Édito n°55 - Mai 68 : On s'y croirait presque

68 18 edito

On peut penser ce qu'on veut de Macron et son monde, on doit au moins lui reconnaître une chose : quand il commémore, il commémore. Pour les 50 ans de Mai 68, il a mis le paquet. On s'attendait à des réceptions, des interviews de Cogne Bendit, des expos' pavées de bonnes intentions... Pensez donc ! À la place, il nous sert sur un plateau un gigantesque jeu de rôle, une reconstitution grandeur nature, au plus près du réel.

 

Voyez plutôt. Ces milliers de CRS mis à contribution pour l'occasion, entraînés à rejouer les mêmes affrontements qu'à l'époque : barricades, gazages, matraquages, expulsions, explosions, cassages de « crânes », violences, violences. Avec des nouveautés bien sûr, progrès oblige :  caméras, drones, flash-balls, grenades de combat, qui viennent nous rappeler qu’on est bien en 2018. Cinquante ans après, l’État prend toujours autant de soin à mener la guerre contre sa population, mutilant Maxime avec ses armes dernier cri, la grenade GLI-F4 en tête. Les règles du jeu ont été revues et durcies, inscrites dans le nouvel État d'exception permanente.

Toujours complices, les médias ne se font pas prier pour souffler leur mépris sur les braises, avec le vocabulaire obligé : « violences », « prises d'otages », « casseurs ». Même si les ficelles sont grossières, on salue l'investissement des éditocrates politiques (parmi lesquel.les se trouvaient, paraît-il, des professionnel.les du désordre). Après les répétitions de 1995, 2006 et 2009 et la générale de 2016, les discours sont rodés, les éléments de langage sont devenus des réflexes de bons petit.es soldat.es du journalisme d’État.

Et Macron ? Maître du jeu, il s’y croit à fond. Il balance ses pions, renverse toutes les pièces, change les règles quand il veut et finit par envoyer valser le plateau. Il s'attaque à tous les secteurs en même temps : travailleur.ses, étudiant.es, retraité.es, sans leur laisser le moindre répit. Il occupe tout le terrain, passant d'une réforme à une autre comme autant d'invitations à rejoindre la rue. Il a commencé avec la loi « Travaille ! », histoire de remotiver les mobilisé.es de 2016. Puis la CSG pour attirer les retraité.es, ou encore Parcoursup, bombe à retardement pour lycéen.nes. Et il insiste, le croupier de l'Elysée ; il s'attaque aux symboles, pille minutieusement le service public avec le sourire de Machiavel, pour réveiller ce corps mou qu’est la France « irréformable ». Ne serait-ce pas lui qui a soufflé l’idée de « convergence » des luttes ? Pour qu'enfin la tambouille se transforme en un front uni, un adversaire digne de ce nom. Même les fachos les plus bas de front sont appelé.es à jouer leur rôle d’appât à gauchistes.

Avec l'assaut de la ZAD, on change de décor. On envoie des Playmobils™ par milliers, plantés dans la boue, pour écraser des cabanes sous des nuées de gaz. Face à eux la caillasse, le frisson, le feu et les larmes. Enfin des vrai.es vénères !

Depuis le début du printemps, ça pète de partout. Ce mouvement a bien du mal à durer et à gagner les masses. L’époque se veut plus habituée à jouer aux manifestant.es sur Facebook que face aux CRS, peut-être.Peut-être que les gens sont lassé.es de ce genre de jeu. Qu'on a l'impression de rejouer toujours la même partie. Et qu'à la fin, on perd parce qu'on n'a clairement pas le même nombre de cartes entre les mains. Peut-être que c'est la réalité qui nous rattrape. Des corps se réveillent blessés, meurtris, mutilés. La commémoration n’existe pas, nous sommes bel et bien en guerre.

À nous de jouer. Avec nos règles et nos armes.

La Brique

Dessin par Albert Foolmoon

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...