La Brique relaxée pour absence de motivation

canard flic 1 largeLe 22 février 2015, le journal est verbalisé par la police municipale pour avoir vendu le canard à la criée. On refuse de payer, la mairie nous intente un procès. Lors de l’audience du 4 octobre devant le tribunal de proximité, la décision de justice a été mise en délibéré au 8 novembre. Un mois pour le juge, ce n'est pas de trop pour réviser ses fondamentaux. C’est donc aujourd’hui que l’issue de ce procès rocambolesque a été dévoilée. Et heureusement,  La Brique a été relaxée.

Si nous avons mis autant de temps à relater notre procès tragi-comique, c'est qu’au même moment d'autres accusations méritaient plus d'attention que la nôtre : celle des 8 de Goodyear, les accusés d'Amiens, et les militants du rond-point des Postes1. Pour autant, si l’amende encourue par notre palmipède peut sembler dérisoire – 61 euros – les enjeux de notre procès ne l’étaient pas. Il remettait en cause la liberté de diffusion de la presse, tout en faisant peser une menace sur l’une de nos principales sources de revenu : les criées. Le procès a été à la hauteur de l'accusation : absurde.

 

Lire la suite : La Brique relaxée pour absence de motivation

Pneus brûlés et criminalisation du mouvement social

manif pneuLe printemps a fait l’objet d’une vague sans précédent de condamnations de militant.es par la justice. Dans la région Hauts-de-France, les juges ne sont pas en reste ! Le 4 octobre dernier, alors que La Brique est en procès pour vente à la criée illégale, six militants sont jugés pour avoir brûlé des pneus sur le rond-point des Postes à Lille. La criminalisation du mouvement social n’est pas prête de s’arrêter.
 
Lire la suite : Pneus brûlés et criminalisation du mouvement social

Hé ho, au bout du rouleau !

le foll julien pitinome

Lundi 4 Juillet à Lille se tenait une espèce de meeting – c'est du moins comme cela que le machin était présenté – initié par le collectif « Hé ho la gauche », la réunion des derniers soutiens à François Hollande. Car oui, il y en a. En dépit d'un important dispositif visant à ne faire entrer que les membres du parti, La Brique a pu s'y infiltrer. Et constater à quoi ressemble une thérapie de groupe pour s'auto-persuader qu'on est de gauche, et galvaniser les foules en soutien à un candidat qui n'existe pas.

Lire la suite : Hé ho, au bout du rouleau !

Connivences au tribunal

17mai2016 3
Antoine C., syndicaliste CGT, vient de passer plus de quatre semaines en prison. Son procès s'est tenu à Lille le 9 juin dernier. Accusé de « violence contre agent de la force publique » et de « refus de prélèvements biologiques », il comparait en même temps que François D. suspecté pour sa part d'avoir donné un coup de pied au cul à un flic en civil.
L'emprisonnement d'Antoine a provoqué un élan de solidarité de la part de tou.tes celles et ceux qui luttent dans la rue contre le loi travail et qui subissent les provocations policières.
Lire la suite : Connivences au tribunal

El Khomri, un train de retard.

03mai gare 3Mardi 3 mai, début des discussions sur la loi travail à l’Assemblée nationale. A Lille, pas de manifestation, mais une série d’actions a été organisée par l’AG interluttes. Rendez-vous est donné à 8h30 devant la fontaine de la Gare Lille-Flandres. Une troupe d'environ soixante-dix personnes, étudiant.es de Lille 1 et Lille 3, syndicalistes CGT, FSU et SUD, autonomistes, et quelques camarades mobilisé.es pour l'occasion, décide d'investir les gares lilloises pour donner de la voix contre la loi Travail.
Lire la suite : El Khomri, un train de retard.

Une Briquette de plus dans la mare

labriquetteLa Brique a sorti un hors-série, La Briquette, distribuée gratuitement en mille exemplaires ce 1er mai. 
 
"Manifs. Actions. Contestations. Pourvu que ça dure !"

La Brique, née de la lutte, retrouve donc ses plus belles heures de jeunesse face au mouvement en cours. Galvanisée par le bel accueil que reçoit le canard sur le terrain lors des premières manif', indignée par les violences policières, son équipe - comme toujours – est bien décidée à ne pas laisser La Voix du Nord raconter que les manifestant.es se jettent sur les CRS. Et c'est ce qui se passe : une nouveauté pour nous, un exercice d'écriture quasi au quotidien et destiné à notre site internet.

Téléchargez le PDF

« Medef, Medef, Mes déf-icits ! »

interluttants 1Vendredi 22 avril, une quarantaine de personnes (militant.es, syndicalistes de Sud, participant.es de Nuit Debout, étudiant.es) répondent à l'appel des Interluttant.es 59/62. Rendez-vous est donné à 8 h 30 pour une action coup de poing dont l'objectif n'est révélé qu'en dernière minute. Une petite sauterie entre patrons organisée par le Médef se déroule à l'intérieur de la majestueuse Chambre de commerce et d'industrie (CCI) : « Petit-déjeuner d'échanges avec Hervé Mariton ». Les patrons devront partager la brioche.

 

Lire la suite : « Medef, Medef, Mes déf-icits ! »

« À vos smartphones ! »

foule ordi 1

C'est le mot d'ordre qui revient régulièrement place de la République. Il est question de hashtags, de groupes Facebook ou de SMS viraux. Les Nuit debout insistent sur cet enjeu de la com', confondue pour l'occasion avec l'usage des outils numériques. « On connaît tou.tes dix personnes, les informer de ce qu'il se passe sur la place, c'est les motiver à venir», entend-on dans la discussion plénière qui s'étire au soleil. Moui ? Pas sûr que les jours de beau temps tout le monde choisisse de rester en terrasse à Wazemmes par simple ignorance de ce qui se trame à Répu…

Lire la suite : « À vos smartphones ! »

Page 2 sur 6

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...