Eco-cache sexe

« Aujourd’hui, on a les hypothèses écologistes à se mettre sous la dent » (1). Tu l’as dit, bouffi ! Dans la bouche de Jean Badaroux, aménageur en chef de la Zone de l’Union, on se dit qu’on a à portée de métro un condensé d’enfumage vert et participatif. Pratique, la rhétorique du développement durable assure aux industriels et aux patrons d’étendre leur béton durablement.

Lire la suite : Eco-cache sexe

Qui aime bien châtie mâle

Vous avez vu la dernière couverture de CQFD représentant un patron étouffé par les énormes seins d’une Guadeloupéenne ? Si le message est bien accompagné des nombreux acquis obtenus par 44 jours de grève général e, l’image peut laisser perplexe. Réponse d’un correcteur de La Brique : « Et pour une fois qu’une femme de surcroît noire symbolise à elle seule l’étouffement jubilatoire du capitalisme colonialiste, on ne va pas bouder son plaisir ni commencer à se tire-bouchonner le ciboulot pour savoir si c’est politiquement correct ! » De notre côté, quand nous avons reçu le dessin de notre copain OLT pour illustrer les luttes féministes, la question s’est également posée :

Lire la suite : Qui aime bien châtie mâle

Performance : les tranchées du corps

L’autre, c’est celle du trottoir d’en face, celle de la pub, ou encore celle qui, pour nous autres, des femmes, incarne la perfection. Pour dépasser cet idéal, tous les moyens sont bons...Tous ? C’est en partant de cette réflexion que Cécile Talbot (1) présente sa performance Modèle, modèles, où des femmes mises en scène dans leur rapport au corps, jusque dans leur violence au corps, tentent de dire l’autre, la femme rêvée, du délire à la norme.

Lire la suite : Performance : les tranchées du corps

Contraception : ouvrez la lumière !

JPEG - 446 koLe préservatif les premières nuits. La pilule quand la relation est stable. Le stérilet après avoir eu des enfants. C’est la règle suivie par la plupart des femmes, apprise dès l’école et rappelée par de nombreux médecins, mais qui laisse de côté l’éventail des possibilités. Conséquences : aucun choix, trop peu de connaissances, beaucoup d’inégalités entre les sexes.

Lire la suite : Contraception : ouvrez la lumière !

"Parcours de l’avortante"

On distingue l’avortement par aspiration, pouvant être réalisé dans les 12 premières semaines de grossesse (14 semaines après les dernières règles), et l’avortement médicamenteux, réalisé avant 5 semaines de grossesse (7 semaines après les dernières règles). L’avortement par aspiration se pratique obligatoirement à l’hôpital.

Lire la suite : "Parcours de l’avortante"

Une histoire de femmes libres

JPEG - 707.3 koPlus de 30 ans après la loi Veil et malgré quelques avancées législatives, les conditions dans lesquelles se pratique l’IVG sont encore très décevantes. Si des efforts sont réalisés dans le Nord-Pas-de-Calais, le consensus hospitalier érigeant la région en modèle ne résiste pas à une réalité au goût amer pour les femmes. Culpabilisation, mépris, machisme : avorter c’est aussi affronter les regards d’une société plus à même de défendre le droit à l’avortement que l’avortement en lui-même.

Lire la suite : Une histoire de femmes libres

L’IVG n’est pas un droit

« La loi Veil de 1975 ne prétend pas, à proprement parler, légaliser l’avortement, encore moins le légitimer, mais seulement le dépénaliser » [1]. En effet, l’IVG reste interdite - la loi déclare même «  le respect de l’être humain dès la conception » -, mais en toute hypocrisie, la loi suspend la pénalisation de l’avortement pour raison médicale et lorsque la femme se déclare «  en situation de détresse psychologique » [2] . Le médecin n’est pas apte à critiquer cela ; son seul pouvoir est de refuser d’accomplir l’IVG (c’est la « clause de conscience »).
En 2001, la loi est enfin réécrite. le délai légal de recours à l’IVG passe de 10 à 12 semaines de grossesse. L’entretien préalable à l’IVG n’est plus obligatoire, sauf pour les mineures, mais il est systématiquement « proposé ». L’accord parental pour les mineurs est remplacé par l’accompagnement d’un adulte. Mais si l’IVG est pratiquée après 12 semaines, ou par un non-médecin (ou hors cadre médical), la loi prévoit toujours 300 000 euros d’amende et cinq années de prison.
Dans un autre domaine, la publicité en faveur de l’IVG et de la contraception est enfin légalisée, les sanctions pénales en la matière sont supprimées ! Cependant, l’incitation à l’avortement est toujours punie – mesure jamais appliquée, mais toujours symbolique. La pilule du lendemain devient disponible auprès des infirmières scolaires ou en pharmacie, sans besoin de prescription. La stérilisation volontaire est enfin autorisée.

Notes

[1] Boltanski, La condition foetale, Gallimard, 2002.
[2] Même si en pratique cet « état de détresse » est rarement à « prouver ».

Témoignages IVG

Fred MaletteNous avons recueilli une quinzaine de témoignages, la majeure partie de façon anonyme, par email, le reste par entretien. Il ne s’agit pas d’en tirer des généralités, ceux-ci ne peuvent refléter les multiples vécus des femmes qui pratiquent une IVG. Il s’agit plutôt de mettre des mots sur cette expérience passée sous silence. Quelque soit l’âge ou la région, ces écrits révèlent toujours une attitude ambigüe ou méprisante du personnel médical, la solitude des femmes qui avortent, et le besoin d’en parler.

Lire la suite : Témoignages IVG

Des femmes à l’écoute des femmes

Depuis 1995, " Parcours de femmes " est une association qui travaille avec des détenues ou anciennes détenues essentiellement sur les " prisons " de Sequedin et le centre de détention de Bapaume. La Brique a rencontré Arlette Biard et Karine Kajac. L’une, chargée du suivi d’insertion des femmes, intervient en " milieu fermé ", l’autre est secrétaire générale de l’association.

Lire la suite : Des femmes à l’écoute des femmes

Basta aux mots mâles

Suite au refus de notre projet de réforme de la langue francophone envoyé à l’académie française, nous lançons notre brique dans cette grande marre patriarcale. La place des femmes dans le langage est un sujet qui nous tient à coeur. Ainsi, La Brique s’est posé un certain nombre de questions tant sur le fond que sur la forme des textes. Le collectif de rédaction de La Brique est conscient que le langage – particulièrement dans les médias - est l’un des véhicules du pouvoir et qu’on ne peut continuer à prétendre que le masculin, genre supposé neutre, rend aussi bien compte des femmes que des hommes.

Lire la suite : Basta aux mots mâles

Page 3 sur 3

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...