Edito N°02 - Crise du logement à Lille

numero02Nous vivons une époque trouble ; chacun et chacune se demande à quel désastre politique le prochain ou la prochaine présidente nous conduira. On peut en sourire, rester grave, pencher cynique…Une certitude pourtant : il y a quelque chose d’absurde à contempler le rituel pathétique de ces élites politiques et médiatiques en espérant de leur part la moindre chance de salut. Pourquoi ne pas se prendre au jeu ? Ces comédiens de la propagande, même mauvais, peuvent toujours donner le change à un quotidien trop banal.

 Une chose est sûre : ces saltimbanques des hautes sphères ont du pouvoir. Alors à chacune et chacun de pronostiquer, d’en déduire ses stratégies (vote blanc, utile, nul, tactique, protestataire, absentention active ou passive). C’est idiot, le sort de La Brique en dépend peut-être… Ainsi que le quotidien d’une multitude suspendue à des législations plus ou moins douteuses. En dépend notamment le sort de milliers de voyageurs des temps modernes à qui la police donne la chasse à Calais, Lille et ailleurs. Ces gens que l’on qualifie avec méfiance « d’immigrés », « clandestins », « sans papiers », celles et ceux qui au risque de leur vie ont traversé des continents, dépensé leur fortune afin d’échapper à la misère ou à la mort. Le phénomène n’est pas nouveau : depuis la nuit des temps les êtres humains ont parcouru les plaines et traversé les montagnes à la recherche d’un lieu tranquille pour y vivre. Depuis la nuit des temps aussi l’Etranger est perçu comme une menace et traité en ennemi par un égoïsme qui voudrait que l’on ne peut partager pouvoir ou richesses.

En France, on se souvient des déclarations racistes de nombreux dirigeants politiques, préparant le terrain à des législations sécuritaires empêchant les travailleurs étrangers de pouvoir bénéficier des même droits que les autres, donnant toujours plus de pouvoir à une justice belliqueuse. On se souvient des traques policières commanditées sans discontinuité par tous les gouvernements successifs depuis Giscard. Depuis plus de trente ans, la classe politique installe un régime de séparation présentant l’Etranger comme un « problème à régler ». Elle ne chôme pas la classe politique : matraquage des sans-pap’ occupant la mairie de Lambersart (jeudi 19 avril), procès intenté par l’Etat contre un média libre, Indymedia Lille (voir communiqué p.9).

La Brique ne rentrera pas dans le débat du pour ou contre celui-ci ou celle-là, non qu’il nous importe peu de savoir ce qui nous attend, bien au contraire. Nous pensons que c’est à nous, à vous, de prendre en charge la question politique. C’est pour cela que ce journal existe, c’est pour cela que vous existez. L’accueil de l’Etranger, qui n’est autre que notre voisin, est de notre responsabilité ; et s’il faut outrepasser des lois pour ce faire, La Brique sera toujours là pour témoigner du bien fondé de cette transgression, la démocratie se défendant avec la loi et souvent aussi contre elle.

La Brique n’est pas une alternative, c’est une possibilité parmi d’autres. Elle a ses défauts (« mise en page pourrie », « des photes d’ortaugrafes », « nette tendance à la critique méchante », « écrit trop petit », « pas de poésie »), on ne peut le nier. Elle a aussi commis l’irréparable en épargnant la droite locale et ses extrêmes accointances, préférant taper sur une gauche qui est au pouvoir plutôt que sur des réactionnaires qui balbutient. Nous prenons acte de vos commentaires, même sournois. Quant aux architectes de l’ombre qui veulent entraver notre travail : qu’ils continuent, c’est pour nous la preuve que l’on dérange, et c’est une bonne chose.

Le collectif de rédaction de la Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...