Pargneaux l'apparatchik

pargneauxPrésident depuis 2002 de l'institut lillois d'éducation permanente (ILEP), Gilles Pargneaux est mis en cause dans la gestion douteuse de l'organisme de formation. Gestion qui mène à sa liquidation et au licenciement de 52 personnes. À La Brique, on connaît bien l’inénarrable soudard du Parti socialiste, c’est que l’animal est connu par les militant.es et élu.es PS de la région pour ses frasques.

Pargneaux, dit Bigoudis dans l’univers impitoyable du PS, a tout de l’apparatchik. « Passionné par le débat politique alors qu’il était encore jeune lycéen », ainsi qu’il le relate sur son blog, il milite dès ses 17 ans au parti de la rose. Il assure néanmoins ses arrières : en attendant que la politique paie, il entreprend des études en droit social et en droit privé, et devient avocat. Pourtant ce n’est pas au barreau de Lille qu’il fait carrière mais dans le monde politique. À bientôt 60 ans, Gilles Pargneaux, éléphant socialiste nordiste, a passé une trentaine d’années à des postes électifs, le temps de se faire de nombreuses inimitiés. Reynald1, un élu socialiste, résume la doctrine Pargneaux : « Aucun fond politique, il s’adapte au gré du vent ».

La politique est opportune

Début 1980, son diplôme en poche, il devient l’attaché parlementaire du socialiste Bernard Derosier, par ailleurs maire d’Hellemmes. Il est ensuite nommé conseiller de Martine Aubry – déjà – de 1997 à 1998, alors qu’elle est ministre du travail. Parallèlement, il occupe son premier mandat en 1989 en devenant maire adjoint à la ville d’Hellemmes et de Lille puis premier adjoint à l’environnement sous le mandat de Pierre Mauroy en 1995.

En 2001, Bernard Derosier lui laisse son mandat de maire. Il le lâche en 2012, non-cumul oblige, au profit de son mandat d’eurodéputé « beaucoup plus lucratif » nous explique Reynald. « Il lèche puis lâche », commente Laurence, une militante, qui poursuit : « Pargneaux a mangé à tous les râteliers, mauroyiste parce qu’il n’a pas le choix, ségoléniste de la première heure, il lâche la Ségo dès que le vent tourne pour retrouver Aubry à qui il doit beaucoup » notamment son poste de président de la fédération PS du Nord de 2005 à 2015. En conséquence de quoi il est « l’homme des basses œuvres de Martine Aubry à la fédération. Elle lui délègue le sale boulot pour garder les mains propres et il s’en acquitte sans scrupules », raconte Julien, un militant lillois. C’est que Bigoudis est « jovial en surface, mais sans état d’âme ; il manipule, distribue des prébendes, ment effrontément. Il est détesté dans la fédé après avoir été détestable et voyou avec tellement de militants », termine-t-il, désabusé. Il est d’ailleurs accusé par certain.es élu.es « d’avoir truqué les chiffres lors de votes internes ». Quand il arrive à la tête de la fédération nordiste en 2005, le parti possède tout (région, département, ville, métropole), aujourd’hui les socialistes n’ont plus que Lille pour pleurer. « On l’accuse d’être responsable du déficit de la fédé », nous dit Julien, à coups de « grosse voiture avec chauffeur et de frais de bouche à répétition, par une politique de gros salaires pour les permanents du parti alors qu’il a une énorme enveloppe de représentation en tant que député européen ».

La fin de son règne ?

En 2015, après un déchirement interne entre courants aubryste et hollandiste, il perd la fédération au profit de Martine Filleul. Ex-adjointe de Martine Aubry à la mairie de Lille, elle est la lieutenante de Patrick Kanner, l’ancien président du conseil général du Nord, actuel ministre des sports du gouvernement Cazeneuve et qui lorgne sur la mairie de Lille en 2020. Cette défaite du très aubryste Pargneaux fait perdre à la maire de Lille un avantage capital pour les élections municipales de 2020 pour lesquelles elle souhaite imposer son bras droit spécialement venu de l’Essonne, François Lamy. Elle précarise également le mandat européen de Pargneaux. En effet, eurodéputé depuis 2009, il doit son mandat à son statut de « patron de fédé [qui] a le soutien d’Aubry. Et c’est son drame » explique Reynald.

pargneaux

 

Avec la perte de la fédération PS en 2015, Bigoudis est sur un siège éjectable.

« Que va-t-il devenir ? », se demande l’élu qui précise que Pargneaux est « méprisé à Paris, où il prend très rarement la parole dans les instances ». En prenant le poste très stratégique de président du groupe PS à la métropole européenne lilloise, il « distribue trois postes d’assistants à ses affidés roubaisiens, sa grande spécialité », dont un poste à Mehdi Massrour, actuel secrétaire PS de la section. Avec en sus quatre assistants européens eux aussi très présents à Roubaix, ne préparerait-il pas son implantation en vue des municipales de 2020 ?

Mais la question reste entière, Pargneaux sera-t-il prêt à trahir Martine Aubry, celle à qui il doit tout ?

Le personnage laisse penser qu’il en est tout à fait capable.

Panda Bear

1. Les prénoms ont été changés

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...