Édito n°57 - Fièvre jaune et vert.es de rage

macron5On connaissait le rouge, le noir, le violet, le vert... Mais le jaune... Jusqu'ici c'était plutôt la couleur des briseur.ses de grève ! Depuis un mois, les gilets jaunes nous déboussolent : ce soulèvement fait voler en éclats nos représentations politiques. Il nous donne un peu de souffle. On espérait bien que ça pète mais on n'aurait pas cru que ça se passerait de cette façon !

En même temps, avec trente ans de néolibéralisme, de mépris de classe, de déni démocratique, rien d'étonnant là-dedans. Force est d'admettre que leur manière de s'organiser n'a pas uniquement dépassé les partis et les syndicats. La grève se fait la malle, les blocages se multiplient.

On dirait bien que cette lutte a réussi à toucher l'économie en contournant les lieux de production.

On se fait plaisir à imaginer la panique et les sueurs froides de Macron, Philippe, de toute la clique des chiens de garde médiatiques. On peut pas dire le contraire, les gilets jaunes mettent le paquet sur la mobilisation. Malgré les divergences politiques, au fil des rencontres, des liens se tissent. Cette solidarité permet de répondre à l'arrogance des élites, d'affronter gazages et coups de matraques.

Les formes de mobilisation ont peut-être changé mais pas les formes de répression, quoique... Les coups de matraque battent des records, on n'a pas vu de blindés dans Paris depuis 1968 et on voit réapparaitre les voltigeur.es. Localement, les lycéen.nes se font salement gazer alors qu'ils bloquent leur établissement. À la suite de la manifestation des gilets jaunes acte IV du 8 décembre, on dénombre une trentaine de personnes interpellées à Lille.

. . .

Onze ans que La Brique est dans les boites aux lettres, presque 300 contributeu.rices et autant de débats plus tard, l'équipe se renouvelle. Toujours aussi deter' et enthousiastes à l'idée de faire vivre le canard.

Vive le vent vener !

La Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...