Mare aux crevards : petits poissons cherchent leurs filets, gros poissons cherchent leurs filons

peche6À l’occasion du scrutin municipal à Lille du 15 mars et dans le Nord, il nous a semblé intéressant de nous focaliser sur les différentes têtes politiques de la région. Gagné.es par cette fibre verte, les candidat.es recyclent allègrement les anciennes pratiques pour maintenir leurs appareils. Rien de nouveau à Lille, certes, mais on n’a pas pu s’empêcher de sonder ce triste marigot.

 
 
 
 
 
 
 
 

Beaucoup d’Aubry pour rien 

Martine Aubry, du haut de ses 69 ans, règne en maîtraisse sur la ville depuis 2001 et trois mandats, grâce à ses nombreuses alliances avec le patronat et les centristes locaux. Elle ne voulait pas briguer un quatrième mandat, sauf « situation exceptionnelle ». C’est donc sans surprise qu’elle a déclaré sa candidature à un autre mandat en novembre 2019, grâce à la liste « Lille en Commun ». Elle ne veut pas se représenter en 2026 pour un cinquième mandat, selon ses propos. Pour Aubry, la retraite à 75 ans ? Une proposition de gauche !

 

Aux municipales, Aubry va faire un Carlton 

Elle embarque dans ses bagages une flopée de personnalités issues de la société civile sur sa liste : basketteuse professionnelle, ténor du barreau, personnalités de l’économie sociale et solidaire, lieutenants fidèles habituels, mais aussi un ancien flic en 12ème position. Cet ancien flic n’est autre que Jean-Claude Menault, il sera spécialiste des questions de sécurité chez Aubry. Cet ex-directeur de la police du Nord a été mis en retraite en 2011 à cause de son implication dans l’affaire du Carlton (que nous avons pu vous raconter, cf. La Brique #30)  !

sailor Martine1

 

Pas très sociale liste

Sur la liste de « Lille en commun », on retrouve des fidèles actuels d’Aubry élu.es au conseil municipal : Richir, Duhem, Dendievel, Rodes, Brun, Lechner, Menet, Herlem, Gherbi. Cette élection voit le grand retour d’Audrey Linkeheld, la potentielle successeure d’Aubry. Revenue de Vilogia, un bailleur social très très véreux où elle a passé quelques années comme directrice du développement. On voit aussi quelques communistes dont le président de Confédération Nationale du Logement, pour compenser avec la candidature de Linkeheld. Fait notable : l’actuel directeur de cabinet d’Aubry Arnaud Deslandes est sur sa liste. À force de se faire trahir par son ancien dircab, on chouchoute l’actuel, hein Martine ?

 

Dégradation des droits de Lomme :

Le numéro 2 de la liste est Roger Vicot, le maire de Lomme qui rempile pour un nouveau mandat. On se souvient de sa croisade lommoise en 2018 et des appels à manifestation contre les « campements illégaux » de gens du voyage. Aubry a choisi ce mini-Valls comme numéro 2, cela nous rappelle les heures les plus sombres de l’histoire du PS...

 

50 nuances de LREM

Vous connaissez les congrès du PS, les guerres entre droites, voici LREM VS LREM. La députée Valérie Petit, proche de Gérald Darmania a perdu la candidature pour représenter LREM. Elle a fini par soutenir Daubresse dans la course au beffroi. Elle espère ainsi briguer un poste d’élue municipale et s’éloigner ainsi de LREM, du fait de son opposition à l’investiture de Spillebout et des menaces qu’elle a reçu du parti. Elle panse ses plaies et ourdit une vengeance.

 Carotte

Faire Transpirer Lille !

Les reliquats du PS local pro-macroniste se sont ainsi regroupés bon gré mal gré autour de Violette Spillebout. On ne la présente plus tant on adore disséquer ses déboires. Pour avoir une bonne équipe, il a fallu recruter des vétérans de la politique. C’est ainsi que le 4 octobre 2019, une partie des conseiller.es municipaux.les du groupe socialiste de la ville de Lille scissionne pour fonder le groupe « Faire respirer Lille » (le fameux nom de la liste de Spillebout). Il est constitué de trois larrons socialistes et un nouveau venu issu du groupe de la droite « Un autre Lille ». Spillebout a réussi à recruter les élus Frédéric Marchand et Gilles Pargneaux, deux cadors cumulards socialistes locaux ralliés tous les deux à Emmanuel Macron en 2017. Les deux hommes ont fait leurs armes à la mairie d’Hellemmes, le premier en tant que protégé du second. Spillebout a pu bénéficier du soutien de l’UDI par l'intermédiaire de Nicolas Lebas, son représentant qui est aussi ex-maire de Faches Thumesnil et élu au conseil régional. Elle a aussi bénéficié de l'aide du ModEM (Les Modérés d’En Marche) local. Elle a réussi à débaucher plusieurs membres de LR : l’élu municipal Kinger grand opposant d’Aubry et Thibault Denis du Péage, startupper de son état et membre du nouveau groupe de Spillebout au sein de la Ville de Lille.

 

Le Plastique En Marche 

Marchand s'est fait récemment remarqué pour son opposition à une loi du gouvernement LREM pour limiter la consommation de plastique... d'ici 2040. Le projet en soit n'est pas super révolutionnaire mais Marchand par l’intermédiaire de Pargneaux est copain avec Dominique Bailly, un lobbyiste du plastique. De quoi faire tâche dans la campagne écologiste de Spillebout.

 

Les crevard.es de l'année

Patrick Kanner : Sénateur de l'année.

Il ne s’entend toujours pas avec Aubry, mais à défaut de mieux, il la soutiendra du bout des lèvres. Aubry a fait un geste en mettant une des proches, Margaux Rouchet en 59e position sur sa liste de 61 candidat.es. À propos de sa relation avec Aubry, il déclarait en septembre 2019 : « Nous sommes entrés dans une phase de neutralité relationnelle constructive ». Un soutien qui fait chaud au cœur.

Gérald Darmanin : Ministre de l'année.

Ces prix sont décernés par le jury du trombinoscope, un jury composé de journalistes de la presse écrite et télévisuelle, présidé cette année par Christophe Barbier, éditorialiste et rédacteur en chef de la rédaction de l’Express. On n'oublie pas les accusations de viol et d'abus sexuel.

 

EELV fera-t-elle FI d’Aubry ?

« Europe Écologie les Verts » la joue comme d'habitude, part solo au premier tour pour mieux négocier au second. « Le match est entre Aubry et moi », déclare Stéphane Baly, candidat EELV à, France 3 Hauts-de-France, le 23 octobre 2019. Le parti des Verts a mis en place un tandem constitué de l’élu municipal Stéphane Baly délégué à l’énergie et à l’éclairage public de la Ville de Lille, à la gestion technique et de la militante associative Stéphanie Bocquet. Les Verts ont rompu avec Aubry depuis sa gestion calamiteuse du projet polluant de Saint-Sauveur qu’elle n’a pu mener à terme en raison d’une opposition de terrain et judiciaire (les écologistes ont soutenu opportunément ces initiatives). Les scores aux Européennes en mai dernier ont été de 21,7 %, soit 0,3 points de moins que LREM.

 

Beaucoup de droites chez la droite

Au niveau de la droite, question rassemblement, ça n’est pas meilleur que le PS ou même LREM au moment où nous écrivons ces lignes. Deux candidatures sont déclarées. Pour l’une, elle est lancée par un élu centriste du groupe d’Un autre Lille, Thierry Pauchet qui a voulu partir en indépendant avec la bénédiction de Jean René Lecerf, ex-conseiller municipal LR et président du département. Et puis nous avons l’ancien maire de Lambersart et chiraquien Marc-Phillippe Daubresse « imposé par LR » contre l’avis des militants locaux. Comme Spillebout, Daubresse mise une partie de sa campagne sur la sécurité des lillois.es, une droite comme on l'aime !

 peche6

Debout la RNpublique

Petite mention du RN qui investit l’avocat Éric Denu Cattelin comme candidat, avec comme sbire, notre cher Maxime Moulin (avocat de Claude Hermant, avocat d'Aurélien Verhassel, avocat de Danièle Cattlein...). Vous vous souvenez de la famille Cattelin ? Danielle Cattelin, la mère, est connue de nos lecteur.rices pour avoir publiquement porté plainte contre l’APU du Vieux Lille après une caricature peu élogieuse la brossant en caniche de Le Pen, en 2011. Serge Cattelin, le père, élu et avocat aujourd’hui décédé, fut un nostalgique de l’OAS. Éric Cattelin est lui aussi avocat et on le voit souvent utiliser des associations fantômes, vitrines du FN pour se promouvoir tels Entraide 59 et SOS HLM (dont le bureau n’a été ouvert qu’une paire de fois dans le quartier de Fives). On notera le départ du ténor du RN et élu municipal Eric Dillies en 2018. Il est également élu à la région Hauts de France où il a créé le groupe « Les Indépendants » proche de Debout la France. Oui, le parti de Dupont Aignan : Dillies a de l’ambition…

Les tweets qui nous ont fait marrer

Violette Spillebout : 10 janvier 2020

« Pour les rencontrer chaque jour, je sais que les #Lilloises et les #Lillois ne sont pas dupes de ces manœuvres de boutiquiers, de ces bassesses d’une inélégance rare : tant d’énergie à démolir, alors qu’il y a tant à faire pour leur quotidien et pour notre ville. @JrLecerf »

Valérie Petit : 8 janvier 2020

« Un rappel au nom de la démocratie : les députés sont bien élus par les Français pas par la réferente de @LaRemNord : Une seule position possible : représenter les Français et porter le projet d’@EmmanuelMacron #ViveLePrintemps #ViveLaDemocratie »

Et la réponse de Gilles Pargneaux :

« Chère collègue, très étonné par vos propos ! un peu contradictoires par ailleurs ! Vous avez été élue députée parce que investie par LaREM et soutenue par Emmanuel Macron qui se fait, depuis 5 ans, quasi insulté par la maire sortante de Lille! Alors?....!!! » 

 

Au temps béni de l’écologie

Les déclarations de Baly font miroiter que les Verts veulent s’allier par la suite au second tour avec le PS, ou avec la France Insoumise au premier et/ou au second tour. Mais personne n'y croit. Ils trouvent les propositions de la FI trop utopiques (sur les transports gratuits et Saint Sauveur notamment). Le plus probable serait qu'il se passe la même chose que d'habitude, une alliance avec Aubry si elle « prend la mesure de la catastrophe sanitaire de la qualité de l’air ». Ils sont cependant soutenus par une myriade de petits partis que peu de personnes connaissent ; le plus grand étant Génération.s, le mouvement hamoniste. Mais il faudra pour le coup choisir entre sa droite et sa gauche. Quant à la FI, elle tente de créer une initiative locale autour d’Élodie Cloez et Julien Poix. Beaucoup pensaient voir le député Adrien Quatennens se présenter mais il n’a pas souhaité le faire pour se concentrer sur ses fonctions au sein du mouvement.

 

Le grand Darmanitou

Darmanin est de retour ! Après nous avoir pourri la vie dans les transports à la MEL avec ses portiques et sa politique anti-pauvres, Gérald est parti au gouvernement ! Il a ensuite pourri la vie des fonctionnaires des impôts en leur supprimant plein de postes. Gérald est un des seuls ministres de Macron à avoir un poids politique dans sa carrière à LR et par ses mandats locaux. C’est pour ça qu'il en a marre de s’en prendre plein la poire parce que les gens détestent la politique de Macron. Alors Gérald laisse tomber son destin national pour rentrer dans sa bonne vieille ville de Tourcoing. Il avait laissé sa place à son regretté premier adjoint. Mais Gérald ne vise pas que Tourcoing. Selon le JDD, Darmanin veut viser la MEL. Après le fiasco d’Aubry en 2014 pour la présidence de la MEL et les déboires judiciaires du président Castelain. En tout cas, Gérald peut compter sur le soutien du gouvernement, il ne va évidemment pas démissionner et sa campagne nordiste sera payée aux frais du contribuable. Elle est pas belle la vie en Macronie ?

 Carotte

T'as vu la gueule du nouveau monde ?

Investis et soutenus par LREM

Christophe Caudron (Ex LR)
candidat soutenu à Lambersart
Laurent Degallaix (Ex UDI)
maire sortant et candidat soutenu à Valenciennes
Guillaume Delbar (Ex LR)
maire sortant et candidat soutenu à Roubaix
Jean-Pascal Lerouge (Ex UDI)
candidat investi à Cambrai
Patrice Vergriete (Ex PS)
maire sortant et candidat soutenu à Dunkerque
Dominique Baert (Ex PS)
maire sortant et candidat soutenu à Wattrelos
Coline Craeye (DVD)
candidate investie à Douai
Patrick Delebarre (Ex LR)
maire sortant et candidat soutenu à Bondues
Bernard Gérard (Ex LR)
maire sortant et candidat soutenu à Marcq-en-Barœul
Florian Thieffry (Ex LR)
candidat investi à Hellemmes
Olivier Henno (Ex MODEM)
ancien maire et candidat soutenu à Saint-André
Natacha Bouchart (Ex LR)
maire sortante et candidate soutenue à Calais
Gérald Darmanin (Ex LR)
maire sortant et candidat investi à Tourcoing
Nicolas Mazurier (Ex UDI)
maire sortant et candidat soutenu à Faches-Thumesnil

 

La République en Miettes 

Valérie Petit a décidé d’envoyer paître LREM et quitte le parti présidentiel ce 14 janvier 2020, selon toutes les raisons précédemment évoquées. Elle reste cependant dans la majorité présidentielle en tant qu’apparentée. C’est pratique, en colère contre En Marche, mais pas trop. Elle a déclaré à ce propos : « Les partis sont morts, ils ne produisent plus d’idées. L’avenir est aux leaders capables de rassembler au-delà des partis ». Exactement que ce que fait Thierry Pauchet en tant qu’indépendant, bah tiens...

 

Twitterminator 

Les guerres ne se font plus dans le feutré, comme dans l’ancien monde. Le nouveau monde médiatise les affrontements via Twitter. Suite à l’article de Médiacités, Spillebout fustige les basses œuvres de Lecerf « opposant d’Aubry » et les menaces de son équipe. Quant à Valérie Petit, elle rappelle sur le même réseau que la référente de LREM Delphine Garnier ne l’a pas élue mais qu’elle tient sa « légitimité des Français » et qu’en gros elle fait ce qu’elle veut. Gilles Pargneaux entre dans la danse en lui rappelant ses obligations envers le chef de l’État qui l’a fait élire. Ambiance dans la majorité présidentielle !

 

C’est le moment pour la droite :

Coup de théâtre ! Après avoir sévèrement critiqué l’investiture par LR de Daubresse, Pauchet s’allie finalement avec lui, selon France 3 Hauts de France. Au sujet de Daubresse, il avait déclaré : « Je ne vois pas comment, à 66 ans, on peut devenir comme ça, d'un coup, d'un seul, maire de Lille, après avoir été, pendant 30 ans, maire de Lambersart ». Ça s’est passé lors d’une conférence de presse le 31 janvier, la droite s’affiche unie avec un triumvirat constitué de Daubresse en premier consul, de Valérie Petit en bras droit de cette alliance et de Pauchet en entremetteur. La liste est intitulée « C’est le moment ». Effectivement, à un mois et demi du scrutin, c’était le moment de choisir une liste pour Pauchet et Petit...

 

Instagratte...gratte

Dans le précédent numéro, on révélait que Violette Spillebout possédait une maison à Miami avec son cher mari. La demande de précision adressée à l'intéressée est hélas restée lettre morte, sans pour autant confirmer nos dires. On ne s'est pourtant pas découragé.es et notre peine fut récompensée... par la fille de la candidate muette. En effet, Little Miss Spillebout envoie tout valser sur Youtube, Twitter et Instagram et veut vivre une vie d'influenceuse. Pardon mais c'est trop bon ! Prise de risque maximale, création d'une boîte sur société.com... et quelques "stories" postées sur le réseau depuis la ville de Miami (et de sa maison) ! Pauvre enfant que n'as tu point fait là, la Brique garde au chaud les « Impr. écran. syst » et se frappe d'indignité. Pas encore Benjamin Griveaux, attention aux réseaux !

 

Stickmoo et Harry Cover.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...

  • La Saga de l'été arrive : Eclairage sur les lumière lilloises !

    Profitez de vos soirées libres d'été pour éclaircir les zones d'ombre sur les lumières lilloises ! Les 4 dernières parutions de La Brique ont eu le plaisir d'acceuillir une saga encore plus éblouhissante que la saga Star Wars ou encore Harry Potter, la saga des Lumières. Chaque vendredi, à...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...