La destruction de certaines, la menace pour toutes

editoLa Brique a trifouillé les bas-fonds de la société patriarcale. Elle publie aujourd’hui sur le net son enquête : « Silence on viole ».

 

Le viol a ça de pratique qu’il rassemble les esprits les plus antagonistes. Qui est pour le viol ? Personne. Et pourtant le viol existe, dans tous les milieux sociaux. L’explication la plus répandue consiste à dire que les violeurs sont des fous, des aliénés, des monstres et tout le monde est d’accord pour qu’ils crèvent en prison, voire qu’on les pende haut et court. Du moment qu’ils sont sanctionnés comme il se doit, l’honneur est sauf. Tous les autres peuvent se rassurer de ne pas « être comme ça » et avoir la conscience tranquille. On voudrait bien suggérer autre chose pour avancer un peu. Car s’il suffisait d’enfermer et de stériliser quelques fous pour que le viol n’existe plus, il n’existerait déjà plus.

En revanche, si on considère le viol comme l’expression d’une société dans laquelle le corps des femmes est un objet destiné à satisfaire le désir (insatiable, irrépressible, même primitif) des hommes, on comprend mieux pourquoi le viol demeure. Et pourquoi l’accumulation des mesures liberticides sensées nous protéger des vilains monstres n’y change rien.

Concrètement, c’est quoi le viol ? Un acte sexuel contraint, c’est-à-dire non consenti. Mais la notion même de consentement [1] repose sur l’idée que les deux partenaires sont égaux. Or, pour pouvoir dire non il faut déjà être sujet de sa vie sexuelle, et pas l’objet de celle d’un autre. Combien de femmes ne se sont pas une fois dans leur vie laissé faire parce qu’elles avaient la trouille de dire non et de s’exposer au regard – ou à la sanction – de l’autre ? En fait, rien n’autorise à penser qu’une frontière claire puisse s’établir entre un viol et une relation sexuelle « librement consentie » [2]. Pourtant la différence est essentielle et l’amalgame dangereux : toute relation sexuelle entre un homme et une femme n’est pas un viol. Mais on a beau chercher un critère qui permette de délimiter cette frontière, on n’y arrive pas : la contrainte, la menace ou la surprise – les termes légaux – se ressentent mais ne se mesurent pas. Cela dépend dans chaque cas d’une multitude d’éléments : le contexte (couple avec violence conjugale, dépendance économique ou isolement), de la fréquence de l’acte (se forcer une fois ou être forcée toute une vie) et de l’intention de l’agresseur potentiel (avait-il des moyens de savoir que l’acte sexuel n’était pas désiré ou cela l’arrangeait-il bien de ne pas le voir ?). Reste à s’en référer à la parole de la victime. De fait, une femme ne gagne pas grand chose à se poser comme la victime d’un viol. Elle a plutôt tout à y perdre : crédibilité, amitiés, confiance en soi... Par ailleurs, entre les pubs ou « Dire non c’est penser oui » [3], l’apprentissage de la soumission sexuelle ou domestique, et la culpabilité de « l’avoir bien cherché », on est davantage incité à ne pas voir le viol, qu’à le voir où il n’est pas. Indépendamment du peu d’espoir qu’on place dans la justice institutionnelle, il serait peut-être bon de commencer à se saisir des paroles de victimes, si difficiles à émerger, pour ce qu’elle sont : l’expression de leur douleur.

Aussi destructeur que banal, un viol est est la négation de la vie qui habite le corps d’une femme, sa réduction à un objet bon pour la poubelle une fois consommé. Les faits divers scabreux sont la partie visible de l’iceberg et c’est rarement par le sommet que le « bât » blesse. La mise en scène de ces « scandales », véritables défouloirs, permet aux passions sordides de se déverser sans complexe : plus on se déchaîne avec ferveur sur le dangereux pervers, plus on intériorise le fait que le viol existe ailleurs. On veut bien voir des violeurs dans la misère sociale et dans les caves des cités mais jamais chez nous, nos potes ou nos familles. En attendant, la domination masculine se perpétue. Les femmes sont toutes des proies potentielles, coupables d’attiser le désir dès qu’elles manifestent un peu de liberté. Les élus (de droite comme de gauche) peuvent mettre des pansements sur des jambes de bois, faire bonne figure et se servir du monstrueux violeur pour justifier des politiques xénophobes et sécuritaires. Et tout ça, en créant de la « cohésion sociale ». Pour beaucoup, consciemment ou non, la société du viol c’est plutôt une bonne affaire.

Les articles du dossier :

- « La destruction de certaines, la menace pour toutes »

- « Donner la vue du sang ? »

- « L’Échappée. Se reconstruire après un viol »

- « Épouvantables épouvantails »

- « Ni moi, ni mes potes »

- « La querelle des chiffres »

- « Jeanneton et les garçons »

- « Phœnix »

- « Extraits, citations »

 

Enquête menée et réalisée en mars 2012 (N°31) par les filles de La Brique, Lucie et Lucie, avec l’aide précieuse de Tim, Camille, Camille Poule, Charlotte, Camille, Gabrielle et Hélène de L’Échappée. Un grand merci à elles ainsi qu’à toutes celles qui nous ont confié leur histoire, nous ont donné envie et permis de mener cette réflexion.

Notes

[1Le terme consentement, souvent repris pour indiquer la barrière entre un viol et une relation sexuelle, est lui même très éclairant. Quand on dit qu’on consent à faire quelque chose, on parle rarement de quelque chose qu’on a envie de faire. Parler de consentement (pour les femmes, parce qu’un homme ne dirait jamais qu’il « consent » à avoir une relation sexuelle, il la provoque) révèle déjà à quel point la question du viol est mal posée, et surtout les potentialités réservées aux femmes dans leur vie sexuelle : tant que tu consens, tu peux déjà t’estimer heureuse. Et puis « qui ne dit mot consent », hein ?

[2Dans cette enquête nous nous concentrerons sur les viols commis sur des femmes, permis par la société patriarcale. Les viols commis sur les enfants participent de la même logique, mais nous semblent important à distinguer tant il est évident qu’un enfant n’est en mesure ni de désirer ni de consentir à avoir une relation sexuelle avec un adulte, quel qu’en soit le contexte.

[3Slogan officiel des chocolats Suchard.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...