Edito N° 30 - Carlton, une affaire de classe

numero30La Brique, trentième !

Coups de sang, coups de tonnerre, coups de blues ; La Brique s’aime, se déchire, déçoit, réjouit... Dans les ressorts de ses positions politiques, de ses affinités, de ses (non-)agissements. Il y a eu tous ces derniers mois des coups de grisou dans les mines de notre canard.

 

Notre innocence s’est envolée pour laisser place à une gravité, « quelque chose de noir ». Encore plus noir que la « sinistrose » qu’on nous reproche parfois, à tremper nos plumes dans une critique acide, sans pub, sans pitié.

La Brique s’est toujours dit qu’elle voulait faire de l’enquête et de l’info : relayer ce qui se passe, démonter la mécanique du monde qui nous entoure, donner la parole à ceux et celles qu’on n’entend pas, ne pas parler uniquement de ce qui nous concerne, être un écho de différentes luttes... Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions et nous ne sommes pas toujours à la hauteur de notre ligne éditoriale ; des fois même, on en est loin. Alors très logiquement on a pris des claques, des coups de pieds au cul. Nous sommes aujourd’hui pétri-es de questions qu’on n’aurait pas pu soulever sans de nombreuses personnes de nos entourages, sans des erreurs parfois irrattrapables ; à se croire exempt-es de certains comportements dominants, bourgeois, qu’on dénonce par ailleurs.

Si nous ne pourrons pas briser tous les cercles qui nous enferment, pris-es par la folie de cette société, nous pourrons toujours tenter de faire face, ensemble, aux questions douloureuses. Dans la violence de son époque, La Brique a choisi son camp, ses armes. Elle tient sa barricade entre un pouvoir élitiste (d’hommes et de Blancs) asservi à l’économie, au carriérisme, et une presse caniveau. C’est en luttant chaque jour contre l’ennemi en nous, et hors de nous que nous pouvons espérer rompre les mécanismes d’oppression et de domination qui touchent chacun-e (in)différemment.

Ça doit être la crise de la trentième. Un agrégat parfois gauche et violent d’idées et de personnalités... Alors est-ce que ça ne sentirait pas un peu le coup de vieux tout ça ? C’est bien possible. Et on espère que ces questions vous touchent aussi. Pour autant ne vous en faites pas trop pour nous : on n’a pas perdu nos canines, ni notre verve. On n’oublie pas les coups et conséquences du 14 janvier dernier [1]. On n’oublie pas Frédérick Lecluyse, qu’on ne remerciera pas d’avoir privé le tribunal d’un procès contre toutes les formes de racisme. On n’oublie pas le carnet d’adresses de Dodo la Saumure : flics, patrons, juges, avocats, journalistes, élus ; cette odeur de cigare, d’alcool et de prostitution, qui souffle jusque sur le conseil municipal lillois. On n’oublie pas les pouvoirs et les institutions qu’on ne veut pas réformer mais envoyer en l’air.

Le collectif de La Brique.

Notes

[1« Communiqué de La Brique à propos de la soirée de La Brique au CCL », La Brique n°25, « Pas de justice, pas de paix », La Brique n°28.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...