Anti-France no pasarà

La guerre livrée par l’Etat français à l’Internationale Anarcho-Autonome (IAA) est sans merci. À peine un petit malin envoie-t-il trois balles au Président et au commissariat de La Madeleine, que tout un tas de camarades se font entendre par les flics. Spécialistes du drapeau noir, inquiétez-vous, et désapprenez à écrire. Jean-Claude [1], l’un d’entre eux, nous a raconté sa garde à vue.

« J’ai reçu la convocation deux jours avant. Le huit, je me rends au comico à 9 heures, je ressortirai à midi passé. Quatre types avec des fringues du RAID, un document sur la table stipule « groupe DEROIDE ». On me demande si je connais l’existence d’« A.C.A.B. » [2]. Puis si je ne fais pas partie d’un club de tir. Ils prennent le procès-verbal, comme quoi « non ». Ensuite, on me fait écrire sous la dictée, deux heures durant. Je dois écrire « Sarkozy », en cursif et majuscules, des trucs comme « tu vas crever », et tutti quanti. À la fin, on me prend l’ADN, et les empreintes des dix doigts, et même des paumes.Retour ligne automatique
Pourquoi moi ? Ben... en 2007, je me suis fait arrêter à Paris, à la contre-manif’ antinazie. Je portais une petite matraque et les manifs avaient été interdites. Puis j’étais sans doute fiché, pour le SCALP, la FA, mon ancien petit journal Autonomie Ouvrière. Et puis mon émission de Radio Campus, contre la prison [http://labrique.net/numeros/numero-02-mai-juin-2007/" id="nh3">3], il y a deux ans. À l’époque, j’ai été entendu par la gendarmerie, puis par le SRPJ [4]. Ils m’ont dit ’’Alors, t’es plus en train de manifester contre la LRU ?’’, je réponds ’’Eh ben depuis que j’ai un cancer, non, je dois me soigner, ça prend beaucoup de temps, d’énergie’’. Là le petit lieutenant me glisse ’’Eh bien fais attention, tu pourrais finir ton cancer en prison’’. Je sais que depuis, Zetkin, militante de Calais, a aussi été entendue, et récemment, ils ont gardé une femme de Tourcoing 72 heures, mais là il s’agirait du camp d’en face, plutôt à l’extrême droite. »Retour ligne automatique
Depuis, il se sent suivi par les flics, Jean-Claude, et peut-être sur écoute. Y en a qui en ont, du fric de contribuables à jeter par les fenêtres. Retour ligne automatique
Car évidemment, notre ami ne perd pas son temps à envoyer des cartouches .22 Long Rifle au Président par la poste, lui adresser tous les matins sa chasse d’eau lui suffit... en préparant la révolution.Retour ligne automatique
Mais au vu de ces magistraux coups de filet que tricotent nos pioupious de Levallois et leurs RAID ou autres DCIG [5], les porteurs de capuches noires de tous les pays frémissent d’avance... Retour ligne automatique
Allez, Yldune, avoue : c’est toi, qui as assassiné l’archiduc François Ferdinand ? Qu’est ce que tu foutais, la nuit du 28 juin 1914 ?!

Notes

[1Bien évidemment, ce n’est pas son vrai nom, chère Préfecture...

[2« All Cops Are Bastards » (tous les flics sont des salauds), sigle en vogue depuis les skinheads des 70’s, refrain repris depuis à l’extrème-gauche, aujourd’hui la signature des courriers « menace ».

[4Service Régional de la Police Judiciaire

[5cf. tes Pages Jaunes, ou les Brique précédentes.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...