Ouvriers les yeux

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail

A travers de fins barreaux, regardant fondre la poussière, la lumière reste en lambeaux

On se regarde en terre à terre, yeux dans les yeux, face sur le sol
Abrités sous les tôles désossées d’un cadavre

Les mains rougies par la suie, noires de sang, bleues de travailler sans peine

En ce retour à la maison sous le poids harnaché au corps réside la lourdeur du salaire

Sans rien à venir qu’une flaque de mépris qui les regarde de haut, de loin, morte.

Plaine de cendres, briques enfumées, fourneaux en souffrance, cris qui montent, là, doucement

Sous la terre, en tête à tête avec un noir profond, et rien qui les attend, rien

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail

Dans le blanc de leurs cols se reflètent le silence puis saute par la fenêtre d’une veuve devenue stérile mais qui regarde les corps coupés, lasse, et rien qui les entend, rien, la tête tombe, roule à leurs pieds

Mille ans d’errance, presque toujours les mêmes jours, presque toujours les mêmes nuits

Souffrance, travail, famine, patrie, médaille accrochée au revers de leur dégoût, trophée trop lourd, corde au cou

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail

Lâcher prise, regarder petit, perdre pire dans la bataille, regarder partir les jours sans rien, sans personne, sans se sauver en retour

De guerre lasse, ne même pas savoir si l’on a gagné le droit de rallumer la mèche, sauter dans la mine, se relever et reprendre part au repas des hyènes, les os glacés, les mains moites, la gorge sèche

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail
Il est temps que tire la fronde... Jeter le caillou de sa godasse et rabattre le pavé

Lave la peine, soigne la gueule, brique la haine, se regarder dedans et leur cracher au visage, sans violence mais avec joie

Ouvriers les yeux sur l’immonde du travail

Fermer ses mots c’est attraper la migraine et le corps chute alors aux pieds de leurs statues

Pigeons contre charognards, ce jour est un grand soir

Ouvrons les yeux sur l’immonde du travail et luttons en chiant sur leurs stèles

En mémoire de ceux qui de leur nuit firent notre matin… jusqu’au grand soir.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...