(Seul l’étendu reste)

poesie

JOUR

Des tranches, des tranchées et trachées arrachées.
Les artères des cuisiniers se labyrinthent.
Les maîtres-bouchers dansants, chante la viande nouvelle, la prochaine chair.
Distribution convenable à chaque carnivore.

* MANGERA A SA FAIM

* MARCHERA DANS LE RYTHME PARFAIT D’UN COUTEAU QU’ON AIGUISE

* SALIVERA COMME UN CHIEN ET AVALERA

Ils engloutiront, menés, dirigés, par le « devenir nous ». (dictyoptères, mammifères et autres terres )
Il faudra monter le troupeau, Qu’on nous amène des selles pour prendre l’air à cheval.
Enfin harnachés, ils charcuteront ce morceau gras, et informe, qui se masturbe comme un adolescent pubère.

Ceux-là, que nous deviendrons, seront ceux dont on peut craindre le coup : de pied, de fouet, de gueule et de théâtre portés à la tête.
Ceux qui ne sont jamais allés dans la rue y dépériront.

Et alors devenus chevaux nous –mêmes, nous enfanterons le désert.
L’horizon appartient toujours à celui qui le traverse.

NUIT

Le festin a passé.
A bien mangé.
A bien bu.
A bien digéré.
« Merci petit Jésus »

L’embarquement divin a ensanglanté les villes, les églises, les plages et les montagnes.
Les charcutiers dorment dans leur marinade.
L’enterrement demain. Des enfants nantis, des lions arrachés et de leurs lionnes primées dans le passé par quelques présidences-putains.
Alors le sommeil maintenant, serein, n’abjecte plus et digère cette grâce.
Ce n’est plus un coq qui réveille les dormeurs. C’est un gai cafard qui rappelle le désert.
Qui rappelle que l’écrasement sera de la reproduction.
Une matinée féconde.
Charcutiers fertiles devenus nouveaux jardiniers.
Quand l’eau naît du désert.

MATINEE

Des dormeurs. Des gros-gras-grands, de petits-pas-pédants,
Qui materont le sommeil
dont les rêves fabriqués commencent à se résumer : publicités, pornographies, journaux imagés : de célèbres photographes et de célèbres modèles…

Puis des dormeurs à la crosse embouchée. Cent et des milliers de fois.
Ont horizontalisé de leurs bras le geste ; comme des chefs achevés.
L’érotisme dans l’absence de drapeau perfore l’embouchure d’une colère qui se fait trachée de joie.

Devenir cendres.
Incinérations utiles des matières.
Puis le mélange des sources enduit le béton qui s’arme.

AVANT- VEILLE

Puisqu’il faut.
Vient le malaise. Ce moment où l’individu seul en ses organes, regarde ce qu’il vient d’ingurgiter. Parce qu’il va rendre, qu’il est plein et tourne.

A trop mangé.
A trop bu.
« Vas chier Petit Jésus »

Les hélices arrivantes trancheront et feront des ponts, des tunnels, des tunnels pleins.
Ce malaise est la lancinante descente aux enfers d’une génération qui s’hélicopte et se scarifie.

Qui ira bêcher la terre : En fera du sable.
Que la mer ne balaiera pas.
Que l’horizon même ne balaiera pas.
Qu’on viendra mâcher, plier, piler pour en faire finalement, de la roche.

poesie

La mer disparaît toujours.
(Seul l’étendu reste.)

Louise.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...