Édito n°61 - C'est quand les municipales, déjà ?

Martine voit vertIl y a six ans, la Brique sortait trois numéros pour passer au crible les pouvoirs locaux et les enjeux des élections municipales. À l’époque Pierre Mauroy venait de mourir et Aubry nous promettait la « Renaissance » de Lille après déjà 14 ans de règne bien tassés.

Saut dans le temps, on est en 2020 et on a la sale impression que nos anciens numéros n’ont pas pris une ride. Martine encore et toujours sur le créneau, malgré ses « promis c’est la dernière ».

« Renaissance » se fait appeler « Eldorado ». Lille, pays de cocagne de ces planqué.es de bourgeois.es qui n’en finissent plus de s’engraisser. En face on galère sévère à se loger et à vivre décemment. Ça ruisselle sec dans la métropole : c’est dans les vieilles friteuses que l’on fait les meilleures frites.

Les particules fines pleuvent sur le riche comme sur le pauvre. L’écologie est donc devenue l’une des principales préoccupations des citoyen.nes. Nos candidat.es n’ont pas tardé à exploiter ce juteux filon. Tou.tes se gargarisent de montrer qu’iels savent bien mettre du vert dans leur vin. Martine fait campagne en affichant « Ici bientôt un arbre » (au bout de six ans c’est pas trop tôt). Daubresse fait sa vidéo de campagne sur la Friche St-So, Spillebout envoie du rêve avec sa « police environnementale » et Baly la joue concept avec la « transformation des îlots de chaleur en îlots de fraicheur ». La campagne est plus cramée que nos sols agricoles. L’écologie n’est plus un enjeu social mais un agrément de cadre de vie.

Quitte à jeter l’importance de l’enjeu avec nos eaux polluées, autant y aller à fond : une moyenne de 11m² d’espaces verts par habitant.e contre 30m² dans les grandes villes, bonus les cimetières sont comptabilisés comme des parcs. Au Nord-ouest de Lille, la ville de Pérenchies construit tellement qu’elle comptabilise les (conséquents) jardins privés pour maintenir son taux d’espaces verts. Finalement peu importe si l’Australie ou la Corse brûlent, pourvu qu’on puisse avoir un ensemble de composteurs à 120 000 euros choisis par un conseil participatif d’habitant.es de quartier. Sur les espaces verts qui restent, on bétonne pour « renouveler la ville », tandis que le nombre de logements vacants du centre ne cesse d’augmenter au gré des spéculations immobilières.

Écologie en carton pas recyclé qui se soucie davantage de la largeur des pistes cyclables et de l’emplacement des pots de fleurs que de la responsabilité des industries polluantes de la région. Elles au moins dorment tranquilles.

Le 15 mars, lors du premier tour, souvenez-vous que les jeux sont déjà faits. Les plus importantes des décisions métropolitaines sont déjà actées depuis décembre 2019 dans le cadre du Plan Local d’Urbanisme. Il prévoit les principaux schémas urbains pour les 15 prochaines années.D’où cette vague impression d’uniformité verdoyante des programmes proposés.

Martine se recycle

L’état des lieux est amèrement négatif et tout le monde s’accorde à le dire. Comment se fait-il alors que Martine soit encore en tête des sondages ? Nos chère.s concitoyen.nes seraient frileux.ses à l’idée du changement ? Ou est-ce un souci de préserver nos antiques pachydermes socialistes de l’extinction ? Ou parce qu'aucun.e des candidat.es ne possède la marche de manœuvre nécessaire à la déboulonner ? Ou peut-être est-ce tout simplement que ces élections ne suscitent pas grand intérêt, car potentiellement à côté de la plaque.

Nous vivons l’un des plus longs mouvements sociaux de l’histoire du pays. Depuis décembre, les semaines lilloises sont rythmées par deux ou trois manifestations : le samedi avec les camarades Gilets Jaunes, le mardi et/ou le jeudi pour les retraites et le mercredi avec le comité des sans-papiers qui entame sa 25ème année (faisant de le lui le plus vieux mouvement social de la métropole). Mais même les manifs sont entravées et commencent à tourner en rond : parcours péraves, pour cortèges invisibles, merci la préfecture.

Au milieu du zbeul, à la Brique on a l’impression d’être les seul.es à s’intéresser au scrutin municipal. On vous en parle évidemment dans ce numéro, mais c’est surtout pour en rire jaune avec vous ! Notez qu’on vous parlera plus de social que tous les programmes réunis.

Ce que nous voyons surtout, c’est une colère populaire, défiance ininterrompue à l’égard des représentant.es du pouvoir. Les bouffonneries électorales semblent donc à mille lieux de la rue. Lille est une des terres historiques et l’une des dernière grande mairie tenue par le PS. Les ruines de ce dernier auraient bien du mal à éviter les plans de licenciements en cours dans la région (« sauvegarde de l’emploi » dit le politiquement correct). D’empêcher la liste des abonné.es aux galères de fin de mois de s’allonger. De rendre chacun des mort.es des violences policières ou patronales.Avec autant de seum et de frustration, on se dit que ça vaudrait le coup de ne pas lâcher l’affaire.

Le collectif de La Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...