ET PHILIPPE VASSEUR ? Il bat le beurre... et l’argent du beurre

vasseur

Nouvelle exploration dans la faune des patrons du Nord. Derrière les Mulliez et Bonduelle, se cachent leurs futurs remplaçants. Cumulard, pantouflard, le patron du Comité Grand Lille en est. Une belle espèce de...

 

Toute sa carrière, Philippe Vasseur se l’est jouée homme du Ternois et de la Côte d’Opale. France rurale, quoi. Mais il est né au Touquet-Paris-Plage, repaire de friqués, et a bien plus suivi le tracé des fils de bourges, justement. Posons le personnage : tenez-vous bien ! Élève de l’ESJ, Vasseur est en tête de régiment et marche au pas. À 33 ans, après avoir géré les pages « économie régionale », il passe rédacteur en chef du mensuel d’économie patronale Les Echos. Il crée ensuite le Figaro éco (les pages saumon au milieu du journal) et finit son petit tour des médias-MEDEF au poste de responsable des informations économiques et sociales à TF1. Grand pote de Jean-Pierre Pernaut, il participe activement au formatage de la bouillie quotidienne du 13h. En toute loyauté, il revient alors vers « son » école de formatage des larves du sous-journalisme : il préside le conseil d’administration de l’ESJ de 1978 à 1981.

De l’autre côté de la caméra

Après l’élection de Mitterrand en 1981, il déclare : « Quand j’ai vu
toutes les pressions qui s’exerçaient à l’époque sur les journalistes de
l’audiovisuel, j’ai décidé de franchir le pas qui me séparait de la politique.
 » Logique ! Ni une, ni deux, à 43 ans, il mène ses premières
campagnes électorales pour l’UDF aux côtés de Bayrou. Il devient alors député, conseiller régional et patron du Parti Républicain. En 1995, il revient aux affaires comme ministre de l’Agriculture sous le gouvernement Juppé et est élu maire de Saint- Pol-sur-Ternoise. Vasseur ne fait pas trop de vagues, en bon « gestionnaire ». Sauf lors des régionales de 1998. Pendant que tous les candidats de droite cherchent à cacher leurs arrangements avec le FN, « en bon paysan », il prévient qu’il ira chercher toutes les voix, «  même celles du Front national » [1]. Pendant ce temps, Vasseur continue à écrire. Soulignons parmi d’autres ses incroyables entretiens avec des Patrons de gauche !

Au plus près de l’argent

A l’aube de l’an 2000, à 56 ans, il est toujours à l’affût des bons coups. Son carnet d’adresses bien rempli, il bascule cette fois dans la finance pour s’installer à la présidence du Crédit Mutuel Nord Europe qu’il occupe encore aujourd’hui. En plus de son job de banquier, il est aussi président d’Alliance, une association de coaching entrepreneurial « responsable » avec laquelle il a créé le World Forum Lille où il a pu,
en décembre, servir la soupe au patriarche Mulliez [2]. Depuis 2008, il est également patron à la tête du cercle patronal Comité Grand Lille, ce coûteux machin informel sans base juridique, où les patrons invitent des élus de tous bords et des universitaires pour bétonner l’avenir de la métropole et de la Région [3]. Puis, il redevient à nouveau grand chef de l’ESJ. Quelques postes qu’il cumule avec les juteux jetons de présence aux conseils d’administration des écoles de la reproduction sociale, l’EDHEC et Sciences Po Lille, ainsi que ses sièges « d’administrateur indépendant » dans les usines à précariser Paul et les fabriques de bouffe en boîte Bonduelle.

Le 30 novembre dernier, dans la grande salle de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), Philippe Vasseur a été pris en flag’. Il a reçu la Légion d’honneur « pour récompenser [sa] vie d’engagements » [4]. Tous ses amis sont venus le féliciter : Jacques Delors et sa fille Martine Aubry, Gérard Mulliez et son fils Arnaud, Bruno Bonduelle [5] et le fils Holder président de l’entreprise Paul [6], et 600 autres « personnalités  » de « l’élite  » locale. Quand il s’agit de parler affaires, tout le monde se retrouve. Là-bas, près des petits-fours.

A.D

Notes

[1Libération, 06/03/1998

[2La Brique, n°20

[3La Brique, n°18

[4La Voix du Nord, 01/12/2009.

[5La Brique, n°19

[6La Brique, n°7

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...