Ouvriers les yeux

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail

A travers de fins barreaux, regardant fondre la poussière, la lumière reste en lambeaux

On se regarde en terre à terre, yeux dans les yeux, face sur le sol
Abrités sous les tôles désossées d’un cadavre

Les mains rougies par la suie, noires de sang, bleues de travailler sans peine

En ce retour à la maison sous le poids harnaché au corps réside la lourdeur du salaire

Sans rien à venir qu’une flaque de mépris qui les regarde de haut, de loin, morte.

Plaine de cendres, briques enfumées, fourneaux en souffrance, cris qui montent, là, doucement

Sous la terre, en tête à tête avec un noir profond, et rien qui les attend, rien

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail

Dans le blanc de leurs cols se reflètent le silence puis saute par la fenêtre d’une veuve devenue stérile mais qui regarde les corps coupés, lasse, et rien qui les entend, rien, la tête tombe, roule à leurs pieds

Mille ans d’errance, presque toujours les mêmes jours, presque toujours les mêmes nuits

Souffrance, travail, famine, patrie, médaille accrochée au revers de leur dégoût, trophée trop lourd, corde au cou

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail

Lâcher prise, regarder petit, perdre pire dans la bataille, regarder partir les jours sans rien, sans personne, sans se sauver en retour

De guerre lasse, ne même pas savoir si l’on a gagné le droit de rallumer la mèche, sauter dans la mine, se relever et reprendre part au repas des hyènes, les os glacés, les mains moites, la gorge sèche

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail
Il est temps que tire la fronde... Jeter le caillou de sa godasse et rabattre le pavé

Lave la peine, soigne la gueule, brique la haine, se regarder dedans et leur cracher au visage, sans violence mais avec joie

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail

Fermer ses mots c’est attraper la migraine et le corps chute alors aux pieds de leurs statues

Pigeons contre charognards, ce jour est un grand soir

Ouvrons les yeux sur l’immonde du travail et luttons en chiant sur leurs stèles

En mémoire de ceux qui de leur nuit firent notre matin… jusqu’au grand soir.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...