Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.  

Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire multimilliardaire prévoit 183 suppressions de postes sur 330 dans son usine d'Haubourdin. La réaction des salarié.es a été vive, et l'usine compte déjà une dizaine de jours d'arrêt de la production depuis l'annonce du « plan de sauvegarde de l'emploi ». La CGT, en figure de proue de la contestation, a fait appel à Fiodor Rilov, avocat des Goodyear, Continental, General Electrics, Samsonite... Il prévoit, comme à son habitude, de démonter le motif économique du licenciement massif. La date butoir de la fin des « négociations » a été décalée d'un mois, soit après le procès du 3 mars au Tribunal de grande instance de Lille. De quoi laisser un peu de temps aux ouvrier.es pour s'organiser contre leurs patrons radins.

D'ailleurs, les attaques ouvrières à l'ancienne ne manquent pas : le 7 février, un piquet de grève est organisé en soutien à Greg. Il est convoqué et menacé d'être réprimé « pour l'exemple » (il aurait soit-disant agressé le directeur qui squattait une assemblée du personnel, il a déjà pris trois semaines de mise à pied). Devant l'usine, on fait sauter la tête d'une marionnette dudit directeur à coup de pétard. À côté trône une effigie de Will Cargill (fondateur de l'entreprise, il y a 155 ans), dérobée dans le bâtiment administratif. « On ne négocie pas tant que vous ne l'enlevez pas de la potence » disait la direction. De 1865 à 2020, tout le monde déteste les patrons !

 

Cargill1 13012020

Cargill2 28012020

 

 

 

 

 

 

 

 

Cargill3 11022020

Cargill4 14022020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cargill5 14022020

Cargill6 janvier février2020

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...