Edito N°06 - Poires avariées

numero068 Mars 1977, élections municipales à Lille. Le Clampin Libéré dégueule les candidats Mauroy et Ségard. 31 ans après son joyeux prédécesseur, La Brique rend hommage et rouvre les dossiers des poires avariées. L’occasion était trop belle pour dépeindre ces précieuses ridicules, qui voient depuis quelques semaines s’affronter les “rois des cons” pour un bout de trône1.


Toujours loin de la presse conventionnelle et de ses donneurs de leçons, et loin d’être sûrs d’avoir raison, nous essayons de vous donner des infos utiles et de provoquer des questionnements, qui n’ont pour finalité ni votre abstention ni votre participation. L’enjeu est autre et reflète ce que nous faisons de ce canard depuis un an : savoir comment et par qui nous sommes localement gouvernés et quels sont les principes de la « gouvernance » urbaine, ici et aujourd’hui. Vous nous direz : « Pas besoin des élections pour en rajouter une couche ! » C’est bien pourquoi on continue de vous informer sur les coulisses et les manoeuvres des politiques urbaines actuelles, qu’elles viennent de l’Etat ou des collectivités territoriales. Et nous en rajoutons, en questionnant la réhabilitation d’un quartier populaire comme Moulins, ou encore en nous demandant si la fumeuse expo Pinault estampillée « mairie de Lille » contribue à faire une ville toujours plus solidaire. Solidaire, on ne l’est ni avec la mairie ni avec la préfecture qui se renvoient la balle pour régler le problème des Roms. Solidaire on l’est avec tous ces gardés à vue, de Roland Diagne, porte-parole du Comité des Sans-Papiers 59 (voir http://lille.indymedia.org/), aux déboulonneurs arrêtés en flagrant « délit » de barbouillage de pub. Ici ou ailleurs, élections ou pas, la répression sur les militants-e-s ne s’arrête pas et nous ne cesserons pas de la dénoncer.
Tout ça pour dire que la focale que nous mettons sur les municipales et ses enjeux (oui oui les élections changent, un tant soit peu, nos vies) ne nous empêche pas de poursuivre nos enquêtes. Pour le coup, notre joyeuse équipe de jamais content-e-s a mis les pieds dans le plat des zones à risques dans la région. Et le refrain entendu nous semble familier : si rien n’est alarmant, on voit bien que les intérêts privés, comprenez économiques, ne cessent de rogner sur les intérêts publics.
Depuis le début de cette aventure journalistique, nous avons voulu nous faire un reflet, parmi d’autres, de notre région, de Lille, de ses quartiers, de sa vie sociale et associative...tout en mettant en lumière ce que les cercles de pouvoir en font ou veulent en faire. Avec les prochaines élections, nous sommes -aussi- en plein dedans ! Et si vous vous marrez au moins moitié de ce que nous auront apportés ces notes, on aura déjà gagné un truc à ces élections ! Si on ne résistait pas dans la joie, au nom de quoi le ferions nous ?
Et si, tout abstentionniste ou citoyenniste que vous soyez, vous êtes dégoutés de votre nouveau ou nouvelle maire et que vous avez envie de vous changer les idées, La Brique vous file rencard pour une bouffée d’air frais (ou pas) : le 29 mars c’est notre soirée de soutien à la mairie de quartier de Wazemmes ! Merci qui ? Merci la mairie !

1 : Renaud, Hexagone, Années 1980.

L’équipe de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...