Lille Lomme Sécurité : Roger Vicot, une baigne dans un gant de velours

A. FoolmoonRoger Vicot est un professionnel de la sécurité. Il est vigile à la Mairie de Lille. Le 1er adjoint de la Mairie à la « Sécuritate », c’est Vicot, Muscle Rouge, qui veille et frappe. Sur des claviers informatiques. Tour de biceps du BlogMaster.

 

A. FoolmoonDepuis ses années passées à la com’ de l’EFAP [1] (de 1993 à 2001), l’alliance Pasqua-Chevènement avait bien besoin d’un coup de dépoussiérant. C’est fait. Avec Vicot, la gauche a renoué avec la force publique. À l’époque, nos deux papys « souveraino-nationalistes » avaient besoin de chourer des voix surtout aux fachos, convergeant déjà sur le thème de la sécurité, thème qu’il convenait de ne pas laisser qu’à la droite et son extrême-soeur. La « gauche » s’empara ainsi d’un de leurs thèmes favoris, les lois Chevènement-Vaillant suivant celles Pasqua-Debré, comme un charter, l’autre... Et Vicot qui nous la rejoue, dix ans après, au ralenti.

Il faut dire qu’il tâtonne, Roger. Diplômé de l’ESJ-Paris [2], il passe sept ans à l’EFAP, dont il préside encore un jury et arbore le grade de directeur-consultant, de cet établissement qui a formé une certaine Laurence Ferrari. Il passe de temps en temps dans son bureau du MIN [3] de Lomme, où il officie comme directeur-adjoint (décidément). Vous ne devinerez jamais : Roger est depuis adjoint au maire de Lille.Retour ligne automatique
On le trouve aujourd’hui conseiller général du canton de Lomme, en photo partout, de Lille Mag à son blog sur Wordpress, de Lomme Matin à son blog sur Le Monde.

Vicot, le roi de la patate douce

Inventeur des rigolos « Agents Locaux de Médiation Sociale » (sic), que veut notre Vicot ? Des flics municipaux et proches des gens, à la place des nationaux, de la BAC, des UTeQ [4], des CRS, des drônes..? Grands dieux, non. En plus.Retour ligne automatique
Auteur en 1994 de Pour une sécurité de gauche  [5], il met aujourd’hui en application ses fantasmes d’alors. Fan d’une police d’ilôtage, soi-disant proche des gens, c’est donc naturellement au PS qu’il commence sa croisade contre la « république sécuritaire ». Vicot, son truc, c’est la com’. On lui devait une sérieuse étude sur les mythiques années du « journal issu de la Résistance », Poing à la ligne, La Voix du Nord (1941-1944), et un plus fumeux La Nation républicaine etc, en collaboration avec Yves Durand, son mentor député-maire de Lomme. Aujourd’hui, blogs et sites amis ne tarissent pas d’éloges sur sa verve molle : « Je crois sincèrement que la gauche et la droite présentent des projets (...). C’est pourquoi je ne pense pas que (...). Je suis 1er adjoint (blabla). Une tâche passionnante. » En effet.

Verve encore dans son Sécurité à gauche, il écrit sans rire : « La sécurité est une préoccupation située au coeur des valeurs de la gauche, les plus défavorisés étant toujours les premiers menacés. » Les concernés te remercient, « Jaurès ».

Roger Vicot, comme ses prédécesseurs, s’obstine à chercher une « sécurité de gauche » au lieu de se consacrer à la résorption de l’insécurité sociale. Et ils sont nombreux comme lui à croire inventer autre chose qu’une gauche... de droite. Un ancien de la Mairie le résume, en écho du PS local : « Vicot, son truc, c’est de mettre un couvercle sur un truc en ébullition, et d’attendre que ça se passe ». No justice, no peace.

Notes

[1Ecole française des attachés de presse.

[2Ecole Supérieure de Journalisme

[3Marché d’Intérêt National.

[4Brigades Anti Criminalité / Unités Territoriales de Quartiers.

[5PUSG, L’Harmattan, 2006

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...