Edito N°32 - Coloniser Tortuer Expulser

numero32

Au-delà du mépris

Ce 16 mars 2012, le communiqué du ministère tombe, odieux : «  À l’occasion du 50e anniversaire du cessez-le-feu de la guerre d’Algérie, l’État n’organisera aucune commémoration nationale […] Le 19 mars [...] marque l’amorce d’un drame pour les rapatriés, contraints au déracinement, et le début d’une tragédie pour les Harkis, massacrés dans les semaines qui suivirent ».

 

50 ans ont passé et l’État français n’a pas changé de discours. Une mémoire instrumentale, partisane et à deux vitesses, qui permet de garder le silence sur les crimes coloniaux commis avant et pendant la guerre. La torture, pratiquée pendant les huit ans du conflit par exemple, ou encore le nombre gigantesque de morts (250 000 selon l’État français, 1 million selon le décompte du FLN en 1964). Cette chape de plomb empêche également de comprendre bon nombre des phénomènes politiques et sociaux d’aujourd’hui : la ghettoïsation des populations maghrébines et immigrées en France ; l’islamophobie galopante héritée de l’organisation coloniale ; la persistance des intérêts économiques et militaires français en Algérie et en Afrique ; la chasse aux personnes sans-papiers, etc.

50 ans ont passé depuis les accords d’Évian et les colonisé-es d’hier continuent d’être les opprimé-es d’aujourd’hui. À Coquelles, une vingtaine d’exilés entament mi-avril une grève de la faim pour protester contre leur enfermement : « Ils nous traitent comme des animaux  », écrivent-ils à leurs soutiens. À Bruxelles, ce sont 23 sans-papiers qui n’ont pas mangé depuis plus de cents jours. Dans la presse, pas un mot sur leur désespoir et la lutte pour leur dignité. Parallèlement, dans les médias, les musulman-es continuent d’incarner l’ennemi intérieur. À Roubaix début avril, au lendemain de l’affaire Merah, trois musulmans (forcément présumés terroristes) sont jetés en pâture aux vautours médiatiques. Deux jours après leur arrestation, ils sont relâchés. Le dossier ? Vide. Et pendant ce temps-là, les agressions et les récupérations politiciennes redoublent de violence : « musulmans d’apparence », « civilisations inégales », et tutti quanti.

De l’oubli du massacre algérien au déni de justice, il n’y a qu’un pas. Mais au-delà du mépris, il y a dans l’air comme une perpétuation de la vieille rengaine coloniale et de son racisme culturel. Dans un rapport publié le 24 avril 2012, soit deux jours après le score historique du F-haine, Amnesty International note par exemple : « Les musulmans sont victimes de discrimination sur le marché du travail [...] On refuse aux femmes musulmanes des emplois uniquement parce qu’elles manifestent leur appartenance à une religion […] Dans le domaine scolaire, les restrictions du port de tenues et de signes religieux et culturels ont entraîné l’exclusion d’élèves de confession musulmane. » Une constatation claire qui dessine l’axe de la résistance pour les luttes anti-racistes de demain.

Le collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...