Trop c’est Trop !

Maison Folie de Wazemmes, dimanche soir, 03 avril 2007. La salle de spectacle est comble. D’un coup, la parole sur scène est donnée à une candidate UMP à la députation dans le Nord. Elle s’indigne du manque de dignité apportée aux détenu-e-s dans les prisons françaises. Elle assure que le candidat qu’elle soutient, Nicolas Sarkozy, a les mêmes considérations et qu’il ferait un bon président. Malgré les protestations de certaines personnes, Bernard Bolze (le coordinateur de la campagne) appelle au calme et le défilé des hypocrites continue. Un supporter de Bayrou insiste sur le fait que son candidat est très sensible à la question des prisons, et loue la société de rêve qu’il nous apporterait s’il était élu. Un lieutenant de Royal s’exécute également à cette tâche difficile, en préçisant qu’il faudra du « courage politique » à la candidate pour améliorer le sort des 60 000 personnes enfermées dans nos geôles pourries.

Cette soirée payante, organisée en soutien à la campagne « Trop c’est trop », prévoyait une exposition [1] , du théâtre, un spectacle alternant du cirque, de la musique... et des prises de paroles. On s’était dit à la lecture du programme que nous pourrions alors écouter des témoignages d’anciens détenu-e-s, des associations qui travaillent dans les prisons ou qui luttent sur ce domaine, etc. Nous n’aurions sans doute pas délesté nos bourses si nous avions su la mascarade qui nous attendait. B. Bolze souligne à l’ouverture de la soirée la situation inacceptable faite aux détenu-e-s de ce pays. Il déclare que beaucoup n’auraient rien à faire en prison. Et il affirme que les programmes électoraux des partis politiques ne proposent rien de satisfaisant... Pourtant, il offre une belle tribune, glauque et démago, à trois réprésentant-e-s de candidats et candidates
 [2] Quant aux autres partis nous ne saurons pas s’ils avaient été invités. . Qui appartiennent aux partis politiques qui se succédent au gouvernement depuis des dizaines d’années. Et qui ont rempli les prisons françaises (cf. encadré p.3). Là, en effet, trop c’est trop !Retour ligne automatique
S.G, avec l’aide de D.D

- « Trop c’est trop » est une campagne « pour le respect du numerus clausus en prison ». Elle a pour objectif « d’inscrire sans dérogation possible dans la loi la mise à disposition d’une place pour chaque détenu ». Elle dénonce en effet une situation « inhumaine » de surpeuplement carcéral (plus de 60000 personnes détenues actuellement, pour des prisons faites pour en accueillir 51000) et réclame des peines alternatives à la prison. Elle est initiée notamment par ATD Quart monde, Ouest-France, la Cimade, la Ligue des droits de l’homme, le MRAP, le syndicat de la magistrature, etc.

Notes

[1Le vaisseau pénitentiaire, dont les auteurs ont du batailler avec les services de la mairie de Lille pour conserver leurs commentaires jugés trop critiques cf. « La mairie de Lille en flagrant délit de censure ? » , numéro de mars-avril 2007 de La Brique.

[2Les Verts et le PC étaient prévus au programme, mais ne se sont pas déplacés.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...