Génération identitaire a son dentifrice humanitaire

generation 1Alors qu’on les pensait planqués pour l’hiver, voilà les militants de Génération Identitaire (GI) qui ressortent le mufle. Les petits soldats jaunes du groupuscule se sont offerts quatre courtes sorties, les 11, 21, 24 et 30 décembre, largement relayées sur leurs réseaux sociaux. (...)

Il y a quelques mois, GI avait déjà cherché les lumières médiatiques avec des «tournées de sécurisation» du métro lillois orchestrées suite à la publication des chiffres de la délinquance dans les transports. Depuis quelques semaines, le mouvement d’extrême droite a mis en place, au niveau national, l’opération «Génération solidaire». Après la Normandie et la Lorraine, c’était donc au tour des militants lillois d’exhiber leurs tronches de nazillons[1].

Support your local SDF». Passons vite sur l’usage de la langue anglaise, de la part d’un groupe qui prétend pourtant défendre l’identité régionale. Car l’essentiel est ailleurs: «Les pouvoirs publics ayant abandonné les français qui vivent dans la rue au profit de clandestins qu’ils logent dans des hôtels, (nous) nous devions avec nos propres moyens d’agir contre cette injustice et de venir en aide aux nôtres avant les autres», explicite le tract. La démarche a déjà fait ses preuves – et quelles preuves: «dans les six derniers mois, il y a eu trois agressions contre des Rroms de la part de SDF. À chaque fois c’était après le passage de Génération Solidaire», nous expliquait récemment une personne participant à des maraudes[2].

generation 1

Du coté de la Mairie de Lille, on affirme qu’aucune demande d’occupation de l’espace public n’a été déposée. Selon les commerçants du marché, la poignée d’Identitaires n’a heureusement pas été vernie. L’un d’entre eux témoigne – «ils n’ont pas eu de chance, ce matin là il faisait froid et il pleuvait, les pauvres ils sont restés deux heures» – , avant de tomber des nues lorsqu’on lui rapporte qui se cache derrière la couverture Solidaire. Et évidemment, lorsqu’on interroge les bénévoles des maraudes qui restent, eux, plus de deux heures tous les soirs dans les rues lilloises, personne ne les a vus. Encore un coup d’éclat sans lendemain. Proposer un tri raciste de la misère, le tout grimé en élan solidaire: Génération Identitaire renoue avec ses vieilles et putrides habitudes. «Si Yves était Rom, il aurait peut-être eu droit à une chambre d’hôtel», peut-on lire en en-tête de leur groupe Facebook. Les conditions de vie de la famille de la petite Rrom récemment décédée[3] éclairent d’un jour cruel le dégueuli verbal des Identitaires. Cette fois-ci c’est vrai: le Père Noël est une ordure.

Harry Covers

Notes

[2](2)Voir «Sous les blousons jaunes, la peste brune», La Brique n°40, p.17.

[3](3)http://lavoixdunord.fr/region/francesca-une-petite-rom-de-deux-mois-et-demi-est-morte-ia19b0n2579023

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...