Édito N°43

editobranche 2 1Que crève le vieux monde... et celui qu’ils nous préparent avec

Les moyens de communication n’ont jamais été si omniprésents, et pourtant question chaleur humaine, on se les pèle sévère. Un lieu commun pas encore assez investi.


Pour tous ceux qui sont attachés à l’humain dans tout ce qu’il a d’imprévisible, si l’avenir fait peur, le présent est déjà une lutte permanente. Ce monde lisse et calculé que des ingénieurs préparent, nous le subissons (presque) partout ; avec tous ces outils qui visent à nous cadrer, contrôler, « aider », et qui se multiplient plus vite dans leurs imaginaires malades que des pains dans les mains de Jésus. Détecteurs obligatoires à la maison, pass indispensables dans les transports, identités numériques nécessaires. Si l’anormalité est aujourd'hui directement repérable, c’est que la norme se quadrille de mieux en mieux.

Nique ta frenchtech

Ces classes dites « créatives » qui veulent tellement notre bonheur qu’elles le confisquent en octet ne logent pas que dans la Silicon Valley. Tout près de chez nous, dans le parc d’Euratechnologies à Bois Blancs, des cadres bien intentionnés travaillent. Des puces RFID qui traquent nos déplacements à pléthore « d’applis » aussi inutiles que vampirisantes, leurs merveilleuses inventions œuvrent déjà à « fluidifier » nos existences et à meubler le vide dans lequel ils veulent nous confiner. Pour rajouter de l’aigreur à la soupe, le tout prospère sur les ruines des industries qui avaient déjà saccagé le territoire. Le capitalisme nous impose une histoire sans fin qu’il faut court-circuiter.

editobranche 2 1

S’immiscer dans les failles

La bataille se joue à tous les niveaux. Chaque recoin de nos existences est attaqué, même le plus intime. Peut-être est-ce pour cela que lutter peut paraître aussi complexe aujourd’hui. On ne sait parfois plus par quel bout démonter un système plus insidieux que jamais.
Dans ce qu’il faut bien appeler un champ de bataille, la manipulation du langage, à défaut d’être une nouveauté, est permanente. C'est pour cela que dans les open spaces, à la télé et même dans nos conseils municipaux, nos ennemis s'accaparent des termes. Celui de « liberté » pour en faire l’étendard de leur intolérance, de « démocratie » pour légitimer leurs politiques d’exclusion, ou de « réseaux sociaux » pour expliquer comment ils ne peuvent exister sans une bonne connexion wifi. Mais c’est précisément de réseaux sociaux dont nous avons besoin dans nos luttes, de liens à tisser ici et maintenant. Pas de grands partis en qui croire, pas de grands soirs à attendre. C’est avec une « lente impatience » comme disait Daniel Bensaïd, qu’il faut se glisser dès à présent dans les interstices du pouvoir – ce que font, parmi d'autres, les camarades des ZAD. Ces idées qui nous animent, un écrivain de science-fiction en parle bien. On a sollicité Alain Damasio pour une petite interview qui, l’air de rien, s’est transformé en un entretien de quatre pages. Une première dans le canard. On l’a laissé dans son intégralité : l'occasion, aussi, de rendre un hommage de style aux copains d’Article XI, qui sortent le dernier numéro papier de ce qui fut un sacré canard.
Pour ce qui est de notre tambouille, on a interrompu la forme thématique pour pouvoir, à nouveau, tirer dans tous les sens. Car si le nouveau monde nous enserre, l’ancien nous colle toujours aux semelles. Du petit patron de presse qui s’en met plein les fouilles, à Coca qui vante son capitalisme féministe, en passant par une arnaque à l’eau et la résistible ascension du Front National. Symptôme de l'époque, on a croisé les flics à peu près partout où on est allés fureter. Sur la route des vendeurs de roses lillois, agressés et rackettés par la police aux frontières, à Montigny-en-Gohelle où les proches de Lahoucine - tué par la police il y a deux ans - ne sont pas prêts de lâcher l’affaire.
C'est un peu le défi permanent de La Brique : vous donner l'envie de lire des pages qui capturent un peu de l'air du temps – même quand il est rance.

Le collectif des rédacteur.ices et dessinateur.ices de La Brique.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...