Selom, Matisse, Fives : Un maximum de bruit - Témoignages

selom matisse

Ce témoignage a été enregistré le 6 avril 2018 dans un bistro de Fives.

Pour l'écouter : cliquez-ici / Ou écoutez Radio Campus ce jour, mardi 15 mai, à 14 heures.

Il est consacré aux circonstances de l’accident du TER qui a coûté la vie à deux personnes

En décembre dernier dans le quartier de Lille Fives. Rappelons brièvement les faits : le 15 déc., en début de soirée, quatre amis, Selom, Matisse, Aurélien et Ashraf se trouvent à l’entrée de la cité Saint Maurice à Fives. Vers 21 h. une patrouille de la BST (brigade spécialisée de terrain) débarque, matraques à la main. 

Face à l’arrivée des condés, les jeunes prennent la fuite, escaladent un mur donnant sur les voies, et se font happés directement par un train sur la ligne Lille Calais Dunkerque. Sélom, 20 ans, et Matisse, 18 ans, vont succomber à leurs blessures, les deux autres, Ashraf et Aurélien seront grièvement blessés. Le soir même, comme toujours dans ces cas-là, la machine médiatique et politique se met en place avec un seul et même objectif : Disculper les forces policières et criminaliser les victimes.

 

On a donc voulu entendre la famille et les amis des victimes pour balayer les mensonges de la pref. et des keufs, tenter de lever le voile sur ce qui s’est réellement passé cette nuit-là et préciser un peu les suites de l’enquête en cours. Pour cela, on est avec la famille de Sélom et deux potes de Selom et Matisse qu’on remercie d’être là. Et également des militants du C.R.I.M.E. et de La Brique.

selom matisse fives d0573

Le C.R.I.M.E., c’est le collectif contre la répression des individus et des mouvements d’émancipation.

c.r.i.m.e 65b72 41789Ils ont publié très vite sur la toile un communiqué face aux aberrations publiées dans les médias. En livrant notamment le témoignage des deux rescapés, Aurélien et Ashraf, qui attestent tous deux de la présence policière ce soir-là contrairement à ce qui se disait alors. La Brique, a publié quant à elle deux articles dans son dernier numéro à propos de Fives, l’un concernant le traitement médiatique de cette affaire orchestrée par la VDN et qui s’intitule "Sélom et Matisse, la VDN fait le SAV des flics". Et un autre qui revient sur "les déploiements policiers qui sont à l’œuvre dans le quartier" depuis septembre dernier (patrouilles, armes de guerre en bandoulière, stationnement de cars de CRS sur les places, contrôles d’identité permanents, etc.).

Dans cette émission, on va revenir à la fois sur les circonstances de l’accident, mais aussi sur l’intensification des déploiements policiers, et enfin sur le traitement médiatique de l’affaire."

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...