L'exploitation c'est chic !

Pénicaud au tél avec les MulliezHappychic est une entreprise de mode française qui appartient à la famille Mulliez et ne fait pas dans la dentelle : elle fait dans « le look qui vous ressemble ». Elle englobe les trois marques Jules, Brice ou Bizzbee. Neuf ans après sa création, l'heure de la rationalisation massive a sonné pour cette multinationale de la fripe.

La saga infernale continue, l’empire Mulliez taille sans pitié dans ses filiales du secteur prêt-à-porter. On se souvient du dé-tricotage du groupe 3 suisses commencé dès 2009, avec la suppression de 1000 emplois en deux ans puis finalement de la vente de ce qu’il en restait en 2017 ; de la fermeture leur collègue de feu la vente-par-correspondance Quelle; du bruit provoqué par les salariés licenciés d’Excédence. Et plus récemment, les PSE (plans de « sauvegarde » de l’emploi) à répétition chez Pimkie. Maintenant, c’est au tour d’Happychic de se faire relooker avec l’annonce de fermeture éclair de 88 magasins dans toute la France ainsi que la suppression de 466 postes (dont 80 au siège social à Roubaix).

À l’appellation « plan social », la direction préfère « plan de transformation ». Celle-ci réunit au début de l’été un « comité d’entreprise extraordinaire » pour annoncer la nouvelle saison : « tiens ! Pendant la période creuse, comme d’habitude » souligne Élodie Ferrier, Secrétaire Fédérale CGT (commerce/habillement). Leur but, regrouper Jules et les autres marques, avec pour conséquence directe de revoir l’implantation des magasins et l’organisation du groupe. A Lille par exemple, dans la rue piétonne, les trois enseignes sont au même carrefour : il ne devra en rester qu’une.

Cousu de fil blanc ?

En réalité, le plan est déjà tout tracé : Élodie Ferrier précise [qu’en] « deux ans ce sont entre 1000 et 2000 salariés qui ont quitté le groupe, un taux anormal comparé au reste du turn-over dans le secteur ». Dans le lot, il y a des démissions et des licenciements « pour des conneries ». La situation semble chaotique « personne ne peut confirmer si l’info syndicale parvient aux salariés ». Mais la terrible annonce arrivée en catimini pendant l’été a eu l’effet d’une bombe. Au siège, des salariés se sont mis en grève de la faim, une bien mauvaise pub pour le groupe qui dépense un « pognon de dingue » pour se redorer le blason... Le combat a subi les coups de pression de la direction qui « ne vient pas à la table des négociations » et qui n’hésite pas à demander gentiment – et sans contrepartie s’il vous plaît – aux salarié.es d’arrêter la grève.

Cela dit, la lutte ne repose pas sur la conservation des entités existantes, ni même sur la pérennité des emplois. Du côté des grévistes, on ne demande pourtant pas la lune mais simplement d’être reclassé.es dans les autres filiales de « l’empire Mulliez ». Les cadres de Happychic eux, trinquent, champagne à la main, à leur stratégie d’évitement ! En effet, aucune de ces exigences ne parvient à gagner un écho solide auprès de la hiérarchie qui dit ne pas connaitre les autres filliales du groupe Mulliez.

De plus, Élodie Ferrier souligne que les dirigeants sont, eux, éligibles à un reclassement dans les filiales du clan Mulliez. Plus que de mouiller petitement la chemise, ceux-là préfèrent tremper dans l’ingratitude.

Démuni.es face à la mauvaise foi du groupe, les salarié.es font appel à un expert afin qu’il détricote le tissage financier de l’entreprise. Les Mulliez font une si belle performance en terme d’ingénierie fiscale qu’il est très complexe de cerner les rouages financiers du groupe : Happychic appartient à 100% à Texo qui appartient à Sodorec dont 100% du capital appartientrait à l’AFM (Association Familiale Mulliez).

Pénicaud au tél avec les Mulliez

Ingratitude partagée

Sans illusion, une rencontre a eu lieu au ministère du travail entre une délégation et le conseiller en charge des mutations économiques et de la santé au travail. Élodie Ferrier précise « on n’avait rien à attendre du gouvernement, mais on aura au moins essayé ». Résultat : une lettre d’invitation priant le groupe de « faire face à ses responsabilités ». Pendant ce temps, celui-ci continue de faire des bénéfices et a versé selon la syndicaliste « plus de 40 millions d’euros à ses actionnaires et bénéficiait d’un crédit d’impôt (CICE) de 5 millions d’euros ». En somme, pour les patrons comme pour le gouvernement les salarié.es n’ont qu’à aller se rhabiller.

Harry Cover

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...