Édito : Assignation à résistance

fille peurNovembre 2015. Le climat post-attentats nous tombe dessus au moment de définir la thématique du prochain numéro. Nous voilà plongés dans cette rhétorique entêtante et incessante, celle de la peur. Valls et sa clique nous bassinent avec leur cocktail habituel « unité nationale », « République », « nécessité sécuritaire » auquel s’ajoute l’arsenal répressif façon Vichy, état d’urgence, assignations à résidence, interdiction de manifestations.

Le mot est lâché nous sommes en « guerre », justification ultime de toutes leurs dérives. Alors contrairement à d’habitude, on s’est dit qu’on ne pouvait pas passer à côté de cette actualité, les laisser nous bourrer le crâne de leurs inepties sans y mettre notre grain de sel.

On s’est donc cogné le sujet « le gouvernement par la peur ».

Tentaculaire et insaisissable.

On s’est fait le pari qu’il y avait (encore) des choses à dire, même si les critiques se déploient un peu partout pour démolir les arguments sécuritaires gouvernementaux.

Et puis la thématique nous permettait de lier action et réflexion parce qu’on avait lancé, fin novembre, un appel à se coordonner, « Organiser le pessimisme », pour sortir de l'écrit et se rencontrer. Et ça prend. Des réunions hebdomadaires s'organisent et la création du collectif brasse du monde : syndicalistes, quidams, militants associatifs. On en a fait une grande fête « contre l'état d'urgence et contre la guerre » où ça a causé, débattu pendant toute une après-midi et bu des bières jusque tard dans la nuit. Et ça se poursuit, d'autres actions sont désormais prévues, les réunions continuent et les portes sont toujours grande ouvertes.

Panique l'état d'urgence

De fait, ce numéro s'inscrit dans la continuité de cet élan. Alors on s'est cassé la tête, on a cherché à saisir comment nos huiles intellectuelles, médiatiques, et politiques misent sur la peur pour nous faire trinquer et étouffer nos résistances. Comme à notre habitude, on a eu envie de donner la parole à celles et ceux qu’on n'entend pas, qui se battent et s’en prennent plein la gueule : les travailleur.ses, les jeunes migrants, les militant.es.

Du travail à l’immigration en passant par la vidéo-surveillance et l’industrie de la sécurité, des quartiers huppés aux migrants embourbés dans les méandres d’un no man’s land juridique, ce numéro tente de faire le tour des chaînes que dressent nos « élites » en mobilisant la peur. Pour mieux les briser.

Le côté bordélique de ce numéro est aussi dû au fait qu'on l’a fait à partir des envies d’une nouvelle équipe. Car La Brique a fait sang neuf !

On a composé avec les écritures des « historiques » du canard et celles des nouvelles et des nouveaux venu.es. Pour une première coopération, il fallait se lancer sans se mettre trop de brides…

Côté nouveauté, on se la joue désormais tout-couleur, pas un mal pour un numéro un peu sombre.

Bref, La Brique nouvelle est arrivée, avec un peu de retard sans doute, mais bien vénère !

Le collectif de La Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...