Edito N°12 - A chacun son rythme

numero12On a vu ce patronat de la grande distribution ou du textile, des mines ou de l’automobile nous réduire à l’état de « ressources humaines », « variables d’ajustement » de leurs profits. On a laissé ces techniciens du désastre nous rationaliser et nous évaluer, domestiquer la nature, bousiller nos paysages et notre santé. On a vu ces flics et ces militaires nous réduire au silence. On a laissé leurs porte-voix noyer toutes ces oppressions dans un flot continu de bonnes nouvelles et de faits divers décérébrants. Et on a regardé cette gauche du Nord et d’ailleurs tuer dans l’œuf nos rêves d’émancipation.


Il y a deux ans maintenant, nous jetions notre première Brique en direction de toutes ces têtes de gondole. Sans étude de « marché », et malgré l’abondance d’éditos annonçant la mort prochaine de la presse écrite, nous nous lancions à l’aveuglette dans ce journal, qui, depuis, grâce à vous, survit et s’envole.

Aujourd’hui notre histoire s’accélère. La Brique devient mensuelle. On pourrait dire : que du bonheur ! Mais... ce n’est pas aussi simple.
Inquiet-es ? Nous le sommes peut-être. Davantage d’efforts pour nos stagiaires exploités, de rigueur pour nos intérimaires dociles et de congés pour notre rédac’ chef seront nécessaires. Quoi ?! Vaste blague ! Notre fréquence change mais nos principes restent les mêmes : collectifset horizontaux ! Bénévole, insoumis et noyé dans la marre médiatique de La Voix du Nord, notre équipe n’aura pas la tâche aisée. Le – génialissime – poster que nous avons concocté en dernière page pour l’occasion illustre très bien la situation.
Nous ne lâcherons rien, car le bouillonnement social actuel mérite mieux que les accusations de terrorisme, les gaz lacrymos, les fichages, le GIPN ou le mépris des gens de pouvoir. Et les articles formatés de la presse bourgeoise.

Face à ce mur, des interstices restent là, à attendre qu’on s’y engouffre avec délice et détermination. Des brèches sont à ouvrir sans cesse. Dans notre rue, notre boîte, notre fac ou notre cuisine, du politique se cache. Ne le désertons pas, investissons le ensemble... On se revoit dans un mois  !

Le collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...