Edito N°33 - Main basse sur la campagne

numero33

ruand de la culture

Didier Fusillier, boss de Lille 3000, se pavane dans Télérama. Vieux beau, ténébreux mais décontracté posant dans un décor post-industriel, on croirait une pub sortie du Figaro Magazine.

 

Ajoutez-y des tirades philosopheuses accouchées d’un trait de coke d’un mètre de long : excentrique, hors du temps, hors norme, hors catégories sociales, hors police, ultime et magique, Fusillier évide de leur sens les romans de Franz Kafka et Philip K. Dick. En leurs temps, ces auteurs de science-fiction dénonçaient le cauchemar bureaucratique et virtuel des sociétés modernes. Aujourd’hui, Fusillier se pose plutôt en rejeton parfait de cette déshumanisation contemporaine – Lille 3000 exprimant la quintessence de cette gauche mondaine qui considère « n’importe quelle posture modernisatrice ou provocatrice – que ce soit sur un plan technologique, moral ou autre – pour un geste qui serait toujours, et par définition, ’’révolutionnaire’’. » [1]

En grand artificier de l’artificiel, Fusillier convoque kermesses et Gilles pour nous refourguer son Fantastic. À mille lieux des transgressions païennes et populaires, Lille 3000 nous demande d’adhérer massivement à leur « projet » culturel. Or, si La Brique fait sa rentrée, c’est bien du côté des carnavaleux-ses, de celles et ceux qui détrônent les idoles et renversent les hiérarchies.

Notes

[1Avant-propos de Jean-Claude Michéa au livre Culture de masse ou culture populaire ? de Christopher Lasch, Climats, 2001 pour l’édition française.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...