Les Pimkie piqué.es au vif !

Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures de magasins en France.

La loi permet ainsi au milliardaire Mulliez d'utiliser le dispositif des « ruptures conventionnelles collectives », autorisant l'entreprise à avoir recours à des plans de départs volontaires autonomes, plutôt qu'à un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), plus coûteux. De même, un PSE oblige les dirigeants à justifier la raison économique du plan de licenciement. Ici, aucun motif n'est avancé.

Pour soutenir les salarié.es, Martine Aubry, Adrien Quatennens et Ugo Bernalicis ont affiché leurs binettes*auprès des syndicats venus faire signer une pétition.

Le 10 janvier, Pimkie a renoncé aux ruptures conventionnelles collectives, préférant un « plan de départ*volontaire », moins risqué pour l'image de la boîte qui fait du bénéf' en France.

Début mars, le plan de restructuration avance : comprendre que les licenciements vont se faire. Pour les 208 suppressions de poste, l'enseigne textile propose « un socle de 4 000 euros brut pour tous et des parts variables en fonction de l'ancienneté, allant de 800 à 1 100 euros» annonce La Voix du Nord. « Trop faibles » pour les syndicats, notamment pour la CGT qui refuse de signer l'accord. Autre diable, les salarié.es licencié.es qui refuseraient un autre poste dans le groupe n'auraient droit à rien puisque cela serait « un motif de convenance personnell». Même si le salaire est plus faible ? Que le poste se trouve à Tataouine-les-Bains ? 

On espère que les édiles locaux, passée l'effervescence de janvier, continueront à apporter leur soutien aux salarié.es. En attendant, la lutte continue !

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...