Edito N°50 - « 2017 n’aura pas lieu ».

editopBelle proposition qui fleurit sur les murs et dans les esprits depuis plusieurs mois. D’autant plus que cette campagne se distingue par la puanteur des affaires qui l’émaillent et le vide politique des PROJEEETS dont on nous gaze à longueur de temps. Le cirque électoral est de retour. Au menu, toujours que du sale : injonction à la citoyenneté, chantage au FN pour faire avaler n’importe quoi, discours moralisateurs qui anesthésient toute critique sociale. Les bergers du suffrage, si pressés de nous sortir de la rue au printemps dernier, nous escortent aujourd’hui sans gêne vers les urnes pour une sortie dominicale. En rang deux par deux, s’il vous plaît.
 
 
En dix ans d’existence, La Brique ne s’est jamais compromise dans la farce électorale. Si la pratique politique ne se réduit pas à l’acte isolé du vote, c’est parce qu’il ne reflète en rien les histoires collectives. Toutes ces histoires forgées dans la durée, la sueur et les larmes, toutes ces luttes qui se cachent dans chaque recoin de nos vies sont des actes politiques en soi.
Pendant que les guignols font leur show, les associations tiennent bon aux côtés des migrant.es ; les travailleur.es se foutent en grève contre l’austérité et les conséquences de la loi travail ; les lycéen.nes se lèvent face aux violences policières. Les soutiens de Théo, Adama, Zied, Bouna, Rémi et de tant d’autres qui ont subi la toute-violence de la flicaille se font entendre dans la rue. Des banlieues aux centre-villes, c’est la convergence d’une horde d’énervé.es qui colonisent les rues. Faisons flamber le chapiteau et reprenons la place. Battons le pavé, nombreux.ses etdéterminé.es. C’est l’heure de sonner la récréation permanente !

Le collectif de La Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...