Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

breve

« Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. » C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement, se raviser en fin d’après-midi et annoncer le report des concours qui devaient se tenir jusqu’au 5 avril dont les concours de recrutement des profs, les CAPES. Les écrits du CAPES externe se déroulant à la fin du mois de mars.

Cela a fait suite à une mobilisation importante pour un report des concours sur les réseaux sociaux et par pétitions en ligne de personnes passant les différents concours (1). Ces personnes organisées en collectif considéraient qu’il était dangereux de passer le concours pour les personnes immunodéprimées (2) et surtout de transmettre le virus.

Depuis, pas grand-chose, si ce n’est un communiqué du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche le 23 mars, pour déclarer que les concours (dont les CAPES) sont reportés entre juin et de juillet si les conditions sanitaires le permettent. Pour les 30 883 personnes inscrites au CAPES externe, c’est ainsi le flou total, quand auront lieu les écrits ? Comment se passeront ensuite les oraux (3) ? Pour ces derniers, on ne sait pas encore s’ils vont être mis en place. Selon le SNESup , syndicat FSU de l’enseignement supérieur, les écrits seront maintenus. Les lauréat.es seraient fonctionnaires stagiaires suite aux écrits mais les oraux seraient remplacés par un oral de motivation (le métier d’enseignant.es, les valeurs de la république etc...) à la fin du stage. Encore une fois, des infos à prendre avec des pincettes, le ministère n’ayant pas confirmé ces dires... Mais si cela se confirme, cet « oral » est assez proche des orientations de la future réforme du CAPES repoussée pour l’instant en 2021 qui préconisent « un oral de motivation » qui ressemble à un pâle entretien d’embauche version Éducation Nationale...

Ces concours étant habituellement arbitraires du fait des inégalités sociales et de la volonté d’avoir des profs comme des bons petits soldats de l’idéal républicain, cela s’empire encore ainsi avec le confinement. Le nombre de postes baisse chaque année pour les concours du fait des économies alors qu’il y a dans le secondaire 40 000 élèves de plus chaque année… La baisse est la plus importante dans l’académie de Lille où 83 postes dans le primaire et 105 postes devaient être supprimés pour la rentrée 2020. On ne sait pas encore si le confinement va y changer quelque chose. Mais pour la primaire, 1 248 postes de plus seront créés au niveau nation sans savoir si ce seront des CDD, des postes fixes ou d’autres types d’emplois.. Pour le secondaire c’est encore flou...

Heureusement le 10 avril, le ministre Blanquer déclare que « des annonces supplémentaires seront faites mardi (14 avril) concernant les études supérieures et les concours » alors que cela devait être initialement à la fin de cette semaine selon ses propres déclarations… Qui croit encore les déclarations de Jean-Michel Blanquer qui assurait que l’école allait reprendre au mois de mai ou avril, ou peut-être septembre, on ne sait plus ? La suite au prochaine épisode.

EDIT du 16/04/2020 : Jean-Michel Blanquer a annoncé mercredi 15 avril (une journée en retard...) les modalités des concours (avec le maintien des écrits en juin/juillet et la mise en place d'oraux de titularisation en septembre 2021) confirmant ainsi les informations écrites dans cette brève.

Stickmoo

(1) Libération, 15 mars 2020 « Les concours de l'Education Nationale finalement reportés »

(2) Personnes à risques avec un système immunitaire faible voire inexistant.

(3) Après le passage des écrits, une partie des candidat.es devient admissible pour pouvoir passer les oraux, c’est là que les candidat.es peuvent devenir fonctionnaires stagiaires.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...