« Nous sommes sans ticket... et terroristes ? »

juge savaryL'année dernière, La Brique a suivi le procès intenté à la Mutuelle des fraudeurs1. Dans un prédédent numéro, nous étions allés les rencontrer2.

Peu avant ce bouclage, la Mutuelle nous a fait parvenir un communiqué.

Les mauvais jours finiront.

Nous sommes membres d'un collectif désormais interdit par la loi. Pourtant nous n'avons pas ouvert le feu sur des gens en terrasse, ni tenté de le faire dans un TGV. Nous militons pour des transports en commun gratuits et organisons une solidarité entre celles et ceux qui n'ont pas les moyens de payer leurs déplacements. Mais aux yeux du gouvernement et de l'Assemblée nationale au complet, nous représentons un danger assimilé au terrorisme.

Pour la loi sur le renseignement, le gouvernement et l'Assemblée avaient profité des attentats de janvier 2015 pour accélérer leur agenda sécuritaire commun aux industries et services de surveillance. Après ceux de novembre, le prétexte de l'attentat raté du Thalys a permis le vote à l'unanimité d'une loi sur la « sécurisation des transports ». On ne parle pas ici de lois d'exception ni d'état d'urgence, mais d'une loi de droit commun : la loi Savary, du nom du député socialiste qui l'a portée. Celle-ci déploie un arsenal carcéral à l'encontre à la fois des terroristes et des simples fraudeurs, rassemblés par une même loi au motif que chacun d'eux contribuerait au « sentiment d'insécurité ».

Cinq amendes non payées en un an : six mois de prison. Fuite face à des contrôleurs : deux mois de prison. Déclaration d'une fausse adresse : deux mois de prison. Signalement de la présence de contrôleurs : deux mois de prison. Organisation d'une mutuelle de fraudeurs : six mois de prison. À cela s'ajoute, entre autres mesures répressives, l'autorisation de fouille des bagages ou l'échange de fichiers entre les entreprises de transport et les organismes sociaux pour ainsi mieux confondre les fraudeurs. L'objet réel de cette loi est donc clair : assurer les revenus des actionnaires des sociétés de transports en commun, principalement Veolia, Keolis et la SNCF en criminalisant les plus précaires.

À Lille, nous nous sommes organisé.es en mutuelle depuis 2009. Étudiant.es, travailleur.ses précaires, réfractaires au fichage des déplacements, militant.es pour la gratuité des transports, nous mettions au pot commun pour voyager sans ticket. Charge à la caisse commune de payer les amendes. Cette forme d’entraide concrète profitait d'un vide juridique : en 2014, après que la Brigade financière, généralement habituée aux gros bonnets, ait perquisitionné deux membres de notre mutuelle, le procès a abouti à une relaxe. Ce qui devait faire enrager l'élu délégué aux transports de la métropole lilloise, Gérald Darmanin (LR) qui, comme député et comme élu local, renforça les mesures sécuritaires à l'encontre des « usagers ». Après la multiplication des caméras et micros de surveillance, la carte RFID qui consigne nos allées et venues, le projet d'installation de portiques dans le métro, la fin de la gratuité pour les plus fragiles (chômeurs, handicapés, etc.) et l'augmentation des tarifs, on se demande jusqu'où ira la M.E.L (Métropole Européenne de Lille) pour appauvrir, surveiller et criminaliser toujours plus.

Si la loi de sécurisation des transports est une page de plus dans la longue liste des modalités de la répression, il faut souligner le cynisme particulier de l'alibi terroriste. Comment peuvent-ils ensuite s'étonner que les précaires rejoignent les manifestations les plus déterminées contre la loi travail lorsqu'ils mettent en place de telles lois ?

Nous ne pouvons considérer la loi de sécurisation des transports que comme la création d'un délit de solidarité, ainsi qu'il en a été à l'encontre des soutiens aux migrants il y a quelques années. Mais cette mesure n'y fera rien. Dans un contexte de précarisation, ajouté à l'augmentation du prix des tickets et à l'obligation qui nous est faite de voyager toujours plus loin et plus longtemps pour trouver un employeur ou un logement abordable, la fraude augmentera nécessairement. Les réseaux de solidarité et d’entraide se constitueront, et se constituent déjà, ailleurs et autrement.

Ceci est donc le dernier communiqué de notre Mutuelle.

 

La Mutuelle des fraudeurs de Lille

 

1. « La chasse est ouverte », La Brique, N°44

2. « Mutuelle des fraudeurs, ensemble créons des liens », La Brique, N°45

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...