L'envers de la bière

02062015 IMG 1058 2 1 

 

La bière plate, c'est pas bon. N'empêche : il se dit plein de choses plates sur la bière. Par exemple, qu'elle est le ferment de notre région, son Saint, son Géant – son fétiche, en quelque sorte. Et ça peut bien se comprendre : pour une fois qu'on tient un truc à nous, dans ch'Nord, dont on puisse parler sans prendre une mine sinistre. Un truc qui ne soit ni la statistique d'une décennie de morts du cancer, ni un taux de chômage abyssal, ni un score historique du Front National. Une authentique tradition populaire, ancrée dans le paysage comme dans l'histoire. L'arrondissement de Valenciennes comptait autour de deux-cents quarante brasseries en 1910. À Arras, dans les années 1920, les estaminets se comptaient là aussi par centaines. Avant la fermeture des usines environnantes, Maubeuge a longtemps dédié une kermesse à la bière, qui drainait chaque année des dizaines de milliers de personnes. C'est que, petite richesse du pauvre, la bière tient chaud.

 

Bières pressions & Pierres précieuses

 

Mais ceux qui vantent « l'Or liquide du Nord » ont-ils bien saisi l'ambiguité de la formule ? A-t-on déjà vu minerai qui ne soit pas convoité ? Jusqu'où la bière est-elle un attribut de la culture populaire ? Et, inversement, à partir de quand devient-elle une marchandise comme les autres ? Jusqu'à décembre dernier, le président du lobby des Brasseurs de France était certes un homme du cru. Mais Philippe Vasseur est aussi, et surtout, un ancien ministre de droite, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) du Nord et du World Forum de Lille, dirigeant d'une grosse banque, administrateur de la société Bonduelle et, accessoirement, ex-penseur des pages saumons du Figaro. De quoi renverser un peu de liquide sur le mythe populaire.

Autre anecdote. L'Échappée Bière, une boîte d'événementiel qui propose d'accompagner les entreprises lors d' « opérations de récompense ou de motivation des salariés » (sic), s'est choisie le houblon comme filon. Elle s'est aussi débauchée un « parrain » : Luc Doublet, un autre patron multi-cartes. Président du Club des n°1 mondiaux à l’Export, de Nord France Invest (chargé d'attirer les investisseurs), de la CCI International, et même de l’Office du Tourisme de Lille – pour vous servir. Vasseur, Doublet, deux vieilles connaissances de La Brique1 : après tout, c'est souvent autour d'une bière qu'on retrouve les vieux copains.

Derrière ces deux figures, au fond assez symboliques, de porte-flingues des gros portefeuilles, c'est tout un juteux business qui prospère, sans jamais attirer trop l'attention. Des dizaines de brasseries françaises sont localisées dans la région, dans un secteur qui pèse 12 milliards de chiffre d'affaire au niveau national. Un business qui emporte son cortège de tout ce qui fait que l'industrie est, encore et toujours, une chose détestable.

 

 

02062015 IMG 1058 2 1

 

 

Bière qui mousse tasse la bourse

 

 

Avec, d'abord, la concentration continue du secteur entre les mains de quelques uns et l'extinction des petites unités familiales. L'émergence récente des micro-brasseries ne doit pas masquer la quasi-disparition des brasseurs locaux – on en comptait autour de deux mille il y a un siècle, contre une petite quarantaine aujourd'hui. Avec, ensuite, la montée en charge d'une économie professionnelle qui spécule sur les marchés internationaux et livre le « consommateur » aux idées farfelues d'agences de création publicitaire. La bière haut-de-gamme se répand, servie, façon snob, dans de prétentieux verres à pied.

Autre aspect : le développement d'un circuit de distribution, lui aussi très rentable et monopolisé par quelques grosses boîtes, qui pèse sur la façon dont les petits patrons de bars tiennent leurs enseignes et, derrière, impacte le prix du demi. En bout de course, on retrouve aussi le jeu classique des industries qui offrent des conditions de travail haïssables aux salarié-es et font régulièrement peser la menace des licenciements – Heineken, en 2009, à Mons-en-Baroeul ; les Brasseurs de Gayant, plus récemment, à Douai. Si la bière est un fétiche, c'est donc qu'elle sait aussi faire oublier les conditions dans lesquelles elle est produite ; qu'elle est peut-être un fétiche... de la marchandise.

Quitte à faire dans le vocabulaire marxiste, on pourra aussi jouer d'une autre expression ayant fermenté dans le même fût. La bière serait-elle, au fond, une sorte d'opium du peuple ? Pour pouvoir répondre, encore faut-il préciser de quel « peuple » on parle. Dans les innombrables troquets qui ont longtemps pullulé dans les quartiers populaires de Lille, la bière entretenait le quotidien des ouvriers. Elle servait à écluser la fatigue des travailleurs faisant escale entre l'entrepôt et le foyer ; elle alimentait une certaine sociabilité contestataire. Autour du godet, on causait de l'usine, du patron, du syndicat, et des moyens de la lutte.

À Lille, aujourd'hui, la bière est surtout devenue le jouet d'une certaine petite-bourgeoisie, jeune, plus ou moins argentée, souvent diplômée. Au cœur de la plupart des festivités, elle rassemble une population qui, sans doute malgré elle – et, pour être clair, malgré nous – , vient bouleverser la sociologie des quartiers populaires de la ville. L'opium provoque la somnolence ; la bière, quant à elle, paraît produire quelque chose comme une douce cécité. Elle empêche de voir que la gentrification ne se résume pas à une succession d'opérations immobilières ; qu'elle touche aux habitudes de vie, et qu'elle sait aussi prendre des formes ludiques et conviviales.

Faut-il rappeler que les bars – et derrière eux les brasseurs – sont aussi gouvernés par des logiques marchandes ? L’extension temporelle et spatiale de la consommation forme l’une des exigences clés du capitalisme, qui rêve d’une ville sans distinction entre jour et nuit, et sans autre objectif que la liberté de faire du business 24/24. Si le contrôle de la vie nocturne tel que l'organise la mairie doit être combattu, peut-être appelle-t-il donc autre chose, en retour, que la revendication d'un droit permanent à la picole. Où la question ne serait pas de savoir s'il faut boire ou non, mais simplement où et comment.

Dossier embouteillé par Diolto, avec l'aide pression... heu, précieuse de Jacques T., Lawrence et d'un mystérieux brasseur.
 
1. Voir, entre autres La Brique n°21 et n°36.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...