Edito N°28 - Le Louvre Lens Terrain Miné !

Pnumero28 1our quoi nous prend-on ?

Vous n’avez pas pu rater la campagne d’auto-promotion presque soviétique de la mairie de Lille et de son bilan mi-mandat. 125 000 magazines en quadrichromie et papier recyclé, un site internet, des shows municipaux dans chaque quartier, et des centaines de placards publicitaires sont venus combler notre temps de cerveau disponible à l’aide de ce message : « Nous l’avions dit, nous l’avons fait. Continuons ! » Face à ce martèlement, plutôt que de relever point par point chaque éventuel petit mensonge, demandons-nous de quoi cette machinerie marketing est le nom.

 

La propagande s’est muée en publicité. La ville et ses gestionnaires se vendent. À la différence de l’époque orwellienne qui voyait dans la propagande une entreprise de falsification de la réalité, la Ville de Lille embellit jusqu’à la nausée ce cadre de vie d’une population qu’elle se charge de bien encadrer. Mme Aubry, et toute son équipe, s’est déplacée dans chacun des quartiers. On ne l’y a pas invitée, non, c’est elle qui invite. Charge à nous de répondre ou non à l’invitation, d’en respecter le protocole, d’écouter sagement son déversement de bonnes nouvelles contre-balancées par une pseudo-critique intégrée du genre que « tout ça ne va pas assez vite  ». La ville, c’est elle. Et toujours elle. L’organisation spectaculaire de ces réunions publiques, et plus généralement de son bilan mi-mandat, nous renvoie à la gueule la marchandisation de nos lieux de vie et la séparation qu’elle induit entre la conception, la réalisation et la consommation de la ville.

D’ailleurs, Mme Aubry parle moins à ses habitants qu’à ses électeurs, si ce n’est à la France entière. Grand-guignolesque : l’entendre parler des poubelles de Wazemmes, des places de parking de Moulins ou de l’état des routes du centre-ville, sonne faux. Ex-ministre du travail, énarque comme il se doit, première secrétaire du PS et candidate à un futur gouvernement voire à la présidence de la République, Mme Aubry cultive l’artifice d’une élue proche de son terrain et de ses vraies gens, réduits à l’état de bulletins de vote et de faire-valoir.

Consciencieusement, la mairie organise donc la dépossession. Et ainsi, il ne nous resterait plus qu’à constater, consommer ou déguerpir. Si le but de la propagande publicitaire n’est plus de mentir sur la réalité mais, in fine, de nous persuader de notre impuissance à changer les choses, commencer par tout foutre par terre peut être le début de la reprise en main de nos existences. La Brique continuera donc à enquêter, à lire entre les lignes, à faire vivre la critique sociale et l’idée de révolte pour que de la connaissance naisse l’action, ici et maintenant, à notre portée.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...