Les deux de la CNT, procès du 25 mai

CNT2Le mercredi 25 mai les deux militants arrêtés suite à la manif du 20 avril dernier passent en procès après un mois de contrôle judiciaire. Si l’un des deux militants a été relaxé, l’audience, présidée par le juge Trévédic1, n’incarne pas moins un bel exemple d’une justice arbitraire aux ordres d’un État policier.

L'article sur le premier procès se trouve ici.

 

Comme un signe, le procès se tient dans la salle des comparutions immédiates. Et c’est de mauvais augure. Quatre prévenus passent avant les deux militants pour connaître leur sort. Un premier est envoyé en taule en attendant son procès pour vol de sac à main, le deuxième aussi, pour des histoires d’escroquerie bancaire à coup de quelques centaines d’euros… Le troisième, grabataire, a du mal à tenir sur ses deux jambes, il est atteint de maladie grave et on se demande comment il a pu cambrioler des appartements en « forçant la porte avec son poids », mais qu’importe, ce sera la prison pour lui aussi. Dans sa grande mansuétude le juge demande à l’avocat la liste des médocs dont il a besoin pour (sur)vivre en attendant son procès. Le quatrième s’en sort avec un contrôle judiciaire grâce à son boulot, enchaîné à son travail c’est une garantie suffisante pour le tribunal.

Une mission (très) spéciale

Commence alors l’audience des deux militants. Le juge Trévédic donne d’abord la parole aux quatre flics plaignants. Il souligne que leur « agression » n’a entraîné aucun arrêt de travail pour trois d’entre eux et un jour pour le quatrième, qui a quand même remis son atèle au doigt pour l’occasion — un mois après les faits. Les armoires à glace défilent à la barre, ils expliquent que le jour de la manif, ils étaient « en mission pour infiltrer, repérer et subtiliser les pots et brosses qui servent à placarder des affiches sur le parcours de la manifestation ». Autant dire que les BACeux sont en opération spéciale. À la question du juge « et il y avait quoi sur ces affiches ? », le brigadier chef Fraquet bafouille « euh, je sais pas trop… ACAB2 je crois ». Un des prévenus rectifie : « C’est faux, il était juste marqué “pas de visage, pas de coupable“ et une autre avec “ça sent le Gattaz, tout va péter“ ». Pour leur mission primordiale, les flics ne semblent pas fort bien renseignés…

CNT2

En quête de preuves

Mais les approximations ne se limitent pas qu’au contexte. Sur les faits dont ils auraient été victimes, on se retrouve face à un superbe exemple de ce que la littérature policière fait de mieux. Ils se seraient fait « lyncher », « molester », « pris une clé d’étranglement » par « une trentaine de manifestants »… Pas avares de superlatifs, les BACeux s’embarquent dans une description digne des plus belles scènes de Fight Club. Comme pour avaliser leurs dires, le juge déclame les constatations médicales dont ils ont fait l’objet. Pourtant celles-ci décrivent principalement des contusions, des bleus quoi... Quand il s’agit de parler du rôle des deux prévenus dans cette bagarre, les flics s’emmêlent : « Je ne sais plus s'ils étaient devant ou derrière moi, mais j’en ai reconnu un, j’en suis sûr » et le juge : « vous les avez clairement identifiés ? ». « Je veux pas être formel » répond l’agent Vandolen. « Si vous ne savez pas, vous forcez pas ! » soulève le juge Trévédic. Mais la stratégie policière est rodée, l’un des deux accusés portait une veste en jean avec un col de fourrure, tandis que l’autre était en noir avec des lunettes de soleil ; les flics concentrent donc leur témoignage sur « la veste en jean avec le col en moumoute » clairement identifiable. Et quand ils ne savent pas quoi répondre aux questions du juge, ils invoquent un « effet tunnel » au moment des faits, qui leur permet toutes les approximations possibles sur le cœur de l’action.

Des témoins mis en cause

Pour les six témoins de la défense, isolés pendant le procès, certains points sont clairs : les flics n’ont pas cherché à « subtiliser » colle et brosse, mais bien à arrêter un.e manifestant.e. La foule est intervenue pour récupérer cette personne « agressée » par un flic en civil et sans brassard. Quant aux prévenus, ils étaient positionnés à bonne distance de la scène, derrière des banderoles. Le visionnage de la vidéo montre une scène rapide, mais où la fine équipe prend le temps de refermer la porte de l’école où ils se réfugient, à distance du cortège. On est loin des délires policiers et de « l’extrême violence » qu’ils auraient subie. Quand le juge entend « tout le monde déteste la police » dans la vidéo, il regarde les policiers en souriant : « Vous voulez qu’on la remette une fois ? », le public se marre.

Le juge et la vie réelle

Pour Trévédic, trois possibilités se présentent : « Soit c’est bien vous les coupables des coups et blessures, soit les policiers se sont trompés, soit ils ont cherché des coupables », mais il estime que la troisième option est peu probable. Une méconnaissance des forces de l’ordre en service à Lille, qu’on attribuera à son arrivée récente dans la région… Et quand il questionne l’un des accusés sur les conditions de son arrestation, on sent bien que le juge côtoie plus la police dans les couloirs du tribunal que dans la rue : « Pourquoi quand un motard de la police nationale s’approche vers vous, vous prenez la fuite ? ». Heureusement, le prévenu se fait pédagogue : « Quand un dépositaire de l’autorité publique court vers vous mains tendues, c’est pas pour vous serrer la main… ».

Pendant que ses clients lancent des regards de bulldog aux accusés, l’avocat Rigler s’enflamme dans une ode aux forces de l’ordre. Puisque le dossier est creux comme une meule de gruyère mais qu’une parole de flic, ça vaut plus qu’une parole d’évangile, autant fanfaronner : « Mon Dieu ! Quelle chance j’ai de défendre des fonctionnaires de police. Ils sont les soldats, les guerriers, les premiers... ». Tout ça sonne comme un mauvais tract d’Alliance3, mais qu’importe, c’est du pain béni pour la proc’ : « J’ai regardé ce dossier avec la plus grande objectivité. Ces policiers ont eu extrêmement peur pour leur intégrité physique ». Elle demande six mois ferme et deux ans d’interdiction de manif.

Une justice aux ordres

L’avocate des accusés soulève les incohérences dans les auditions des flics et l’incongruïté de la situation lorsque les BACeux jouent aux voleurs de colle. Elle rappelle que le collage d’affiche n’est passible que d’une contravention et que les vidéos montrent une scène loin de celle décrite par les policiers. Mais tout ça n’y fait rien, après sept heures de procès, à 23 heures, le verdict est tranchant : si l'un des militants est relaxé, l’autre, à la veste en jean, écope de six mois de prison avec sursis, deux ans de mise à l’épreuve, un an d’interdiction de manif, cinq cent euros de dommages et intérêts par tête de flic et l’obligation de trouver du travail. Il fait appel de sa condamnation.

Affaire à suivre.

 

Igor Dilligence

1. Ancien juge antiterroriste qui a instruit notamment l’affaire Karachi, celle du « gang de Roubaix » et des moines de Tibhirine.

2. ACAB : « All Cops Are Bastards », littéralement « Tous les flics sont des bâtards ».

3. Premier syndicat dans la police nationale. Très à droite.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...