Oui, Madame !

Oui, Madam’, vous avez raison,
Le tabagisme est un fléau,
L’alcoolisme tue à foison,
Les gosses en meur’nt dans les préaux.
Oui, chère dam’, vous visez juste,
Le monde est un terrain de mines,
Et c’est ainsi depuis des lustres,
La paress’ provoqu’ la famine.
Je suis d’accord, l’autorité
Se perd et les hommes dévient
Du droit chemin dans les cités,
Madam’, je suis de votre avis.
Le travail est la seule voie
Pour s’émanciper et briller
Et crier dans un porte-voix
Ne fera jamais sourciller
Le Pouvoir, qui est nécessaire
Pour guider nos pauvres consciences
Contre l’idée totalitaire
Et dangereus’ de la défiance.

Oui, Madam’, vous n’avez pas tort,
Votre perception est la bonne,
Qui vit en marg’ risque la mort,
Votre jolie cervell’ bouillonne
D’idées pour le moins merveilleuses
Qui me donn’nt envie de vous suivre,
Je suis sûr que vous êt’s heureuse
De votre manière de vivre.
Mais voyez-vous, malgré tout ça,
Malgré votre bon raisonn’ment,
Je vais vous expliquer mon cas
Qui, pour vous, dépass’ l’entend’ment...
Mon esprit est bien trop étroit
Et mes facultés amoindries,
Je n’sais rien fair’ de mes dix doigts
Et la paress’, je l’apprécie,
Je fum’, je bois et je divague
Et le pir’, c’est que ça me plaît,
Mon doigt n’aura jamais de bague
Et sur vos règles je m’assieds.

Oui, Madam’, venez avec moi !
Allez, vous n’avez rien à perdre !
Ou sinon, comm’ dit Ubu Roi,
Vous resterez dans votre « merdre » !
La vie qu’ils écrivent est absurde,
La nôtre peut l’être un peu moins,
Allez, Madame, je vous jur’ de
Ne jamais enfoncer mon poing
Dans votre visage effrayé,
Non, n’appelez pas la police !
Je veux simplement essayer
D’embellir un peu la justice !
Moi, j’ai très faim, vous comprenez,
Et j’ai bien vu que les mendiants
Tend’nt la main pour de la monnaie
Qui ne tombe pas très souvent
Alors j’ai volé votre sac
Mais ce monsieur m’a rattrapé,
Relâchez-moi ou la matraque,
Encore un’ fois, va me frapper.

Oui, Madam’, vous me détestez,
Je vous fais peur, je vous dégoûte,
Je pass’ ma vie à empester
Votre oxygène et votre route
Car l’anarchie de ma pensée
Met votre existence en péril,
Je suis un démon insensé
Sans moral’, sans code civil.
Je n’peux corriger mes idées
Pour acquérir votre noblesse,
Je me press’ d’un pas décidé
Très loin de vos austères messes...
On m’a jeté dans le fourgon
Comme un’ carcasse à la poubelle
Et l’on m’a dit dans un jargon
Administratif et cruel
Que je valais bien moins que vous,
Que vos talons, que vos colliers,
Que je n’ai pas autour du cou,
Pas plus que je n’aie de papiers...

Oui, Madame, je suis le pauvre,
Je suis l’immoral et le fou,
Je suis le chevelu, le chauve,
Je suis le défoncé, le saoul,
Je suis l’étranger dérangé,
Je suis celui qui chante faux,
Les chos’s ne vont pas s’arranger,
Mes qualités sont vos défauts.
Oui, Madam’, je pisse dehors
Sur les murs de votre maison,
Oui, je suis celui qui a tort,
Qui sombre dans la déraison.
Mais vous verrez, tous les cinglés
Un jour, piss’ront sur les mairies,
Les flics viendront les étrangler
Mais les effluv’s de l’anarchie
Se répandront un petit peu,
Un petit pas, deux petits pas,
Peut-être un grand pas et puis feu
Sur vos gentils petits soldats !

Oui, Madam’, je purg’rai ma peine
Parc’que je n’ai pas d’autre choix
Mais je ruminerai ma haine
Jusqu’à c’qu’ell’ se transforme en joie.
Un jour, vous n’existerez plus
Car nous vous aurons transformée,
Un jour, tous les individus
De mon genr’ viendront désarmer
Les puissants qui vous ont créée
Et modelée selon leurs vœux,
Et qui vous ont rendue sacrée
Comm’ la patrie ou comme Dieu.
Oui, Madam’, vous me condamnez,
Oui, Madam’, vous m’avez puni,
A caus’ de vous, combien d’années
Vais-j’ devoir perdre de ma vie ?
Oui, vous, Madame la Puissance,
Madam’ Nation, Madam’ Police,
Pour vous, je n’suis qu’une nuisance,
Oui, vous, Madame la Justice.

Mwano

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...