Réarmer les imaginaires

labriqueditogris 1La trame du scénario est connue depuis des années : un PS décadent alimente la montée de l'extrême-droite puis, à chaque veille de scrutin, sonne les grosses cloches républicaines pour rapatrier les troupes de « gauche » dans son giron. Mais la vieille recette de la politique de la peur a pris du plomb dans la gamelle. Le chantage au vote FN a fini de dire l'alpha et l'omega de ce qui se joue pendant une élection ; la fabrique du consentement s'est enrayée. C'est que, depuis 2002, les partis qui ont agité le chiffon brun de l'extrême-droite sont les mêmes qui ont beaucoup travaillé à hisser haut son drapeau.
 
Le souci, c'est que cette fois, le théâtre électoral donne à voir encore autre chose.
 
Entre les guignols socialistes, l'extrême-droite et la droite-extrême, le boulevard était gigantesque. Mais non, même la gauche – si on appelle gauche EELV, PG, PCF ou Ensemble – n’a pas été foutue de bricoler une alliance crédible pour colmater au moins un peu le désastre. Il faut dire que le PCF a de quoi en vouloir aux écolos – et inversement. Les premiers restent empêtrés dans des recettes productivistes vouées à l'impasse, les seconds ont attendu l'année dernière pour découvrir que le PS n'était pas fréquentable – pour le dire rapidement. On le dit rapidement, parce qu'au fond, l'essentiel des embrouilles ne s'est même pas noué là-dessus. Il s'est joué sur autre chose. Un truc qui n'intéresse personne, et que pas grand monde – même au sein des partis concernés – ne comprend : des embrouilles sur les têtes de liste. Un peu pour la gloriole perso, un peu pour des stratégies d'affichage au niveau national. Un peu, aussi, pour espérer un chouïa d'argent public en cas de score pas trop déplorable. Il faut bien prendre la mesure de cette histoire : le FN et la droite sont en passe de prendre une des régions les plus pauvres de France, et pendant ce temps là les partis de gauche s'enferment dans des calculs d’apothicaires purement individualistes. Par temps de lutte des classes, on s'acharne sur la lutte... des places.
labriqueditogris 1

Derrière la foire aux scrutins

C'est une des raisons pour lesquelles ce numéro ne s'attarde pas sur l'échéance. Non pas que les enjeux soient dérisoires – on en connaît, des copains et des copines qui vont perdre leurs subventions dans la foulée des élections. Mais La Brique n'a jamais cherché à donner de prétentieuses « consignes » de vote, ou même de non-vote. Et puis de fait, entre les réflexes d'appareil, la lassitude et la résignation, il faudra trouver des perspectives ailleurs. Car si à l'heure où ces lignes sont écrites, le tiercé donné gagnant n'a pas encore trouvé son verdict, il reste que le moins pire des dénouements nous apparaîtra toujours désastreux.
 
Alors on a fait comme on a coutume de faire ; on a parlé politique, sans commenter les prestations de plateau des professionnels de la parole. On a remonté la piste d'un sujet qui a l'air tout banal comme ça, mais qui se trouve au cœur des enjeux de pouvoir contemporains : les transports, et nos mobilités quotidiennes. On a remonté la piste, et on les a tous retrouvé : le Conseil régional, Lille Métropole, les flics, l'État et le patronat nordiste. Autour de ces questions, le consensus apparaît aujourd'hui si fort que la foire aux scrutins laissera de toute façon la situation globalement intacte. Voilà donc le topo : ce numéro vous emmène du côté de la folie de l'accélération générale et des grandeurs inutiles. Un détour nécessaire pour mieux réarmer nos imaginaires.

Le collectif de La Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...