Edito N°35 - La pêche prend l'eau

numero35Il est des nôtres !

Invité le 6 mars dernier au Club de la Presse, Jacques Hardoin, PDG du groupe Voix du Nord, vient présenter la stratégie de développement de sa "marque". Le ronron patronal est bien rôdé : quand un pigiste se permet une remarque sur ses papiers payés entre trois et seize euros, le grand Jacques plaide l’amour du métier.

edito Finalement, après deux heures à turbiner à plein régime, le débit s’interrompt. C’est le moment choisi par un membre de La Brique pour alpaguer le boss. Le bonhomme est affable, et connaît les bonnes manières. Donc on papote, l’air de rien : lui nous parle des procès qu’il a pensé nous intenter. Nous, on lui montre le dernier papier qu’on a fait sur la fusion entre Nord Éclair et La Voix. Jacques y jette un œil attentif. On lui fait alors remarquer, à lui l’ancien directeur marketing de Ouest-France, qu’un canard c’est pas gratos. Alors Jacques farfouille dans son larfeuille. Manque de bol, il a pas de petite caillasse. Par contre, il a son chéquier.

C’est ainsi que Jacques Hardoin, directeur général du groupe Voix du Nord, s’abonna au journal La Brique pour un montant de 30 euros.

Nous, on a trouvé ça sympa, réglo quoi. Mais Jacques, en rentrant chez lui, s’est dit qu’il s’était peut-être légèrement fait enfler. Il nous a donc envoyé un mail un peu laborieux où il tente de se justifier. « Si j’ai accepté hier soir votre sollicitation de m’abonner à La Brique, je l’ai fait, à titre personnel, pour soutenir un collectif de jeunes militants de la critique sociale. Le patron de La Voix du Nord ne peut, lui, cautionner un journal qui méprise régulièrement le travail des 470 journalistes du groupe La Voix ». Régulièrement ? Tous les deux mois, exactement !

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...