Édito N°41 : s’armer de papier

couverture la brique 41 web 1On se sentait un peu cons. On venait de sortir un numéro bien dark sur l’extrême-droite tout en vous souhaitant bonnes vacances – c’était pas bien cohérent, on vous l’accorde. Alors, on a voulu se rattraper. Et, une fois n’est pas coutume, remiser nos vieilles obsessions : Martine Aubry, les fachos, le Grand Capital et tout le tintouin. On voulait sortir un truc léger, un truc qui parle de nous, ou du moins d’un univers qui nous plaît, qui nous parle...

D’ailleurs ça tombait bien. Ça faisait un petit bout de temps qu’une idée jaunissait dans le fond des cartons : faire une enquête sur le papier. Quoi le papier ? Ben… le papier, quoi ! Les journaux, la lecture, l’écriture, les bouquins, leur confection, tout ça. On voulait s’évader un peu, vagabonder dans les livres, sniffer à pleins naseaux les odeurs artisanales de l’atelier.

Sauf qu’on s’est vite fait rattraper par nos vieux vices. À mesure qu’on dépliait tous les enjeux que renferme ce « papier », on s’est rendu compte qu’il serait bien difficile de se passer de la critique sociale.

« Work hard, have fun, make history »

Puisqu’il paraît qu’un édito doit gloser sur l’actualité, prenons donc Amazon. C’est arrivé près de chez vous. L’an passé, à Douai, exactement. Voyez comme ce petit événement parle bien de son époque : l’installation dans la région d’un enfant de la mondialisation ; une belle histoire vantée par la presse locale, faite de tout plein d’emplois (2 500 !) pour des personnes en désespérance sociale ; une économie du numérique à la pointe des secteurs à haute valeur ajoutée – n’en jetez plus.

« Le Douaisis a su répondre aux attentes du groupe Amazon, l’une des plus belles enseignes mondiales  », peut-on lire sur le site de l’agglomération. C’est y pas merveilleux ? Stakhanovisme, délation, pression des contremaîtres, concurrence déloyale aux petites enseignes, culture en chaîne et à la chaîne, mort des rapports humains 1 : que les politiques puissent se féliciter de répondre à pareilles « attentes  », voilà qui en dit assez sur ce monde de parfaits cinglés.

Au départ de nos réflexions, à le fixer comme ça, il avait l’air un peu innocent, le papier. En fait, chaque gramme dont il est constitué porte en lui certaines des mauvaises pulsions de notre époque. Se retrouvent ainsi à tournoyer autour de la feuille les appétits des gros prédateurs : les firmes dégueulasses qui viennent bouffer les petites échoppes et piétiner les intérimaires, et puis les illusions numériques, venues remplacer la chair, l’échange et la parole.

Les deux faces du papier

À force de retourner ce papier dans tous les sens, on s’est aussi mis en danger. Après tout, qu’est-ce que la presse, les livres ou l’écriture, sinon le monopole de quelques-un-es ? Le monopole de ces privilégiés qui savent user des mots comme des armes et dont – à sa petite mesure – La Brique fait aussi un peu partie. Pour dire, on a même pensé pondre une enquête... sur vous, lecteurs et lectrices. Est-ce que notre canard ne circulerait pas surtout entre les mêmes petites mains délicates, celles de la classe moyenne intellectuelle ? ’Pas eu le temps de répondre à cette question qui tâche. Mais un jour, il faudra bien...

On s’est donc d’abord retrouvé là, au pied de la page : le papier comme propriété du capital ; le papier comme joujou des classes cultivées. Fort heureusement, il se trouve aussi que le papier a deux faces. Alors on n’a pas oublié d’aller explorer l’autre versant, celui griffonné d’idéaux émancipateurs. On a fouiné dans les canards des deux derniers siècles, à l’époque où ça bataillait ferme et où la presse locale n’était pas aussi chiante qu’une flaque de pluie. Rendu visite aux éditions lilloises qui se contrefoutent des grosses comptabilités et pour qui le contenu des livres veut encore dire quelque chose. On a aussi discuté le bout de gras avec celles et ceux que l’école a blessé, mais qui ont retourné l’écrit à leur avantage. Traqué les moyens de se faufiler entre les mailles de la toile Fnac/Furet. Et donc, à l’heure où les drones de tous ordres menacent de nous coller au cul, on a confectionné quelques petits avions de papiers...

1. Jean-Baptiste Mallet, En Amazonie : inflitré dans le « meilleur des mondes », Fayart, 2013. Disponible sur Amazon.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...