Trop c’est Trop !

Maison Folie de Wazemmes, dimanche soir, 03 avril 2007. La salle de spectacle est comble. D’un coup, la parole sur scène est donnée à une candidate UMP à la députation dans le Nord. Elle s’indigne du manque de dignité apportée aux détenu-e-s dans les prisons françaises. Elle assure que le candidat qu’elle soutient, Nicolas Sarkozy, a les mêmes considérations et qu’il ferait un bon président. Malgré les protestations de certaines personnes, Bernard Bolze (le coordinateur de la campagne) appelle au calme et le défilé des hypocrites continue. Un supporter de Bayrou insiste sur le fait que son candidat est très sensible à la question des prisons, et loue la société de rêve qu’il nous apporterait s’il était élu. Un lieutenant de Royal s’exécute également à cette tâche difficile, en préçisant qu’il faudra du « courage politique » à la candidate pour améliorer le sort des 60 000 personnes enfermées dans nos geôles pourries.

Cette soirée payante, organisée en soutien à la campagne « Trop c’est trop », prévoyait une exposition [1] , du théâtre, un spectacle alternant du cirque, de la musique... et des prises de paroles. On s’était dit à la lecture du programme que nous pourrions alors écouter des témoignages d’anciens détenu-e-s, des associations qui travaillent dans les prisons ou qui luttent sur ce domaine, etc. Nous n’aurions sans doute pas délesté nos bourses si nous avions su la mascarade qui nous attendait. B. Bolze souligne à l’ouverture de la soirée la situation inacceptable faite aux détenu-e-s de ce pays. Il déclare que beaucoup n’auraient rien à faire en prison. Et il affirme que les programmes électoraux des partis politiques ne proposent rien de satisfaisant... Pourtant, il offre une belle tribune, glauque et démago, à trois réprésentant-e-s de candidats et candidates
 [2] Quant aux autres partis nous ne saurons pas s’ils avaient été invités. . Qui appartiennent aux partis politiques qui se succédent au gouvernement depuis des dizaines d’années. Et qui ont rempli les prisons françaises (cf. encadré p.3). Là, en effet, trop c’est trop !Retour ligne automatique
S.G, avec l’aide de D.D

- « Trop c’est trop » est une campagne « pour le respect du numerus clausus en prison ». Elle a pour objectif « d’inscrire sans dérogation possible dans la loi la mise à disposition d’une place pour chaque détenu ». Elle dénonce en effet une situation « inhumaine » de surpeuplement carcéral (plus de 60000 personnes détenues actuellement, pour des prisons faites pour en accueillir 51000) et réclame des peines alternatives à la prison. Elle est initiée notamment par ATD Quart monde, Ouest-France, la Cimade, la Ligue des droits de l’homme, le MRAP, le syndicat de la magistrature, etc.

Notes

[1Le vaisseau pénitentiaire, dont les auteurs ont du batailler avec les services de la mairie de Lille pour conserver leurs commentaires jugés trop critiques cf. « La mairie de Lille en flagrant délit de censure ? » , numéro de mars-avril 2007 de La Brique.

[2Les Verts et le PC étaient prévus au programme, mais ne se sont pas déplacés.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...