Edito N°13 - Le clan Mulliez

numero13 1« L’Europe XXL est une façon de dire que nous devons nous ouvrir vers les autres. »* M. Aubry

 

Vendredi 6 mars, des embouteillages bloquent l’entrée de Lille par la Porte de Valenciennes : la police expulse les Roms qui squattent depuis plusieurs mois. À peine sont-ils chassés que des plots en béton sont posés afin d’empêcher toute réinstallation. C’est qu’il ne faudrait pas dégoûter le chaland pour la grande cérémonie culturelle qui s’ouvre une semaine plus tard ?! La deuxième édition de Lille 3000 nous impose cette année une Europe XXL, avec pour slogan « En route vers l’Est ! » Les organisateurs (mairie et mécénat privé) manient l’ironie aussi bien que le carnet de chèques (budget de 9 millions d’euros).

 

La culture et ses mécènes

Lille 3000 renforce notre volonté de faire vivre une parole critique vis-à-vis de celles et ceux pour qui une telle opération rime avec bénéfices trébuchants et symboliques. La liste des « partenaires » obligatoires de Lille 3000 fait rêver : Auchan (l’exploitation, la vraie), Accor (partenaire des expulsions), Eiffage (constructeur de taules), Veolia (privatiseur d’eau), CBS Out Door (pollueur publicitaire)...

Tout le monde y trouve son compte. Nos chiens de garde préférés, telle la Voix du Nord et son rédac’ chef que nous passons pour l’occasion au pilori. Ou ces grands patron-nes, caricatures de la bourgeoisie, qui se sont tant épanouis dans le Nord, telle la famille Mulliez.

Tous et toutes organisent cette propagande qui vous somme de « faire la fête » et de fermer les yeux. Pas pour rêver, mais bien pour ne pas voir ces SDF toujours plus nombreux, ces feux rouges toujours plus occupés, ces salarié-es toujours plus jetables.

« Lille 3000 est une machine à bonheur »Retour ligne automatique
M. Aubry

La ville-marchandise

La concurrence entre villes est réelle, et sur ce marché, le produit « Lille » doit être alléchant pour attirer investisseurs et main d’œuvre qualifiée… Quoi de mieux que créer l’événement, via une manifestation culturelle  ? Qui se méfiera des sons et des paillettes d’artistes au moment où son quartier se transforme au nom d’une ville en phase avec son temps, où les loisirs sont centraux.Retour ligne automatique
Didier Fusiller, chef d’orchestre de cette mascarade populaire, parle de « privatiser l’espace public » [1] au sujet de la gare Saint-Sauveur. À n’en pas douter, pour Martine Aubry, le succès est autrement plus garanti qu’un meeting à deux balles au Zénith. Et elle le sait très bien : « Lille 2004 nous a fait gagner dix à quinze ans de notoriété ». Vivement l’an 3001 !

Le collectif de rédactionRetour ligne automatique

* Toutes les citations sont issues du journal de Lille 3000, aux bons soins de La Voix et de Nord-Éclair.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...