Fives : quartier prioritaire, quartier en guerre

fives1M. est à peine majeur, il vit à Fives. Le 17 décembre 2017, une interpellation violente lui coûte un séjour à l’hôpital et une condamnation à six mois de taule pour avoir traité les flics d'assassins. C'était deux jours après la mort de deux jeunes, qui ont fui la police et se sont fait happer par un train. Au même moment, deux ados, dont un de quinze ans, subissent 48 h de garde-à-vue, accusés d’avoir tagué un mur en mémoire des deux victimes. Une répression violente, sévère et implacable pour ceux qui osent mettre des mots sur un état de fait : la police commet des homicides en toute impunité. Portrait d’un quartier défiguré par l’occupation policière.

Lire la suite : Fives : quartier prioritaire, quartier en guerre

Sélom et Matisse : La VDN fait le SAV des flics

selom matisseLe vendredi 15 décembre 2017 en début de soirée, Ashraf, Aurélien, Sélom et Matisse se trouvent à l'entrée de la cité Saint Maurice, à Lille-Fives. Vers 21 heures, une patrouille de la Brigade Spécialisée de Terrain débarque et provoque la fuite des jeunes. Ils escaladent un mur donnant sur les voies. Peu après, ils sont happés par un train, sur la ligne Lille-Calais-Dunkerque. Sélom et Matisse vont succomber à leurs blessures, Ashraf et Aurélien sont grièvement blessés1. Le soir même, la machine médiatique et politique se met en œuvre. Objectif : disculper les forces policières et criminaliser les victimes.

Lire la suite : Sélom et Matisse : La VDN fait le SAV des flics

[VIDEO] À Lille 3, les étudiant.es sont expulsé.es par les flics

expulsion de lille 3

Ce vendredi 23 mars, après deux jours d'occupation de l’amphithéâtre B1 sur le campus Pont de Bois de l'université Lille 3, la direction de la fac de Lille est passée une fois de plus à l'action. Après une sommation durant l'après-midi fixant un ultimatum à 17h00 précise, la directrice générale des services, Marie-Dominique Savina s'est présentée aux portes de l'ampli dix minutes avant l'expiration « demandant » aux étudiant.es de partir pour des « raisons de sécurité ». Le collectif d’étudiant.es refuse de partir, et elle ne veut pas entamer de négociation : « Je ne fais que mon travail » argumente-t-elle. Une étudiante argue le fait que « Nous sommes ici tou.tes majeur.es et vaccinés et que déjà par le passé d'autres amphis ont été occupés » [En tête l'amphi Archimède à Lille 1 occupé durant la loi travail]. Il semblerait que la nouvelle présidence de l'université représentée par Jean-Christophe Camart soit moins enclin à ouvrir le dialogue avec les étudiant.es. Mme Savina explique que l'amphi doit être en capacité de « recevoir du public dans de bonnes conditions ». Un étudiant rétorque alors par : « mais c'est nous le public ! ».

Lire la suite : [VIDEO] À Lille 3, les étudiant.es sont expulsé.es par les flics

L'appel du rond-point

rond point« En raison d’un procès sensible, le stationnement est interdit ». En cherchant une place autour de la cour d’appel de Douai, jeudi 26 octobre, on ne peut s’empêcher de frémir. Un procès sensible ? Un mafieux, un banquier, un politique serait-il jugé aujourd’hui ? Curieux hasard : c’est ce même jour que se tient le procès en appel des inculpés du rond-point des Postes. Accusés d’avoir bloqué les voies et d’y avoir brûlé des pneus lors des mouvements contre la loi travail, ils sont cinq à avoir contesté leur condamnation devant la cour d’appel. Ambiance potache et dialogue de sourds.

Lire la suite : L'appel du rond-point

Pas d'outrage pas d'paye !

outrages« All cops are bastards », « mort aux vaches », « un flic, une balle », « fumier » . Scandés en manifs ou tagués sur les murs de nos villes, ces (é)cri(t)s de rage contre la police fleurissent avec la rentrée sociale. Mais ils apportent un tas d’emmerdes à qui se risque à les exprimer, quand les flics en font leur treizième mois.

Lire la suite : Pas d'outrage pas d'paye !

Bienvenue au collège d’Alcatraz

CollegeMoulinsHD 1Que trouve t-on derrière les grilles austères du collège de Moulins, inauguré à la rentrée scolaire 2015 ? La communication officielle envoie du rêve : « Le collège est à la fois ouvert sur la ville et se déroule en anneau autour d’une cour centrale, un cœur calme et vert, orientée plein sud. » Cet établissement haute qualité environnementale, réalisé par l'agence Chartier-Dalix, a coûté la bagatelle de 21 millions d'euros à la ville de Lille et au conseil général du Nord. Ce petit coin de paradis organise une matinée portes ouvertes le 4 février dernier : on n’aurait manqué ça pour rien au monde1 !
 
Lire la suite : Bienvenue au collège d’Alcatraz

Intervention de la police : un animateur dans le coma

fourgon de la mort4
 
10 mai. 14h 45. Vieux Lille.

Des jeunes font des allers-retours en motocross sur la plaine Winston Churchill. Churchill, c'est le nom de la résidence de 8 tours et de 400 foyers située à la périphérie nord du Vieux Lille. Là où vivait Hakim Djelassi, tué en toute impunité après son passage dans un fourgon de police en 2009. C'est là aussi où est retrouvé, ce mercredi 10 mai, Johnny, inanimé, la tête ensanglantée, suite à une intervention des forces de l'ordre. Johnny est toujours dans le coma à l'heure où l'on écrit ces lignes. Accident ? Violences policières ? On est allés à la rencontre des habitant.es du quartier pour comprendre ce qu'il s'est passé.
Lire la suite : Intervention de la police : un animateur dans le coma

La mairie de Lille intente un procès à La Brique

crieeLe 4 octobre à 14h, La Brique comparaîtra devant le tribunal de police. L'accusation ne porte ni sur une injure, ni sur une diffamation, mais sur son mode de vente : la criée sur les marchés. Il faut dire qu’à Wazemmes ou à Sébasto, le journal a ses habitudes. Depuis neuf ans, la sortie de chaque numéro se fait, entre autres joyeusetés, aux cris de « plus fort que la Voix du Nord, plus vénère que Nord Éclair », de « sans publicité, sans subvention, sans concession ». Notre canard est coupable d’avoir enfreint l’article 43 d'un obscur arrêté pris par Aubry en 2004 qui prévoit que « dans le but de préserver la sécurité et la tranquillité publique, l'accès aux marchés est interdit aux véhicules publicitaires, cortèges, vendeurs et distributeurs de journaux, tracts de toute nature et de prospectus à caractère publicitaire ». Votre feuille de chou n’aurait pas sa place sur un marché !
 
Lire la suite : La mairie de Lille intente un procès à La Brique

Des apprentis pâtissiers réclament « leur part du gâteau »

ours patissierÀ Boulogne-sur-Mer aussi, le mouvement se met en place. Les jeunes lycéen.es et étudiant.es du Boulonnais, avec l'aide militante de La Mouette enragée1 – média communiste libertaire – occupent l'espace public, prêt.es à en découdre avec le gouvernement Valls et sa loi travail. Cette mobilisation donne à voir les différentes formes de répression policière, durant ou en dehors des manifestations.
 
Lire la suite : Des apprentis pâtissiers réclament « leur part du gâteau »

De quelle violence parle-t-on ?

ACAB

Après plus de deux mois de mobilisations contre la loi travail, le gouvernement décide de sortir l'artillerie lourde à l'Assemblée nationale… et dans la rue. À l'Assemblée, la clique hollandienne sort le 49.3, petit bijou anti-démocratique, qui fait tomber le masque d’une représentativité d’une classe qui ne représente plus rien ni personne. Dans la rue, c'est à grands coups de lacrymo, de grenades de désencerclement et de tirs de flash ball que le gouvernement a décidé d'en finir avec le mouvement social contre la loi travail.

Lire la suite : De quelle violence parle-t-on ?

Les deux de la CNT, procès du 25 mai

CNT2Le mercredi 25 mai les deux militants arrêtés suite à la manif du 20 avril dernier passent en procès après un mois de contrôle judiciaire. Si l’un des deux militants a été relaxé, l’audience, présidée par le juge Trévédic1, n’incarne pas moins un bel exemple d’une justice arbitraire aux ordres d’un État policier.

L'article sur le premier procès se trouve ici.

 

Lire la suite : Les deux de la CNT, procès du 25 mai

La peur au cœur de la machine démocratique

page04Détendez-vous ! Pour votre sécurité, vous n'aurez bientôt plus de libertés… Tel pourrait être le slogan du gouvernement alors que l'état d'urgence est en passe d'être inscrit dans la Constitution. Dernière manifestation en date d'une dérive sécuritaire sans limite où la peur est devenue un dispositif politique implacable de contrôle et de soumission des populations.

Lire la suite : La peur au cœur de la machine démocratique

Organiser le pessimisme

policesDepuis les attentats du 13 novembre, difficile de s'y retrouver face à l'afflux de sentiments, d'images, et de mots. Ça défile, et ça défile sec. Nous n'avons eu que peu de temps pour ressentir et réfléchir, et il va nous en falloir encore beaucoup. Le gouvernement lui n'a mis que quelques heures avant d'exploiter cette fenêtre pour imposer un programme ultra-sécuritaire inspiré de fantasmes extrême-droitiers. Alors que nous ignorons à présent quand nous pourrons sortir de « l'état d'urgence », notre réaction doit être à la mesure de ce qui est en train de se jouer.
Lire la suite : Organiser le pessimisme

Vendeurs de roses, bouquets de tonfas

vdrderoses1200dpi 1Débuté début octobre, le procès des deux policiers accusés de racket envers les vendeurs de roses lillois vient de s'achever. Jugés coupables, les flics écopent respectivement de 3 ans et 18 mois de prison ferme. A cette occasion, voici l'article publié en juin 2015 dans La brique.

En mars 2013, les médias locaux et nationaux braquent les projecteurs sur les vendeurs de roses lillois. Ils relatent les violences policières qu’ils ont subies à plusieurs reprises. Ces demandeurs d’asile politique originaires du Bangladesh ont été les proies d’agents de la police aux frontières de Lille. La justice tarde à rendre son verdict. Retour sur cette histoire qui en dit long sur le climat puant de notre « belle France » et sur  ceux que l’on croise dans nos soirées festives mais dont on ne sait rien.

Lire la suite : Vendeurs de roses, bouquets de tonfas

Lahoucine : seule la lutte paye

achille police3 1À Montigny-en-Gohelle, le 28 mars 2013, Lahoucine Aït Oumghar, 26 ans, était abattu devant chez lui de cinq balles tirées par la police. Les habitants du quartier de la Fosse du 7 ne veulent pas oublier.

Lahoucine, revendeur de voitures en auto-entrepreneur – fils de mineur immigré - passe une nuit dans un hôtel près de Cambrai. Visiblement énervé de sa nuit, il en demande le remboursement à la réceptionniste, ciseaux en main. Elle lui répond qu’il n’y a pas d’argent dans la caisse, le jeune homme repart en colère sans s’éterniser. Il prend la route pour Montigny. Pendant ce temps, la réceptionniste raconte l’altercation à sa supérieure. Cette dernière l’incite à appeler la police, parlant d’un “braquage”. La sûreté de Cambrai est prévenue, une voiture de quatre flics se rend à Montigny pour interpeller Lahoucine. Trois d'entre eux, en civil, sortent de leur voiture. Lahoucine s’en serait pris à l’un d’eux avec les ciseaux. Malgré leur supériorité numérique et le port de gilets pare-balles, les 3 flics font feu sur Lahoucine. Il tombe à quelques mètres de chez lui, cinq balles dans le corps.

Lire la suite : Lahoucine : seule la lutte paye

Lille en résistance

resistancesSyndicats, associations, collectifs, à Lille, ce sont ces militant-es qui portent la résistance contre les idées d’extrême-droite dans les entreprises, les facultés, les écoles, la rue. La Brique a voulu rencontrer certaines de ces orgas qui figurent en première ligne afin de leur laisser la parole sur leurs actions et leurs combats.

L’année écoulée aura été marquée par les diarrhées verbales sur les Rroms, La Manif Pour Tous, Dieudonné, les résultats électoraux du Front National, des médias hallucinants de complaisance... Autant de supports à la haine qui aboutissent à une banalisation des discours et d’idées racistes, homophobes, islamophobes, dans tous les pans de la société. L’homophobie devient une opinion, le racisme est partout chez lui : « à l’hôpital, la préfecture, la mairie, chez le médecin, dans la rue... », nous diront les sans-papiers. Partout où la République étant son bras, en somme.

Lire la suite : Lille en résistance

Raoul Vaneigem : « La Grèce apprend à se passer de l’État »

autogestionEn cogitant ce numéro sur les pouvoirs (n°39, mars/mai 2014), on s’est dit qu’on donnerait bien la parole à Raoul Vaneigem. Ancien membre de l’Internationale situationniste, il compte parmi celles et ceux qui ont fait Mai 68 et a écrit une foultitude d’ouvrages qui nourrissent encore la pensée révolutionnaire. Parti voir ce qu’il se passait en Grèce, Vaneigem nous a proposé de discuter de comment, là-bas, les Athéniens s’organisent pour lutter contre le pouvoir.

Lire la suite : Raoul Vaneigem : « La Grèce apprend à se passer de l’État »

Sequedin, terminus de la misère sociale

flic 1Au Tribunal de Grande Instance, j'assiste à deux procès en comparution immédiate. Quelques jours plus tôt, un avocat lillois qui a passé plusieurs années aux comparutions immédiates me donnait son ressenti sur cette procédure : « C'est fait pour mettre les gens en prison. Les droits de la défense peuvent-ils être respectés lorsqu'on voit une personne 30 minutes ? Parfois les gens n'ont pas dormi depuis trois jours, ont un t-shirt encore maculé du sang de leur victime... » Démonstration.

Lire la suite : Sequedin, terminus de la misère sociale

Page 2 sur 5

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...