Edito N°01 - Tourisme à Lille

numero01C’est quoi cette histoire de Brique ? A celles et ceux qui en ont assez de voir toujours les mêmes faire le tour des plateaux de télévision, puis passer à un débat radiophonique et s’étaler encore dans les colonnes d’une presse des bonnes nouvelles. À celles et ceux qui en ont marre du mépris du peuple, des chômeurs et des chômeuses, des immigré(e)s ou des gens engagés ...

Bref, à celles et ceux qui en ont assez du cirque des médias dominants et bien-pensants, ce journal est fait pour vous ! Pourquoi La Brique ? Parce la presse locale et alternative n’est pas encore assez répandue dans le Nord. Une Brique aussi parce qu’il nous semble possible de faire une autre information à Lille devant le déferlement des gratuits et la présence de médias à la solde des puissants. En ce sens, nous voulons, prendre l’exact contre-pied de tout ce que ne fait plus une profession journalistique mise au service des élites, de droite comme de gauche. Un n’autre journalisme C’est pourquoi La Brique fonctionne sur un modèle horizontal (pas de rédac’ chef ni de directeur ou directrice de publication, chacun(e) responsable devant la loi, devant son lectorat) et collectif (relectures collectives sur les articles, discussions sur les propositions de sujets, enquêtes ou reportage en binôme). Nous nous basons sur différents principes : autogestion, rotation des tâches, propriété collective, responsabilité et pleine conscience de ses actes, transparence, usage de la parole et du consensus comme règlement des conflits.Retour ligne automatique La Brique est un journal indépendant, financé par ses lecteurs. La publicité y est hors-la-loi. Nous ne sommes liés à aucune organisation politique et nous saurons nous opposer à la fois aux patrons qui plastronnent, à la droite qui les engraisse et à la gauche qui les courtise. Retour ligne automatique Nos objectifs ne peuvent se résumer en quelques mots tant les choix de sujets sont le fruit des volontés individuelles et de l’actualité qui nous touche. On pourrait dire simplement, pour résumer, que nous voulons rendre la parole à celles et ceux que les journalistes ont voulu enterrer sous leur mépris. Nous démontrerons, dans la limite de nos capacités, les intérêts communs des gens et des peuples que les puissants s’emploient à opposer. La transformation sociale n’est pas seulement souhaitable : elle nous semble nécessaire ! Avec ce journal, nous voulons apporter notre part à à ce changement.. « C’est comme ça, on n’y peut rien » Devant un discours défaitiste rabâché depuis plusieurs années par les médias, nous informerons sur l’information, ses dévoiements, ses cadors (la Voix du Nord par exemple). Nous n’épargnerons ni les projets qui nous semblent dégueulasses (du casino au commissariat) ni les personnes qui sont derrière ces projets (leurs marchands comme les responsables politiques). Retour ligne automatique Parce que nous refusons l’esprit de résignation face au " tout-libéralisme ", nous essaierons de remettre en lumière les gens et ce qu’ils peuvent penser de leur lieu de vie ou de travail. L’un des buts étant d’amener les personnes à se mobiliser, à donner leur avis, sur des sujets, des faits, des projets qui les concernent ou qu’ils ou elles se prennent sur le coin de la gueule (Lille3000 par exemple). Le mot d’ordre ? Amusons-nous ! Avec des papiers variés (reportage, interviews, portrait, brève, chronique etc.) et une place faite à la photo et au dessin, nous avons l’ambition de permettre aux gens de reprendre en main leur sens critique. La ligne éditoriale est réalisée à partir de notre texte fondateur, sorte de charte d’intentions et d’engagements, à la fois collective et individuelle, visant à limiter non pas notre liberté d’expression, mais bien l’accès à nos propores démons, éventuels. Dans cette optique, la contradiction entre journalistes et la pluralité des points de vue sont le gage d’une ouverture d’esprits rare en ce bas monde de la Presse. Nous ne nous priverons pas d’en user ! Retour ligne automatique Enfin, on essaiera de ne rien sacrifier à la vérité, mais avec suffisamment d’humour pour donner un peu le goût de lire. Si on ne résistait pas dans la joie, au nom de quoi le ferions-nous ? Collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...