Édito : Sexisme, on y travaille !

img021 1Manifs pour tous, théorie du « dgendeur », remise en cause de l'IVG, discours puants autour de la PMA... Autant d'occasions pour les réacs de tous âges d'occuper la rue et l'espace médiatique pour déverser leurs sermons. La remise en cause de la sacro-sainte famille a libéré des flots de paroles homophobes, racistes et sexistes. Les costards étriqués et les jupes trop droites se sont lâchés en crachant publiquement leur connerie décomplexée à la figure des opprimé.e.s... À Lille, on n'est pas en reste : l'affaire Carlton dit assez bien combien le patriarcat fait le quotidien de nos élites, les « mères veilleuses » continuent d'allumer leurs bougies sur le parvis de l'Opéra, encadrées par les groupuscules identitaires...

 

Ça titillait La Brique depuis un moment de mettre les pieds dans le plat.

Si ça nous trottait dans la tête, c'est aussi que l'activisme des milieux féministes et LGBT bouillonne d'énergie. Elles et ils écrivent, éditent, se battent, militent et arrivent à croiser réflexions et actions directes concrètes. Ces militant.e.s partent de leurs vécus pour riposter aux politiques et pratiques de leurs oppresseurs. Leurs combats nous questionnent aussi sur nos propres expériences : se dire féministe n'est pas qu'une question d'intention.

La Brique est bien placée pour le savoir. Elle aurait pu s'appeler {LE Brique}, dont la définition serait : « collectif avec en son sein une majorité de rédactEURS et une quasi totalité de dessinatEURS ». Réunions pilotées par des hommes rédacteurs qui aiment s’écouter parler, déséquilibre entre hommes et femmes dans les dessins : comme beaucoup d’autres collectifs, on a dû constater que la déconstruction des dominations est souvent incomplète, et qu’on garde parfois des réflexes ou de sexisme ou de racisme ou de classe (liste non-exhaustive). Cette domination est tellement intériorisée, parce que fruit d’une longue incorporation, qu'elle passe souvent pour naturelle et qu'elle se fait plus invisible. Quelques ancien.nes avaient défriché le terrain, non sans tensions... Aujourd'hui encore, on y travaille.

edito

Ce numéro, c'est donc aussi le fruit de toutes les expériences collectives et individuelles qui ont traversé le canard depuis sept ans. On aurait pu se dire qu'avec ce qu'on se traîne comme casseroles niveau sexisme, c'était compliqué de parler de manière légitime sur un tel sujet. Pas faux... Et pour tout dire, les débats au sein de la rédaction ont été animés. Mais sans céder à la question policière de savoir qui on était pour parler de ceci ou cela, on a plutôt cherché à se situer, à réfléchir à notre position dans l'échiquier des luttes politiques et sociales. On a voulu ne pas parler pour, mais avec.

On a saisi les féminismes comme ils sont – pluriels. Différents vécus les travaillent et produisent des luttes diverses : ouvrières qui se réapproprient leurs moyens de production, femmes voilées contre le féminisme blanc et bourgeois, étudiantes face au sexisme à l’université… Ces militant.e.s se battent, parfois avec des outils et des approches différents. Les revendications sont plus ou moins légalistes, même si l’idée récurrente reste que l’égalité des droits ne rime pas forcément avec l’égalité réelle. Et qu’une fois la première acquise, il y a encore pas mal de taf sur le terrain. C'est que malgré les désaccords, ces féminismes se croisent et sont aux prises avec un même oppresseur: le système patriarcal.

Le collectif de rédacteur.ices et de dessinateur.ices de La Brique.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...