors que l’information est largement disponible hors de ces équipements, et par d’autres biais que le papier, que deviennent ces espaces dédiés à la culture de l’imprimé et privilégiant la lecture comme mode d'apprentissage ?

Lire la suite : Les Biblio-tech’ lilloises du XXIè siècle

Vers une ville sans humains

rfidLa métropole de demain sera durable et connectée. Informations, énergie, transports, marchandises, notre environnement quotidien comme nos comportements seront rationalisés par ordinateur via capteurs et puces RFID. Deux projets locaux sont déjà sur les rails : la maison et le quartier « intelligents ».

Ce 22 juin 2013, le boss d’EuraRFID Chekib Gharbi s’est fait vendeur Darty. Aux portes ouvertes d’Euratechnologies, il passe en revue les derniers gadgets de sa maison « intelligente » devant des spectateurs médusés.

Lire la suite : Vers une ville sans humains

Ch’ti brother

JPEG - 17.9 koEn novembre, Hortefeux présentait sa politique sécuritaire, faisant la part belle à la vidéosurveillance, que les membres du gouvernement préfèrent appeler « vidéoprotection », dans une guerre des mots qui ne nous a pas échappé.

L’objectif affiché, d’ici 2011, est de doter les rues de France de 60 000 caméras, c’est-à-dire de tripler leur nombre actuel. 28 millions d’euros sont débloqués à cet effet. Soixante-quinze villes devraient être équipées en 2010. Le partenariat avec le secteur privé va être étendu. Dans notre région, Wattrelos, Marcq-en-Baroeul, Courrières, Le Touquet font partie de ce premier lot dans lequel l’État cofinance l’installation (à hauteur maximale de 50%). D’autres villes n’attendront pas les subsides de l’Etat et s’activent déjà : Bondues, Marquette, Linselles, Neuville-en-Ferrain… la liste est longue.

Lire la suite : Ch’ti brother

« Gouvernance »

Pur produit de la novlangue globalitaire, le terme de gouvernance a été promu au rang de concept par les intellectuels de… gouvernement, national mais aussi local ou « global ». Il a pourtant déjà fait l’objet de maints examens critiques de la part de gens dont la capacité réflexive n’a pas encore été anesthésiée par le conformisme généralisé propre à notre époque.

Lire la suite : « Gouvernance »

Guerre au vivant : Quand Martine Aubry inaugure le salon des nanotechnologies

Comme son nom ne l’indique pas, le salon Eurobio au Grand Palais regroupe des chercheurs, des industriels et des start-up qui jouent aux Lego avec notre génome, notre ADN ou nos neurones pour faire du profit. Le 24 septembre, Aubry inaugure ce salon des nécrotechnologies1 et bave devant tous ces cadres qui peuvent re-dynamiser notre région.

Ils sont l’avenir du futur. A la pointe de la technologie, ils vont nous sortir du marasme gris et froid de la désindustrialisation pour relancer la Croissance Verte et Responsable de la nouvelle économie de l’information et des hautes technologies, bla bla...

Lire la suite : Guerre au vivant : Quand Martine Aubry inaugure le salon des nanotechnologies

Nano Brother. La carte RFID dans les transports de la métropole lilloise

Au nom de la lutte contre les dérèglements climatiques, c’est une véritable révolution sécuritaire qu’Eric Quiquet a fait voter au Conseil Communautaire du 17 avril 2009. On le savait fan de la vidéo-surveillance, désormais il se surpasse et prépare la ville totalitaire. Nous porterons bientôt des cartes munies de puces RFID pour nous faciliter la vie. On ne lui avait rien demandé.

Lire la suite : Nano Brother. La carte RFID dans les transports de la métropole lilloise

Fichage/FNAEG : Où en est-on avec l’ADN ?

« Quelques heures après le début de la garde à vue, on m’a amené dans une salle où un policier, muni de gants, m’a demandé d’ouvrir la bouche. Quand j’ai compris qu’il s’agissait d’un prélèvement ADN, il a ajouté qu’en cas de refus je risquais un an d’emprisonnement et quinze mille euros d’amende, ça ne servait à rien de m’opposer ». ADN ? Survol juridique.

Lire la suite : Fichage/FNAEG : Où en est-on avec l’ADN ?

Page 1 sur 2

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...