La rue Négrier

La rue Négrier

La rue Négrier à Lille doit son nom à un militaire formé lors des guerres napoléoniennes. Quand il prend le commandement de la 16e division de la Garde Nationale de Lille en 1847, le général François-Marie-Casimir de Négrier a déjà perpétré nombre de massacres.

 

En avril 1848, Négrier est élu député du Nord sur la liste des modérés (bourgeoisie libérale). Dans la capitale, où il siège à présent, la misère, le chômage, l’exploitation de la classe ouvrière sont en train de provoquer une des plus violentes insurrections de l’histoire parisienne : les Journées de Juin. Durant quatre jours, du 22 au 26, les prolétaires de Paris affrontent courageusement les forces du Parti de l’Ordre. C’est alors que Négrier quitte son rôle de représentant du peuple pour en redevenir le bourreau. Mais cette fois, une balle dans la tête met un terme à sa cavalerie sanglante.

Or, le 2 juillet, Lille fait revenir la dépouille du général. Il n’est pas né ici, y a peu séjourné, mais les charges de baïonnettes menées contre les ouvriers lui valent des obsèques royales. Occasion pour les autorités de proclamer en grande pompe la victoire de l’Ordre sur les soulèvements populaires (1). L’hommage très politique du préfet, prononcé sur la tombe du général, en est un exemple frappant : «  Ouvriers, que nous aimons, dont les maux ont depuis si longtemps navré nos cœurs, laissez-nous travailler en paix, vos mains dans les nôtres […]. Repoussez les funestes conseils des agents du désordre ! Agents acharnés de destruction, ils mutilent l’industrie, votre mère […]. Et toi, noble et glorieuse victime, repose en paix parmi nous ! Ah  ! Cette terre était digne de te recevoir. Que ton âme généreuse se console à la vue de ces populations du Nord restées pures de tout contact avec un horrible attentat commis contre la patrie  !  »

Deux jours plus tard, on donnait le nom de cette « noble et glorieuse victime » à la rue Française. Par contre, aucune rue n’a été baptisée Vato, Quinquet, Vermeille, etc. Des inconnus qui ont fui la misère lilloise pour trouver du travail à Paris. Des oubliés qui se sont soulevés en Juin avec un même horizon : la mort ou le bagne.

1 : Comme les évènements lillois de mai 1848, voir La Brique n°18.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...