Anticipations : l’avenir est sombre

dessinhlngiom2 « La nature imite l’art », disait Wilde (Oscar). Aujourd’hui c’est la réalité, et plus particulièrement les moyens mis en œuvre pour la sûreté publique, qui ressemble à un mauvais film de science-fiction. Vous aimez bien quand un flic commente ce que vous avez acheté au carrouf ? Vous avez vu le drône qui vous demande de rentrer chez vous immédiatement ? Non ? Ça fait un peu peur quand même hein ? Mais ne nous laissons pas dépasser par nos émotions : la froide supériorité de notre raison analytique nous permet d’examiner objectivement les conséquences probables du confinement. Tâchons donc d’imaginer de quoi demain (enfin, après-demain, dans un mois, le jour où on sortira de nouveau) sera fait : quelques scénarios, trouvés aux meilleures sources.

 Avertissement ! Article garanti sans enquête : aucune adéquation de la pensée aux choses n’a été opérée dans l’élaboration de ce texte.

 

 

Scénario 1 : Totalitarisme numérico-sanitaire

 

 

Chacun.e sait que les gardiens de la paix, tels les acteurs d’une expérience de Milgram1 grandeur nature, ont beaucoup de mal à se retenir d’appuyer sur la gachette de leurs petits jouets sadiques. Or le couvercle qui maintenait tant bien que mal les désirs répressifs fascistes a désormais définitivement sauté. Car non seulement ils ont grave pris la confiance ces derniers temps, mais maintenant il y a une bonne cause. La combinaison cardinale devient celle de la santé et de la sûreté. La risque sanitaire, argument ultime du quadrillage policier. Tout ce qui hier encore pouvait apparaître à quelques esprits rétifs comme « du flicage un peu intrusif » devient maintenant nécessaire : traçage des déplacements via les tél, contrôle des relations sociales, mise à contribution de la population dans sa surveillance et celle des autres, catégorisations des gens selon leur degré de risque sanitaire…

Quel gouvernement, pour une telle mission ? Les flics d’acier se sentent investis de la mission de maintenir vivante la société : ce n’est plus seulement l’ordre public qui, croient-ils sous leur crâne rasé, reposent sur leurs LBD, mais plus fondamentalement la survie de l’espèce humaine. La Police Nationale est renommée Survie et Sécurité. « La survie, c’est la première des libertés », annonce le Préfet BigCasquette, réquisitionné à la tête du gouvernement de Régénération Nationale. « Les libertés non-essentielles ne seront donc désormais plus autorisées », poursuit-il. La peur gagne l’ensemble de la population et devient petit-à-petit la seule chose que nous partageons encore : les pandémies, les confinements, les tags de commandos gauchistes, se succèdent sans fin, rendent toujours plus incertain l’avenir.

 

Scénario 2 : Les 120 journées du confinement

 

 

Un retour à la normale ? Non, plus jamais. L’exode massif du XVIe à Belle-Île aura pour nous représenté comme une brèche ouverte sur l’avenir. Car dans le même temps, des ouvrier.es continuaient à maintenir les productions nécessaires, sans l’ombre d’une protection. L’avenir est à la sécession des riches et au sacrifice des pauvres.

C’est que le virus n’est qu’une face d’une crise plus générale, disons le mot, d’un effondrement : bouleversement des climats, mega-feux, disparition accélérée des espèces animales… Bientôt les villes seront invivables, la nourriture manquera, des conflits terrifiants se déclencheront, d’autres maladies plus terribles reviendront. L’avenir n’est pas sombre : il est foutu, il n’y a plus rien à sauver.

Passé le petit moment d’abattement que suscite cette prise de conscience, l’état d’esprit de la population change : les barrières morales qui empêchaient la plupart d’entre nous de nuire trop visiblement aux autres s’affaissent. La seule option devient : chacun.e pour soi, vite se dépêcher de prendre sa part, se baffrer, jouir par tous les pores, profiter-tant-qu’il-en-est-encore-temps, se faire plaisir jusqu’au bout, jusqu’à en crever. Le nihilisme devient religion officielle d’État. La production est réorganisée de façon à maintenir le niveau de vie des élites, « quoi qu’il en coûte » : les usines tournent à plein dans un air toujours plus raréfié, l’esclavage est rétabli, l’exploitation minière relancée à Auchy. Le seul éclair de joie devient le mal que l’on peut faire à l’autre. Peu à peu, le riche redécouvre les jouissances si intenses de la torture : les safaris de pauvres deviennent un loisir couru, les oreilles, doigts et nez prélevés sur les ouvrier.es un accessoire de mode. Le matin, le cadavre des rebelles exécuté.es pendant la nuit flotte doucement sur la Deûle.

 dessinhlngiom

 

 

Scénario 3 : Soleil vert

 

L’alternative nous apparaît chaque jour plus claire : dire au-revoir à grand-papa ou voir baisser le PIB ? Quelques précurseurs courageux l’ont dit d’emblée, aussitôt noyés sous l’opprobre de la bien-pensance humaniste. Mais le déni ne peut persister longtemps : chaque jour, chaque heure, chaque minute est une minute perdue sur le front de la bataille économique.

Utilitarisme et darwinisme social deviennent les mots d’ordre d’une société qui ne se ment plus à elle-même. « Quel est le plus utile, nous demande-t-on : la survie de quelques improductifs, ou une création de richesse qui bénéficiera au plus grand nombre ? » « La vie est cruelle, ajoute-t-on : la vie c’est le risque, c’est la maladie, c’est la mort. Ne pas s’attacher, affronter les dangers : dans cette guerre qu’est la vie, seuls les plus compétitifs d’entre nous resteront en marche ».

Armée de ces convictions, allégée de celles et ceux que l’on ne pouvait garder, la population reprend l’Oeuvre Productrice, sans faillir. La semaine de 60 heures n’est bientôt qu’un souvenir joyeux pour ceux qui en abattent 90. L’espérance de vie chute à 35 ans pour les femmes, 23 pour les hommes. Le principe de réalité triomphe. La réalité c’est la mort.

 

Scénario 4 : Épicurisme et herbes folles

 

À la faveur de cette crise, les vraies valeurs apparaissent enfin, les vraies questions se posent : est-il nécessaire de rémunérer davantage les pilotes de ligne que les infirmières ? Avons-nous davantage besoin de nutella que de pommes ? Au fond, n’avons-nous pas été abreuvé.es de désirs superflus ?L’épicurisme originel se répand dans la population, telle une nouvelle religion : apprendre à se satisfaire de peu, faire la somme des petits plaisirs quotidiens, distinguer l’accessoire du nécessaire. De nouvelles formes de conscience émergent d’un coup, et elles ne peuvent plus se taire : la protestation se propage comme un virus. Soudainement, tout ce qui hier encore suscitait le désir devient osbolète. Obsolète. Extinction rebellion se charge de donner une expression politique à ce sentiment. La société n’a-t-elle pas jusqu’à présent valorisée des choses inutiles et pas gentilles ? Nous sommes le problème. Le boycott éco-responsable est l’arme brandie par chaque consommateur.ice éco-responsable. Les marchands d’armes, les politiciennes d’extrême-droite et les producteurs de films pornos font faillite. Moins de commande chez Dassaut, licenciements, moins d’achats de bagnoles, pas de jouets à Noël et pan dans ta gueule… c’est petit-à-petit tous les secteurs industriels qui disparaissent dans l’indifférence générale. Le vieux monde se meurt. Internet ne marche plus que vingt minutes par jour, consacrées à regarder des videos de chatons. La Brique devient Le Pain quotidien et part s’établir dans la forêt de Phalempin ; ses membres se lancent dans la culture de houblon, réalisant le vieux rêve marxiste du « travailleur polyvalent », paysan le matin, journaliste l’après-midi et ivre mort le soir. Devant l’effondrement, il apparaît bien vite que seule l’entraide et la bienveillance réciproque pourront fournir une porte de sortie : on montre du doigt ceux qui ont essayé de s’en sortir seul dans leur coin, sans aider les autres, et qui sont morts de faim tout seul chez eux. Bien fait. Le gens reprennent le goût de se parler, de regarder le temps passer, la vie est là, simple et tranquille.

 

1 : expérience de psychologie des années 60 cherchant à évaluer les limites de l’obéissance à une autorité incitant à accomplir des actes visiblement néfastes.

Tryphon Lefuneste

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...