Cagoulés comme jamais

panafreak out FOGRAHabitant.e.s de Moulins, étudiant.es, commerçants qui fréquentez le quartier quotidiennement, vous aurez peut-être constaté l’entrée fracassante d’hommes cagoulés dans la Filature et quelques appartements en face début janvier. Pas de panique, c’est la F.R.I (Force de réponse immédiate) : une équipe de 16 keufs à l’allure virile qui agit notamment pour "Restaurer la République" dans certains quartier de Lille. En passant dans la rue, on a constaté qu’un restaurant avait été perquisitionné et des portes fracturées, ça nous a intrigué.e.s.

Lire la suite : Cagoulés comme jamais

Maintien de l'ordre en pagaille

les restes de papa2

Perdre pied au point d’en arracher des mains ou d’éborgner des manifestant.es parfois « pacifistes » et rester muet sur ces violences est devenu monnaie courante chez les flics. Devant les énormes moyens de répression policière et judiciaire déployés sur le mouvement des gilets jaunes, nous avons cherché à comprendre les origines des stratégies de maintien de l’ordre de la police française. Nous avons rencontré Fabien Jobard, sociologue de la police et de la justice pénale au CNRS.

Lire la suite : Maintien de l'ordre en pagaille

La police déteste tout le monde

Ptitome gilet jaune site 2D’un numéro de La Brique à l’autre, le mouvement des gilets jaunes a changé du tout au tout. D’un mouvement qui réclame plus de pouvoir d’achat, on est passé à une remise en cause de la politique écologique, fiscale, du rôle des médias, des politiques… et du rôle de la police. En décembre, on vous racontait ce qu'on entendait depuis les ronds-points et les assemblées populaires. On percevait un : « la police avec nous » presque unanime. Maintenant on a le droit à des confrontations violentes avec les forces de l'ordre et ce slogan a été perdu en route. Itinéraire d’une prise de conscience.

Lire la suite : La police déteste tout le monde

Censure politique contre médias indépendants

512edfe07f15c3c568ad438030b6a076Depuis 1999 le réseau de site internet Indymedia permet à des militant.es du monde entier de publier des textes de façon anonyme pour se protéger de la répression. Fin 2017 se tient le procès des personnes accusé.es d’avoir incendié une voiture de flic durant une manifestation contre la loi travail. Plusieurs actions de soutien aux accusé.es ont lieu et des communiqués sont postés sur Indymedia Grenoble et Nantes pour rendre visibles les mobilisations.

Lire la suite : Censure politique contre médias indépendants

Mort par la France

Henri flics v1Dans la nuit du 29 septembre, à Fouquières-Lès-Lens, Henri Lenfant, 23 ans, est abattu de trois balles par un gendarme. Dans les faits connus et avérés, Henri ne portait pas d’arme. La scène se déroule sous les yeux de Bruno, son frère, et non loin du reste de la famille dont les caravanes sont stationnées à quelques mètres. Leur père, George, a vu ses deux fils lui être enlevés ce soir-là car Bruno est embarqué dans la foulée et mis en détention provisoire. La Brique a rencontré Georges et Aude, la femme du défunt qui doit désormais élever seule ses deux filles de trois et cinq ans.

Lire la suite : Mort par la France

La guerre du steak n'aura pas lieu

attaque miniV2Il était une fois, un beau matin d’avril 2017, sept boucher.ères des Hauts-de-France qui se réveillèrent avec leurs vitrines aspergées de faux sang. L'année suivante, des bouchers du Vieux-Lille dégustèrent au petit-déj’ un avertissement sur leur vitrine légendé « stop spécisme ». Les jours qui suivent, une poissonnerie, rue Gambetta, un restaurant rue de Béthune et un autre rue Gambetta furent à leur tour persécutés par des « extrémistes-végans-cagoulés-habillés-en-noir ».

Lire la suite : La guerre du steak n'aura pas lieu

Expulsion du 5 étoiles : CRAches misère

5 étoiles
Le 5 étoiles était un lieu occupé depuis novembre 2017 par des personnes exilées, majeures et mineures, ainsi que des personnes sans abri. Une procédure était en cours pour exiger qu’il n’y ait pas d’expulsion sans réelle solution d’hébergement. La décision du tribunal devait être rendue le 6 juin mais le préfet en a ordonné l’expulsion deux jours avant.

Lire la suite : Expulsion du 5 étoiles : CRAches misère

Chasse à l'artiste

cartebouchard

En 2008, La Piscine de Roubaix annonce accueillir l’atelier du sculpteur controversé Henri Bouchard comme exposition permanente. Modeste, dessinateur graveur travaillant à Roubaix depuis 25 ans grince des dents. Lors de la rédaction du dernier numéro de La Brique, il publie un article « Un artiste hitlérien débarque à la Piscine de Roubaix » où il évoque les manœuvres politiques dans ce choix pseudo-artistique. Dans les coulisses, il subit une répression inexpliquée et inexplicable des autorités qui se sentent visiblement menacées par ces contestations. Une semaine avant le vernissage de l’expo, deux flics se pointent chez lui… pour le dissuader de parler.

Lire la suite : Chasse à l'artiste

Loi "anti-manif" : un goût de Vichy

loi anti casseur version web

Le 11 avril dernier, la loi « anticasseurs » entre en vigueur. Déposée à l’origine par le sénateur très à droite Bruno Retailleau (LR), en réaction aux expulsions de Notre-Dame-des-Landes et du 1er mai à Paris, elle est depuis portée par la majorité En Marche et suscite la colère de toute part. Et pour cause ! Délit de dissimulation du visage, fouilles généralisées lors des manifestations, gardes à vue arbitraires sont à l’ordre du jour… Saisi début février, le Conseil constitutionnel a censuré une seule disposition du texte : les interdictions administratives individuelles de manifester. C’est en réalité une bien maigre victoire car la loi marque un tournant répressif rarement égalé…

Lire la suite : Loi "anti-manif" : un goût de Vichy

Gardes à vue, gare à vous : brochure de défense anti-répression

gav2Avec les mobilisations de cet automne, gilets jaunes, lycéen.nes et étudiant.es subissent une répression policière et judiciaire très brutale. Partout en France, des milliers de personnes sont envoyées en garde à vue. Lille n’y échappe pas. On connaît souvent trop mal nos droits, et les peines de prison se ramassent comme les douilles de lacrymo : à la pelle. La Brique vous propose un guide anti-répression, pour connaître ses droits et éviter le pire. Cette briquette est complétée par les réflexions menées dans le cadre de l’atelier anti-répression organisé par Lille 0 le mercredi 12 décembre.

Lire la suite : Gardes à vue, gare à vous : brochure de défense anti-répression

Zad touchée, Zad coulée ?

zad 2 retouche illuCes dix dernières années, nos petits matins ont été rythmés par une aventure qui nous dépassait. Dans le bocage nantais, depuis le début des années 2000, une « zone de non-droit » sonnait comme l’espoir vibrant qui subsistait à toutes nos pertes de terrain militant. Le courage buissonnier de la ZAD de Notre-Dame des Landes a inspiré les cabanes construites dans l’îlot pépinière à Saint-Maurice en 2013, comme celles des vigoureux hibou.e.x du bois Lejuc à Bure. Plus on perdait de terrain (arboré ou non) dans nos combats locaux, plus la lutte du bocage nous paraissait essentielle.

Lire la suite : Zad touchée, Zad coulée ?

Brèves : Tout est sous contrôle

Final2 Couleur Apple illu

Les violences policières, des accidents ?

Le 15 décembre dernier, dans le quartier de Lille Fives, en début de soirée, quatre amis, Selom, Matisse, Aurélien et Ashraf se trouvent à l’entrée de la cité Saint Maurice à Fives. Vers 21h, une patrouille de la Brigade spécialisée de terrain débarque, matraques à la main. Les jeunes prennent la fuite, escaladent un mur donnant sur les voies, et se font happer par un TER. Sélom, 20 ans, et Matisse, 18 ans, vont succomber à leurs blessures. Ashraf et Aurélien sont grièvement blessés. Alors que dans le dernier numéro de La Brique, deux papiers visaient à démonter la version pro-flic’ de La Voix du Nord, la SNCF semble prendre le même chemin. En effet, en mars dernier, France 3 révèle la démarche de prévention des accidents de la SNCF, indiquant : « Après l’accident entre 4 jeunes et un TER, à Lille, en décembre, la SNCF a lancé lundi une campagne afin de mettre en garde les jeunes contre le "danger absolu" des intrusions sur les rails, une des principales causes de mortalité sur le réseau ferré ». On note que les flics sont absents de l’équation. Pour leur campagne de prévention, on apprend que la SNCF diffuse sur les réseaux sociaux un clip intitulé Ne devenez pas le cauchemar d’un autre. Ce spot, reprenant les codes du film d’horreur, met en scène le témoin d’un de ces accidents, qui revit dans ses cauchemars le choc, le bruit, les flammes. Parallèlement, « une camionnette sillonnera la France pendant deux ans pour sensibiliser des lycéens à ces risques liés aux "intrusions", au sein d’établissements scolaires mais aussi de festivals comme Solidays. » Et une campagne pour la prévention des violences policières, ils y ont pensé ?

Pour aller plus loin sur le traitement médiatique des violences policières, vous pouvez, sur notre site, écouter l’émission de radio Campus consacrée à Selom et Matisse : Selom, Matisse, Fives : Un maximum de bruit – Témoignages.

Lire la suite : Brèves : Tout est sous contrôle

Selom, Matisse, Fives : Un maximum de bruit - Témoignages

selom matisse

Ce témoignage a été enregistré le 6 avril 2018 dans un bistro de Fives.

Pour l'écouter : cliquez-ici / Ou écoutez Radio Campus ce jour, mardi 15 mai, à 14 heures.

Il est consacré aux circonstances de l’accident du TER qui a coûté la vie à deux personnes

En décembre dernier dans le quartier de Lille Fives. Rappelons brièvement les faits : le 15 déc., en début de soirée, quatre amis, Selom, Matisse, Aurélien et Ashraf se trouvent à l’entrée de la cité Saint Maurice à Fives. Vers 21 h. une patrouille de la BST (brigade spécialisée de terrain) débarque, matraques à la main. 

Face à l’arrivée des condés, les jeunes prennent la fuite, escaladent un mur donnant sur les voies, et se font happés directement par un train sur la ligne Lille Calais Dunkerque. Sélom, 20 ans, et Matisse, 18 ans, vont succomber à leurs blessures, les deux autres, Ashraf et Aurélien seront grièvement blessés. Le soir même, comme toujours dans ces cas-là, la machine médiatique et politique se met en place avec un seul et même objectif : Disculper les forces policières et criminaliser les victimes.

Lire la suite : Selom, Matisse, Fives : Un maximum de bruit - Témoignages

Quand l'urgence s'installe

sdfAu rayon des grands vœux pieux, l'objectif « zéro SDF » tient le haut du panier : Sarkozy, Hollande puis Macron s’y sont « engagés », à peu de frais. En pleine veille saisonnière, on a rencontré quelques salarié.es du secteur de l'hébergement. Entre grands principes et réalité de terrain, passage à la loupe d'un secteur où les acteur.trices se retrouvent à essuyer le manque de moyens et les politiques puantes.

Lire la suite : Quand l'urgence s'installe

Fives : quartier prioritaire, quartier en guerre

fives1M. est à peine majeur, il vit à Fives. Le 17 décembre 2017, une interpellation violente lui coûte un séjour à l’hôpital et une condamnation à six mois de taule pour avoir traité les flics d'assassins. C'était deux jours après la mort de deux jeunes, qui ont fui la police et se sont fait happer par un train. Au même moment, deux ados, dont un de quinze ans, subissent 48 h de garde-à-vue, accusés d’avoir tagué un mur en mémoire des deux victimes. Une répression violente, sévère et implacable pour ceux qui osent mettre des mots sur un état de fait : la police commet des homicides en toute impunité. Portrait d’un quartier défiguré par l’occupation policière.

Lire la suite : Fives : quartier prioritaire, quartier en guerre

Sélom et Matisse : La VDN fait le SAV des flics

selom matisseLe vendredi 15 décembre 2017 en début de soirée, Ashraf, Aurélien, Sélom et Matisse se trouvent à l'entrée de la cité Saint Maurice, à Lille-Fives. Vers 21 heures, une patrouille de la Brigade Spécialisée de Terrain débarque et provoque la fuite des jeunes. Ils escaladent un mur donnant sur les voies. Peu après, ils sont happés par un train, sur la ligne Lille-Calais-Dunkerque. Sélom et Matisse vont succomber à leurs blessures, Ashraf et Aurélien sont grièvement blessés1. Le soir même, la machine médiatique et politique se met en œuvre. Objectif : disculper les forces policières et criminaliser les victimes.

Lire la suite : Sélom et Matisse : La VDN fait le SAV des flics

[VIDEO] À Lille 3, les étudiant.es sont expulsé.es par les flics

expulsion de lille 3

Ce vendredi 23 mars, après deux jours d'occupation de l’amphithéâtre B1 sur le campus Pont de Bois de l'université Lille 3, la direction de la fac de Lille est passée une fois de plus à l'action. Après une sommation durant l'après-midi fixant un ultimatum à 17h00 précise, la directrice générale des services, Marie-Dominique Savina s'est présentée aux portes de l'ampli dix minutes avant l'expiration « demandant » aux étudiant.es de partir pour des « raisons de sécurité ». Le collectif d’étudiant.es refuse de partir, et elle ne veut pas entamer de négociation : « Je ne fais que mon travail » argumente-t-elle. Une étudiante argue le fait que « Nous sommes ici tou.tes majeur.es et vaccinés et que déjà par le passé d'autres amphis ont été occupés » [En tête l'amphi Archimède à Lille 1 occupé durant la loi travail]. Il semblerait que la nouvelle présidence de l'université représentée par Jean-Christophe Camart soit moins enclin à ouvrir le dialogue avec les étudiant.es. Mme Savina explique que l'amphi doit être en capacité de « recevoir du public dans de bonnes conditions ». Un étudiant rétorque alors par : « mais c'est nous le public ! ».

Lire la suite : [VIDEO] À Lille 3, les étudiant.es sont expulsé.es par les flics

L'appel du rond-point

rond point« En raison d’un procès sensible, le stationnement est interdit ». En cherchant une place autour de la cour d’appel de Douai, jeudi 26 octobre, on ne peut s’empêcher de frémir. Un procès sensible ? Un mafieux, un banquier, un politique serait-il jugé aujourd’hui ? Curieux hasard : c’est ce même jour que se tient le procès en appel des inculpés du rond-point des Postes. Accusés d’avoir bloqué les voies et d’y avoir brûlé des pneus lors des mouvements contre la loi travail, ils sont cinq à avoir contesté leur condamnation devant la cour d’appel. Ambiance potache et dialogue de sourds.

Lire la suite : L'appel du rond-point

Page 1 sur 5

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...

  • La Saga de l'été arrive : Eclairage sur les lumière lilloises !

    Profitez de vos soirées libres d'été pour éclaircir les zones d'ombre sur les lumières lilloises ! Les 4 dernières parutions de La Brique ont eu le plaisir d'acceuillir une saga encore plus éblouhissante que la saga Star Wars ou encore Harry Potter, la saga des Lumières. Chaque vendredi, à...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...