Édito N°39 : Derrière le spectacle, la dépossession

numero39Jeudi 6 mars, Lille-Sud, 18h30. L’équipe du journal vient refiler gratos les excédents du dernier numéro sur la culture à l’entrée du meeting de campagne d’Aubry, devant la salle du Grand Sud. Une centaine d’exemplaires du reportage qui brocardait ce « nouveau bijou culturel de la mairie » le prennent d’assaut.

En pleine campagne, Aubry insulte La Brique

Sur place, plusieurs dizaines de sans-papiers sont eux-aussi sur le pied de guerre. Face à eux, Martine Aubry s’abrite derrière un ton paternaliste : « Je vous donnerai la parole, mais je ne veux pas que vous criiez. On se parle autrement qu’en criant », temporise celle que les commentateurs ont pourtant l’habitude de croquer en bouledogue. « Vous nous avez trahis, s’énerve un des sans-papiers. Vous et le préfet. On veut un rendez-vous ! » Et Aubry d’esquiver, en interpellant son adjointe à l’Égalité des chances : « Un rendez-vous, oui, vous allez voir ça avec Dalila Dendouga. Dalila ! Dalila ! Prends leur un rendez-vous pour la semaine prochaine... »

 


La petite équipe de La Brique se rapproche du groupe et commence à distribuer ses numéros à tout va. Tout le monde accepte : Gilles Pargneaux, Alain Cacheux, Bernard Charles... Même Pierre de Saintignon qui, après un discret coup d’œil à la dernière couv’, enfourne rapidement le papier dans son imper’. Et alors qu’Aubry cherche à se rapatrier dans la salle, on saute sur l’occasion : « Madame Aubry, un journal pour vous ! » Elle se saisit du canard, scrute et retourne immédiatement le numéro à son envoyeur : « Ah non, pas La Brique, y’a que des saloperies là-dedans ! » On ne lui a pas parlé de son programme...

Du grabuge, puis la purge

Ce soir-là, la campagne municipale commençait presque à nous intéresser. Enfin un peu de grabuge. On s’installe à l’intérieur, en se disant que peut-être, ça va partir. Mais on se fait vite calmer. Car tout est fait, dans le dispositif de campagne d’Aubry, pour que le maire puisse continuer à se cacher. Pendant une bonne heure et demi, la logorrhée d’Aubry s’étale sans jamais pouvoir être remise en cause. Au terme de cette longue et pénible prestation, le maire fait mine d’être bonne joueuse : « Je crois que les sans-papiers voulaient s’exprimer... Ah, ils sont partis ?! » Tout finit par rentrer dans l’ordre...

Quelqu’un lève pourtant la main. Pour dire ses quatre vérités au maire ? Même pas. En substance, ce que fait Aubry en matière d’emploi est merveilleux, il faudrait juste davantage communiquer dessus. Lorsque, quelques instants plus tard, la question n’est plus téléguidée et pointe l’insalubrité de certaines habitations du quartier, elle est blackboulée. Aubry se retourne, se fait briefer en douce par ses conseillers et revient à la charge, cassante : elle sait tout, fait tout ce qu’il faut, et enjoint dans la foulée de lever la séance. Au moins aura-t-on glané cette confirmation : Aubry est complètement braquée dès qu’une voix discordante vient lui chatouiller l’ouïe.

Au-delà de ces pâles municipales...

Faute de tout faire partir en vrille, l’irruption d’un collectif, d’un canard ou d’une habitante aura toujours ce mérite de montrer combien le pouvoir local est bien affalé derrière ses certitudes. Et, au-delà, combien ces élections n’ont aucune chance de se hisser à la hauteur des enjeux. En quoi mettront-elles en discussion les pleins-pouvoirs de Lille Métropole Communauté Urbaine ? Que changeront-elles à la séparation entre les Roubaisiens et leurs soi-disant représentants ? Comment donneront-elles une épaisseur au slogan éculé de la démocratie participative ?

Si ce numéro ne s’aplatit pas sur le rythme cardiaque du spectacle de la campagne, c’est que les ramifications du pouvoir remontent plus haut. Le pouvoir, ou plutôt les pouvoirs : après s’être coltiné-es deux des gadgets électoraux du PS – le logement et la culture – , on a poursuivi l’exploration de tout ce qui tend à nous déposséder de notre propre expérience. On est donc partis de cette politique politicienne (le PS, la métropole – bref, le monopole), puis on a remonté le fil de la justice des comparutions immédiates, de la « Troisième Révolution Industrielle », des méthodes d’accumulation des pactoles à huit chiffres des Grandes Familles du Nord... En somme, on a redessiné les chemins cloutés de la vie quotidienne. En espérant vite en sortir.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...