Édito n°57 - Fièvre jaune et vert.es de rage

macron5On connaissait le rouge, le noir, le violet, le vert... Mais le jaune... Jusqu'ici c'était plutôt la couleur des briseur.ses de grève ! Depuis un mois, les gilets jaunes nous déboussolent : ce soulèvement fait voler en éclats nos représentations politiques. Il nous donne un peu de souffle. On espérait bien que ça pète mais on n'aurait pas cru que ça se passerait de cette façon !

En même temps, avec trente ans de néolibéralisme, de mépris de classe, de déni démocratique, rien d'étonnant là-dedans. Force est d'admettre que leur manière de s'organiser n'a pas uniquement dépassé les partis et les syndicats. La grève se fait la malle, les blocages se multiplient.

On dirait bien que cette lutte a réussi à toucher l'économie en contournant les lieux de production.

On se fait plaisir à imaginer la panique et les sueurs froides de Macron, Philippe, de toute la clique des chiens de garde médiatiques. On peut pas dire le contraire, les gilets jaunes mettent le paquet sur la mobilisation. Malgré les divergences politiques, au fil des rencontres, des liens se tissent. Cette solidarité permet de répondre à l'arrogance des élites, d'affronter gazages et coups de matraques.

Les formes de mobilisation ont peut-être changé mais pas les formes de répression, quoique... Les coups de matraque battent des records, on n'a pas vu de blindés dans Paris depuis 1968 et on voit réapparaitre les voltigeur.es. Localement, les lycéen.nes se font salement gazer alors qu'ils bloquent leur établissement. À la suite de la manifestation des gilets jaunes acte IV du 8 décembre, on dénombre une trentaine de personnes interpellées à Lille.

. . .

Onze ans que La Brique est dans les boites aux lettres, presque 300 contributeu.rices et autant de débats plus tard, l'équipe se renouvelle. Toujours aussi deter' et enthousiastes à l'idée de faire vivre le canard.

Vive le vent vener !

La Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...