Pour 3000 dollars de plus

soutienLa Brique publie aujourd’hui un appel à souscription, forcée de constater que les dernières soirées de soutien ne lui ont pas permis de rentrer dans ses frais. Concrètement, notre vilain petit canard a besoin de 3000 euros pour poursuivre ses activités.

La Brique, c’est de la bonne. Tous les deux mois, pour deux euros, vous avez 65 grammes de critique sociale bien servie, emballée dans seize pages noir et blanc, garanties sans OGM ni Bisphénol A. Livrée à domicile, directement du producteur au consommateur. Alors ce serait dommage de s’en priver. Aujourd’hui, le canard a (vraiment – vraiment) besoin de thunes pour continuer à dealer ses enquêtes cultivées localement par une dizaine d’artisans-journalistes. Concrètement, 3000 euros ça représente l’impression de deux numéros.

La Brique, enfin un journal payant

Dans notre fonctionnement, seules les ventes du journal nous financent, garantissant ainsi notre indépendance éditoriale. Mais on a beau vendre presque 1000 exemplaires du canard à chaque numéro, entre les 30% que nous prennent PRESTALIS et les frais d’impression, les factures téléphoniques et l’abonnement internet, le compte n’y est pas : les ventes ne sont jamais suffisantes pour payer nos impressions. Et c’est notre imprimeur qu’on doit remercier de ne pas nous presser de le rembourser (spéciale dédicace Mév.).

En réalité, et depuis toujours, ce sont les soirées de soutien et les ventes à la criée sur les marchés qui nous permettent de survivre (d’ailleurs, à l’occasion, si vous voulez organiser une petite vente sauvage, vous avez notre mail). Mises à part des kilos de pâtes et quelques (hecto) litres de bière pour nos (trop) longues nuits de bouclage, tout l’argent est réinvesti dans l’impression du numéro suivant. Mais notre déficit est structurel. Aucune soirée de soutien ne nous a jamais vraiment permis de nous remettre à flot. C’est pour ça qu’aujourd’hui on s’adresse à tous ceux et celles qui pourraient et voudraient allonger un peu de thunes pour nous aider à continuer.

Enfin une presse libre

Depuis le printemps 2007 La Brique est tout simplement le seul journal indépendant, « sans pub et sans pitié », face au monopole-régional-de-production-quotidienne-de-papier-à-caractère-décérébrant qu’est La Voix du Nord. Ce travail, nous le faisons bénévolement, à jongler entre RSA, études, esclavage salarial, et le reste de ce que comprend une vie : les amours, les ami-es, parfois la famille. Tout ça sans standardiste ni rédac’ chef. Toutes les heures sont supplémentaires, et ne rapportent aucun point retraite. Et puis, un peu d’humilité n’a jamais tué personne : La Brique est le seul journal qui puisse dire que La Voix du Nord et Nord Éclair ne sont que des torchons publicitaires, et le démontrer. La seule qui enquête sur des pollutions au plomb en plein quartier populaire à Lille Sud. La seule qui écrive sur des bavures policières ; le racisme ordinaire ; les expulsions des pauvres de leur quartier ; l’écologie citoyenne à la mords-moi-le-noeud ; la lesbophobie institutionnelle ; l’absurdité des politiques migratoires ; l’histoire ouvrière et la culture populaire face à la machine de guerre Lille 3000 ; d’autres manières de concevoir l’habitat, l’éducation… C’est aussi la seule qui se revendique comme subjective et partisane : le sens qu’elle met à son travail participe ouvertement à une lutte politique. Si vous n’avez pas entendu les violons sur cette dernière envolée et que vous n’avez pas la larme à l’œil, c’est qu’on ne peut plus rien faire pour vous. La Brique c’est pas cher, et on accepte les chèques, les virements bancaires, la petite monnaie et toute votre ferraille.

Chèques à l’ordre des "Amis de La Brique" /Retour ligne automatique
14 rue des Tours,Retour ligne automatique
59 000 Lille

Ou par virement bancaire /

Les amis de la BriqueRetour ligne automatique
IBAN : 76 4255 9000 6141 02200 0056 820 / Retour ligne automatique
BIC : 42559 00061 4102000056 820

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 03.20.63.20.28

Le collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...