Censure politique contre médias indépendants

512edfe07f15c3c568ad438030b6a076Depuis 1999 le réseau de site internet Indymedia permet à des militant.es du monde entier de publier des textes de façon anonyme pour se protéger de la répression. Fin 2017 se tient le procès des personnes accusé.es d’avoir incendié une voiture de flic durant une manifestation contre la loi travail. Plusieurs actions de soutien aux accusé.es ont lieu et des communiqués sont postés sur Indymedia Grenoble et Nantes pour rendre visibles les mobilisations.

 

 

Suite à ces publications, l'État, au travers de l'office central de lutte contre la cybercriminalité, exige leur retrait. Les équipes des Indymedia refusent. Le gouvernement veut alors ordonner le blocage et le déréférencement des sites mais pour cela il lui faut l'avis de la commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) qui s'y oppose. En effet, cela ne peut se faire que si le site refuse de supprimer dans les 24 heures un contenu à caractère « terroriste » (avec des guillemets suffisamment gros pour recouvrir tout et n'importe quoi). Or la CNIL considère que ce n’est pas le cas ici car les enquêtes ouvertes sur les actions de soutien ne sont pas dans le cadre de l’anti-terrorisme. L’État se passe de l’avis consultatif de la CNIL et réclame le blocage et le déréférencement des sites auprès des fournisseurs d’accès à internet et des moteurs de recherche.

La CNIL porte alors l'affaire devant le tribunal administratif en décembre 2018. Le tribunal, dans sa décision rendue le 31 janvier 2019, considère que ces actes ne représentaient pas un caractère « terroriste » et a donc annulé les demandes de suppression d’articles et de blocage et deréférencement des sites.

Les Indymedia sont donc sauvés, mais pour combien de temps ?

Cette tentative de bâillonnement n’est que l’énième attaque d’une longue liste contre des médias militants : procès contre le Jura Libertaire pour « Insulte à l’autorité de l’État » ou encore pour diffamation du groupe Bolloré avec Bastamag.

Ces détournements des lois antiterroristes servent de plus en plus pour réprimer les mouvements sociaux. On peut le voir dès leurs origines, dans les lois dites scélérates qui visaient le mouvement anarchiste à la fin du XIXè siècle jusqu’à la façon dont, plus récemment, l’état d’urgence a été utilisé pour réprimer des militant.es écologistes en 2016. Et cela jusque dans les discours des dominant.es, comme lorsque Pierre Gattaz, en 2016, n’hésite pas à comparer la CGT à des terroristes lors des mouvements contre la loi travail.

citoyen parfai

Bonne nouvelle pour les États, un nouveau moyen de (ré)pression est en cours de préparation par l’Union Européenne, sous l’influence de la France et l’Allemagne, avec la proposition d’un règlement « relatif à la prévention de la diffusion en ligne de contenus à caractère terroriste » qui doit être voté le 1er avril prochain. Il obligera tout acteur du web (hébergeurs de blog ou de vidéos, sites de presse, petits forums ou grands réseaux sociaux) à bloquer dans l’heure n’importe quel contenu signalé comme « terroriste » par la police (sans l’autorisation préalable d’un juge) et à lui-même mettre en place un système de détection et de filtrage automatisé des contenus « illicites » pour devancer les demandes de la police.

Si ce n’est pas respecté, l’acteur.rice risque une amende allant jusqu’à 4 % de son chiffre d’affaires.

Ce règlement va encore amplifier les pouvoirs de censure politique de la police qui peut se passer de la justice pour imposer la norme établie par l’État. La pression financière va aussi pousser les sites à supprimer plus que nécessaire pour éviter les amendes et enlever tous contenu semblant critiquer l’État.

En attendant de voir ce que ça donne, on lâche rien, on les soutient et on souhaite courage à tout le réseau Indymedia ! Et n’hésitez pas à aller faire un tour sur notre Indymedia local. Il est accessible à l’adresse lille.Indymedia.org et contient plein de textes et rendez-vous critiquant l’État et sa norme !

John Trent

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...

  • La Saga de l'été arrive : Eclairage sur les lumière lilloises !

    Profitez de vos soirées libres d'été pour éclaircir les zones d'ombre sur les lumières lilloises ! Les 4 dernières parutions de La Brique ont eu le plaisir d'acceuillir une saga encore plus éblouhissante que la saga Star Wars ou encore Harry Potter, la saga des Lumières. Chaque vendredi, à...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...