Edito N°21 - Un "socialiste" ca trompe énormément

numero21Brûler les agendas

Sans doute aurez-vous remarqué comme une « couille » dans le calendrier de La Brique. Comme son absence – pesante, il est vrai – pendant le mois de février. Eh bien sachez – nous pouvons l’avouer à présent – que nous avons ouvertement « séché ». On assume, de la même façon que nous avons assumé par le passé l’école buissonnière, les retards à répétition au boulot et, en définitive, les congés ILLIMITÉS.

Car vous savez, nous – les révolutionnaires frénétiques, quoi –, s’il y a une contrainte qu’on ferait bien sauter, c’est assurément celle du « calendrier ». De même que le planning, les horaires, les cinq semaines de congés payés à répartir soigneusement sur douze mois, les rendez-vous à noter dans un « agenda », eh bien tout cela nous emmerde profondément. Malgré les apparences.

Mais par contre, n’abusons pas, nous comprenons fort bien que concevoir un « calendrier » peut être parfois très stimulant. C’est vrai, certains le prennent du bon côté. Et ne s’en cachent pas. L’autre jour, c’était au tour des barons voleurs – qu’on appelle par ailleurs « partenaires sociaux » – de se réunir autour du président de la République, lors d’une garden party pour fixer un « agenda social 2010 ». « La réception était exquise », confiera un représentant de l’aristocratie ouvrière. « Le palais de l’Élysée est toujours si chaleureux », dira un grand propriétaire. A n’en point douter, le « sommet social » du 15 février dernier a fait sensation dans le monde.

Le « dialogue social »

Lors du débat – euh non, on ne débat pas entre gens de bonne famille, on « dialogue »… Lors du « dialogue social » donc, François, pour la CFDT, s’adressa à Nicolas :Retour ligne automatique
« Monsieur Le Président de La République Française, nous, les partenaires sociaux, nous voudrions organiser une grande journée de grève interprofessionnelle, comme chaque année, et, euh… comment dire, euh… voilà, nous aurions voulu savoir si nous pouvions faire cela fin février…

– Ça, sûrement pas, l’interrompit Bernard, pour la CGT. Fin février, c’est les JO, François. Pas de grève pendant les JO, tu le sais. La CGT propose fin mars…

– Fin février ou fin mars, s’irrita René pour la FO, c’est kif-kif bourricot, les gars. La FO en a assez des grèves et des manifestations. Alors cette année, ça sera sans nous.

– Calmez-vous, calmez-vous, les enfants, reprit le président, allons. Je pense que nous allons pouvoir libérer un créneau pour votre défilé, mais attention, une journée pas plus, hein… hum, attendez, laissez-moi voir … oui, là, le 23 mars, c’est parfait. Ça irait pour toi, Laurence [Parisot ndlr] ? [Celle-ci acquiesce en sourcillant]… Bon très bien, le 23, ça va à tout le monde ?

– Oh oui, Monsieur, répondit Bernard. C’est très gentil de votre part, Monsieur. »

Voici, en substance, comment se décide le sort de millions de personnes, sans élever la moindre révolte. Quand on vous dit qu’un calendrier ça nous emmerde, c’est bien parce qu’il est un instrument de pouvoir. Décisif. A cause de lui, au soir du 23 mars, il faudra attendre l’année suivante pour être autorisé à marcher dans les rues, unis et solidaires.

A moins que ?

Malette {JPEG}

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...